Dossiers, News

Une petite histoire de baston – Partie 4

Ceci est une opération Daigo-maniaques.
Chers lecteurs, je me permets de vous soumettre cette information importante : il reste presque deux douzaines de documentaires dont j’aimerais parler. J’ai donc décider d’utiliser un classement thématique du plus bel effet ^^.

Épisodes suivants :

ZORRO EST ARRIVÉ…

Je vais enfin tenir ma promesse de vous parler de 2.5D, puisque cette partie de l’article commence en octobre 2007 avec l’annonce d’un jeu. Les images et les trailers s’accumulent, mais ils font peur aux fans qui ne se rassurent qu’en 2008 lorsque le 29 février de cette année, apparaissent des images presque illisibles tournées avec un téléphone portable (lors du premier locktest). C’est beau le buzz !

Le trailer distribué une semaine auparavant

Dire que Street Fighter IV a relancé l’intérêt du grand public pour les jeux de baston est une caricature, mais ce n’est pas totalement faux. La vie a continué entre 2004 et 2008, mais le nombre de joueurs baissait doucement et la sortie arcade de SF4 le 18 juillet a été une bouffée d’air frais.

Aucune vidéo correspondant

Archives de Zachd (avec plein de MVC2)
http://zachd.com/mvc2/evo.html & http://magnetro.com/ (le reste est sur YouTube)

A la surprise de tous, la bonne nouvelle qui arrive avec la sortie du jeu, c’est le retour d’Umehara « The Beast » Daigo. Le champion sort de sa retraite et ça, ça change tout. Le plus amusant étant bien sûr le retournement de veste de nombreux joueurs qui disaient ne pas vouloir toucher au jeu parce qu’il est en 3D.
Une nouvelle folie Daigo emporte le Japon, des entrailles fibreuses de 2chan au magazine Arcadia qui sort deux DVD spéciaux confrontant The Beast aux champions du cru : les Umehara Concept Matches.

Daigo Umehara Concept Matches 1 et 2

Aucune vidéo correspondant Aucune vidéo correspondant

Cette folie se propage comme un feu de paille quand Daigo revient aux USA en avril 2009 pour la GameStop International Exhibition, le tournoi international de SF4 organisé par Capcom qu’on peut voir dans King of Chinatown. On sent bien la passion de la foule sur les images suivantes…

Interview

Daigo vs Poongko, Iyo et Justin Wong

En 2009, la SF4-mania est à son paroxysme. Seth Killian organise même une expo en ce même mois d’avril : Jab Strong Fierce, the Street Fighter Tribute. Un événement étrange, documenté ici par Noël V. qui semble aussi enthousiaste qu’amusé.

LA PULSION DOCUMENTAIRE – Première Partie

La communauté Jeu de baston/Fighting Game/Juego de peleas/Kakuge a récemment trouvé de nouvelles façons de communiquer et de grandir, que ce soit par l’interview comme avec l’indispensable Dogface Show, le podcast comme celui d’Aris : Avoiding The Puddle, le mélange de tutoriels et de trolling qui est la marque de fabrique de CrossCounter ou l’augmentation du nombre et de la fréquence des petits tournois hebdomadaires.

Cette dernière idée est tellement bonne qu’elle a été reprise partout dans le monde sous forme de Rankings (aussi appelées Ranking Battles, des séries de tournois destinés à « classer » les joueurs, ces tournois peuvent se jouer en solo ou en team), de Ranbat (pour Random Battle, des tournois en teams aléatoires; le terme est aussi utilisé pour des ranking battles, rendant ainsi le terme totalement vague…) ou de Danisen (classement par le nombre de victoires successives contre des adversaires qui se présentent les uns après les autres, en Beat By, et non par un « vrai » tournoi). La forme Ranking est la plus populaire en occident, où elle est particulièrement présente en Irlande, en Australie et aux USA (où le modèle est les Level|Up Series d’Alex Valle).

Mais tout ça : c’est trop facile…
Maintenant pour être cool, il faut faire SON documentaire sur SA communauté, c’est devenu presque TROP… Tellement en fait que pour parler le mieux possible du phénomène, je serais obligé de diviser tout cela en catégories.
Bien sûr, tout n’est pas bon dans le lot, mais même le pire nanard à quelque chose à offrir : la chaleur apaisante de l’envie de partager, la passion de son auteur !

1 – JAPON

Super Street Fighter – Umehara Daigo History (2010, NHK MAG-NET)

Ce film est un reportage sur Umehara Daigo réalisé par la NHK pour une émission nocturne (pour toucher de l’otaku). C’est un must-see pour peu que vous soyez un peu fan du monsieur, et c’est bourré d’anecdotes bien fun. L’article du site BeastNote consacré au reportage est un bon complément à la traduction proposée par 0xkeNzo.

Notez que ce documentaire est merveilleusement complété par les vidéos sous-titrées par cccloner999 (n’oubliez pas de cliquer sur cc pour voir les sous-titres), que ce soit ce mini documentaire ou Daigo rencontre des élèves de la Trident Computer School de Nagoya, la surprenante série d’interviews avec Nuki, ou les fameuses vidéos de cassage de KSK
Ces perles donnent une idée bien plus précise de la vraie personnalité de The Beast, elles l’humanisent bien mieux que les pathétiques vidéos de beuveries à SCR 2010 (1/2).

Daigo à Nagoya

Nuki parle de Daigo…

… et de Sako

Legends Of KSK

Terminons avec le plus bel hommage jamais fait à Daigo

David Sirlin

100Yen (2011, Strata Studios)

Restons dans le nippon avec ce documentaire sur la scène arcade japonaise. Très proche d’Arcade Mania, le célèbre livre de Brian Ashcraft (qui participe au film), dans le ton comme dans la forme, ce documentaire est une grande inconnue (il sort en novembre). Et il n’y a donc pas grand-chose à dire sur cette série de trailers qui sentent bon la japanophilie et le « c’était mieux avant », mais qui permettent pourtant de se faire une bonne idée du sujet de ce documentaire nostalgique sur la scène arcade nipponne. En fait le mieux, c’est de les regarder…
Et si le film est surtout connu pour son mode de financement original (beaucoup copié depuis), avec son système de donations lié à une loterie, et ses stars (dont Mike Ross, Ryan « Gootecks » Gutierrez, Justin Wong et Umehara Daigo) au générique : cela pourrait-être une vraie bonne surprise au final.

Trailers

Teasers

http://vimeo.com/16986012

Final Roundbats (2011, Niko Lanzuisi)

Scott Popular et Niko Lanzuisi sont membres du Studio Donde, un collectif connu pour ses petites fictions sur Tokyo, auxquelles participent la moitié des expatriés de la ville, y compris des Français. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est leur nouveau projet : Final Rounbats, une série documentaire sur Final Round Japan, la série de tournois qualificatifs tokyoïte annuelle (plus d’infos dans l’épisode S01.E05 de 3 Green Bars) pour Final Round, l’un des plus gros tournoi de la Côte Est qui a lieu chaque année à Atlanta, Georgie. Le but ici n’est pas de montrer des matchs, mais l’ambiance de l’event : cette idée magnifique d’une communauté mondiale. Difficile de juger une série sur une seule partie d’à peine plus de 3 minutes, mais l’idée est bonne (même si les cartons sont beaucoup trop rapides…).
EDIT : La deuxième partie propose essentiellement une courte interview de KSK qui fait de la pub pour les ranbats de Bull410 (bourrés d’expatriés et de touristes)… Et la troisième quant à elle est une démonstration de mixité ^^.

2 – RÉGIONALISME

FIGHT: Arena of Gamers (2011, ddrfreak5o3)

Ce court documentaire, très inspiré par les théories de jeu de David Sirlin, présente la communauté de Portland, Oregon. Son mélange entre document ethnologique et vidéo de motivation tombe un peu à plat, mais c’est une vraie curiosité.

David Sirlin – Street Fighter vs Chess

 

Tappin’ Those Buttons (2011, metalleg)

Tallahassee, Floride, des gamers tentent de survivre à la dure loi de la jungle.
Plus sérieusement, le ton monocorde du commentateur et le grain de l’image font vraiment penser à un documentaire animalier et c’est dur de ne pas regarder le film autrement qu’au second degré.

Fight Night: The Melbourne Street Fighter Arcade Community (2011, Mo0miE)

Ali « EXC355UM » Abdo, le meilleur ambassadeur de la communauté melbournaise, déjà responsable de la série The X Report, où il présentait ses amis, nous fait visiter la salle d’arcade où il joue, et ça donne envie !

The X Report (2011, TECH Inc.)

Aucune vidéo correspondant

Fight Night

Boni :
La team coL.cc à Melbourne pour le Shadowloo Showdown 2K11

Reportage de la chaine ABC sur le Shadowloo Showdown 2K11


OzHadou APAC – Adelaide Mini Doco (2010, ozhadou)

Présenter les joueurs de la région d’Adelaide au travers d’un mini-documentaire sur un petit tournoi local (le OH APAC) est une bonne idée. Surtout quand on sait qu’il réussit à démontrer que les Australiens ont une vraie scène baston dans de nombreuses régions différentes du pays (mais surtout au Sud…).

3 Green Bars (2010/2011, CptMunta)

CptMunta est récemment devenu le publicitaire de NZism.com, le site de la communauté néozélandaise, et ce un peu malgré lui. L’homme est connu pour ses petits dessins sur des objets donnés lors d’events Kiwi (il est peintre de rue), et la série 3 Green Bars où il présente les communautés locales lors de ses voyages : une vraie curiosité qui mérite beaucoup mieux que le nombre de clics qu’elle a reçu !

Saison 1 – trailer & épisodes

Aucune vidéo correspondant

Boni :
Fight Club – Die Beat ’em up Szene in Deutschland (2009, FightClubNRW)
Le documentaire Allemand de Ruwan Löhr cité par CptMunta, sur un tournoi à Leverkusen.

Aucune vidéo correspondant

Les guides du Mad Man’s Café et de Genshiro de Final Round Japan, pour ne pas vous perdre à Tokyo ^^

http://www.mmcafe.com/arcadeguide/

Saison 2 – trailer & épisodes

Aucune vidéo correspondant

Saison 3 – trailer & épisodes

C’est tout pour aujourd’hui, on se retrouve bientôt pour les deux dernières parties ! (promis-juré ^^)
M’enfin comme d’habitude, je vais vous laisser un petit bonbon sur l’oreiller. Cette fois Afro Cole nous prouve qu’il n’a rien perdu de sa superbe depuis sa prestation culte de 2004 (Voir Partie 1).

Dossiers, News

Une petite histoire de baston – Partie 3

Ahem… Comme vous avez pu vous en rendre compte, je me suis laissé emporter par mon sujet et nous sommes partis pour 6 parties pour le moment. Continuons donc notre histoire avec un fan de Zelda. Êtes-vous prêts pour une dose massive de TriForce ?

Épisodes suivants :

MY SPONSOR IS RICH

Difficile de parler d’Empire Arcadia sans définir la notion de sponsoring. En effet, aux USA, on fait une différence entre Sponsoring Direct et Sponsoring Indirect, deux notions qui restent on ne peut plus floues dans l’esprit de la très grande majorité des joueurs.

Le Sponsoring Direct est le fait de proposer à un joueur de le « payer » pour jouer, le faisant ainsi passer d’un statut amateur à un statut professionnel.

La rémunération peut se faire de nombreuses façons :

– Le paiement en nature

Le minimum du minimum, c’est un t-shirt ou une casquette portant le logo de l’équipe ou la marque pour permettre de reconnaitre le joueur de loin. Les plus chanceux ont droit à des avantages en nature et/ou à un défraiement par des petits « cadeaux » comme des jeux, sticks, pads, écrans ou même des objets fabriqués par la marque ou les sponsors/amis de l’équipe. Ces « cadeaux » peuvent valoir des sommes conséquentes à la revente et même parfois dépasser la valeur du salaire mensuel moyen de joueurs d’autres équipes.

– Le remboursement de frais

Comme son nom l’indique, il s’agit de rembourser ou offrir au joueur ses frais de déplacement. Ces packages comportent généralement le transport, l’hôtel et même parfois la nourriture et un budget loisir.

– Le salaire

Là encore, rien de bien compliqué: le joueur est tout simplement payé mensuellement pour jouer. Attention pourtant, les sommes échangées ne dépassent que très rarement le salaire minimum local.

Le Sponsoring Indirect est quant à lui beaucoup plus compliqué à définir : il a souvent lieu dans le cadre de communautés de joueurs semi-professionnels qui se considèrent comme des pros, puisque l’essentiel de leurs vies tourne autour du jeu. Le mot clé ici est communauté. En effet que ces joueurs vivent ou non dans le même lieu en partageant tout (et surtout les factures): c’est l’ambiance de partage, presque familiale, et l’émulation constante du groupe qui permet une progression régulière de chaque joueur. C’est cela qui constitue d’ailleurs l’intérêt principal de ces expériences: on y devient plus fort ENSEMBLE, et on a au moins le plaisir de voir un de ses amis arriver au plus haut niveau si on n’y arrive pas soi-même. Le problème étant bien sûr que dans ce contexte les joueurs trouvent également d’éventuels sponsors ensemble et que le « chef de bande » qui se retrouve très souvent réduit à un rôle d’agent, est plus ou moins obligé de ponctionner 10% ou plus des sommes gagnées (salaires, allocations, gains de tournois, etc.) pour payer les frais de fonctionnement (loyer, charges, déplacements…) du groupe. Une autre source de conflits étant que les marques qui sponsorisent le clan (ou la team) ne veulent pas forcément sponsoriser tout le monde…

Regardez donc ce que donne cette différence dans le contexte des équipes actuelles pour mieux assimiler le concept :

http://www.hitcombo.com/1news/outil-annuaire-des-joueurs-sponsorises/

EMPIRE ARCADIA

Si les sponsors ont envahi la scène PC depuis le milieu des années ’90 avec des jeux comme Counter Strike, Quake, Warcraft III et surtout Starcraft, il a fallu attendre le début des années 2000 pour que les commerciaux pensent à utiliser les joueurs console comme support publicitaire. On considère généralement que l’étincelle est venue en 1998 avec le tournoi SFA3 World Championship (voir Partie 1), la venue du champion japonais du jeu, Umehara Daigo, ayant fait de la publicité gratuite au jeu en question, Street Fighter Zero 3, mais également à toute la communauté de jeu de combat. Cette publicité a donné des idées à notre protagoniste principal, un joueur de puzzle games (principalement Tetris) fan de Zelda : Isaiah « TriForce » Johnson.

Passons rapidement sur le pseudo de Johnson qui n’en est pas vraiment un, puisqu’il a fait enregistrer celui-ci comme nom d’usage, et qu’il fait donc partie de son état civil.

Certains fans hardcore de Zelda appellent leurs enfants comme un personnage de la saga :

D’autres se font tatouer des symboles cabalistiques sur la peau http://www.youtube.com/watch?v=pvAqoxgW-hM, ou font des parodies salaces et hilarantes http://www.youtube.com/watch?v=GA2cREA056Q. Alors, pourquoi pas un nom ?

La grande idée de TriForce a été de transformer sa passion en travail, un rêve de geek devenu réalité, mais aussi une grande invention : celle d’une toute nouvelle forme de sponsoring ! L’idée a germé au fur et à mesure de ses rencontres avec d’autres gamers (de tous horizons : shooters, puzzlers et jeux de baston). Plus qu’une envie de devenir plus fort, ce qu’il entend de la bouche des joueurs, c’est un désir de passer pro : de vivre du jeu. L’idée fait son chemin dans sa tête jusqu’en 2002, l’année de création d’Empire Arcadia. Son concept : une boutique de jeu au cœur de New York couplée à un lieu de vie pour gamers, l’ARC.

Dans The Empire Arcadia, la mini-série documentaire de MTV diffusée en 2006, Princess Daisy, sa femme de l’époque, déclare que la création de la boutique était plus une nécessité pour éviter qu’elle ne le quitte (elle en avait visiblement assez de le voir assis à jouer avec ses amis), qu’une vraie volonté de faire quelque chose de sa vie. Qu’importe, les Knights & Valkyries sont prêts à défendre l’Arcadia du reste du monde…

Trailer et épisodes 1 et 2 (la totale)

Après avoir vu ces quelques images, vous devez avoir une bien meilleure idée de l’homme. Isaiah « TriForce » Johnson est un personnage, une légende vivante reconnaissable à cinq mètres dans une foule grâce à son Power Glove fétiche, un accessoire NES considéré comme la pire « manette de jeu » jamais inventée, mais qu’il porte comme Michael Jackson portait son gant pailleté : avec la fierté d’avoir un accessoire qui le rend unique !

TriForce mériterait qu’on parle de lui pendant des heures, mais cet article n’est pas extensible. Donc si vous voulez en savoir plus sur la vie et l’œuvre de ce grand homme, je vous enjoins à fouiller sur le compte YouTube d’Empire Arcadia pour trouver ses interviews et autres entrées de son vlog. Il est maintenant temps de passer au film qui est consacré à sa relation avec Justin « Marvelous » Wong : une belle histoire…

KING OF CHINATOWN

King of Chinatown (2010, Jordan Levinson, Calvin Theobald) est l’histoire de la « trahison » de Justin, un petit jeune formé à l’ancienne qui est parti prendre du pognon sans se retourner…

S’il est caricatural, le film est une plongée dans le système TriForce : trouver un jeune talent et le mener au succès à force d’entrainement et de conseils. Un système controversé, mais qui a fait ses preuves avec l’avènement de Justin Wong en 2000 à l’époque de B4 (Battle by the Bay 2000).

Voici tout ce qu’il faut voir pour apprécier le film (le trailer est à la place qu’à le film dans la chronologie) :

La fameuse interview Pre-EVO 2K9

L’interview au Stunfest 2009

The ARC: Behind the Empire – Une interview de Justin de fin 2009

Le premier trailer du film (2009)

Le second trailer, monté après le départ de Justin pour EG (2011)

Triforce répond aux rumeurs de « fuite des cerveaux » (2010)

TriForce sur l’avenir d’Empire Arcadia (2010)

Je vous rassure Empire Arcadia va très bien (ce serait dommage que ça s’arrête, ça met tellement d’ambiance…), comme vous avez pu le voir au nombre d’inscrits du syndicat à l’EVO 2011.

EDIT : Le message de TriForce du 30/08/11 qui annonce la fermeture du département Jeux de combat d’Empire Arcadia semble annoncer le début de la fin pour l’Empire : une histoire à suivre…

M’enfin comme on ne va pas se quitter comme ça, prenez donc un petit documentaire sur la saga Street Fighter pour la route.

Aucune vidéo correspondant

Et en ce qui nous concerne, on se retrouve avec de nouveaux documentaires au prochain épisode, et promis je vais arriver au bout un jour !

Dossiers, Games, News

Une petite histoire de baston – Partie 1

Raconter l’histoire de la communauté Jeu de baston/Fighting Game/Juego de peleas/Kakuge au travers des documentaires que l’on voit fleurir par paquets de dix depuis quelques années peut sembler être une gageure, mais c’est finalement tout à fait possible.

Épisodes suivants :

LES ANNÉES ’90

Ainsi s’il est difficile de remonter aussi loin que pour le cosplay (matos dispo pour 1991-20XX) ou les publicités (on trouve facilement des pubs des années ’40), il est aisé de trouver des vidéos datant des années ’90, l’âge d’or des tournois arcade.

Les premiers documents filmés facilement trouvables sont bien sûr les archives du tournoi américain SFA3 World Championship (1998), un classique qui vaut autant pour la qualité de ses matchs de Street Fighter Alpha 3/Street Fighter Zero 3 que pour sa célèbre rencontre entre Alex « Calipower » Valle et Umehara « The Beast » Daigo (ce dernier faisant sa première apparition occidentale). Cette confrontation a tellement marqué le champion américain qu’il raconte à qui veut bien l’entendre que c’est l’une des raisons pour laquelle il n’a pas encore pris sa retraite, cette défaite reste gravée dans sa mémoire comme une empreinte indélébile… Pour l’anecdote, c’est lors de ce tournoi que Ben « Tragic » Cureton (le présentateur et combomaker) a donné son surnom à Daigo : The Beast est née en 1998, aux USA !
(voir le Dogface Show #9)

Aucune vidéo correspondant

Passons rapidement, sans les oublier, sur les rips inoubliables de VHS et de DVD proposés par des archivistes comme MaximilianoDent, The Shend ou RetroRealityGaming qui permettront aux plus jeunes d’entre nous de découvrir des combomakers comme TZW ou des vidéos mémorables du défunt magazine Gamest (1986-1999).

BANG THE MACHINE

La prochaine étape de notre voyage temporel est le tout premier documentaire sur la communauté baston : Bang the Machine (2002, Tamara Katepoo). Ce classique qui n’a finalement été vu que par un nombre trop limité de joueurs raconte les aventures d’une poignée de joueurs comme John Choi, Alex Valle et Mike Watson, avec des apparitions marquées de Joey « MrWizard » Cuellar, David Sirlin et Seth « s-kill » Killian (il y a de quoi faire deux lignes de name dropping).

Filmé entre 2000 et 2002 (avec des images d’archive datant de 1998/1999), ce documentaire suit les protagonistes au cours de leurs vies quotidiennes, pour culminer avec le voyage de la team USA au Japon en 2002. La petite histoire raconte que les masters du film ont été détruits lors de l’attaque du 11 septembre 2011, les bureaux de JabStrongFierce, la société de production, étant alors situés dans l’une des tours du World Trade Center. Le film avait déjà été monté en partie et il a été terminé avec des images tournées pour l’occasion lors du tournoi exhibition nippon US vs Japan (avec des tournois de Super Street Fighter II Turbo/Super Street Fighter II X: Grand Master Challenge, Street Fighter Alpha 3, Street Fighter III: 3rd Strike et Marvel vs. Capcom 2).

Mais la légende veut que les musiques choisies (temporairement) soient beaucoup trop connues, et donc trop chères et difficiles à obtenir, pour permettre une sortie DVD; au désespoir de la communauté… Le film n’est donc visible que lors de projections exceptionnelles lors des plus gros tournois US (principalement l’EVO). Il va de soit qu’une nouvelle apparition d’Umehara Daigo, au top de sa forme dragonpunch-esque, donne tout son sel à l’ensemble…

Trailer et extraits

Aucune vidéo correspondant

Interviews

LES PREMIERS PAS VERS LE MAINSTREAM

Je vais vous épargner le « c’était mieux avant » obligatoire à ce tournant de l’histoire. La disparition progressive des salles d’arcade à la fin des années ’90 a eu des effets différents aux USA et au Japon, mais l’un des résultats positifs du passage des joueurs des bornes aux consoles est définitivement la multiplication du nombre de compétiteurs. Cette multiplication a permis de lancer coup sur coup deux tournois dont le nom va obligatoirement sonner à votre oreille, deux tournois arcade !

L’EVOlution est né en 2002, je ne vous ferais pas l’injure de vous faire l’article sur cet event, l’essentiel de ce que vous devez savoir, c’est que l’EVO a été crée par Tom « Inkblot » Cannon & Tony « Ponder » Cannon (Shoryuken.com, GGPO) sur la base du tournoi annuel Battle by the Bay (1995-2001, à New York, Los Angeles puis Las Vegas), un tournoi arcade axé sur un seul jeu: Super Street Fighter II Turbo, mais avec un format original puisqu’il s’agissait de :
Version 1/ départager les 40 meilleurs joueurs américains dans un tournoi homérique.
Version 2/ permettre à une poignée de mecs encore à l’université de s’éclater pendant un weekend.
(voir le Dogface Show #6)
Les matchs de l’EVO sont assez faciles à trouver sur la toile.

Battle by the Bay 2001 (échantillon)

Archive Officielle
http://zachd.com/mvc2/evo.html

Trailer de l’EVO 2002

Même topo pour le Tougeki – Super Battle Opera (SBO). Créé en 2003, ce tournoi est organisé par Enterbrain via son magazine arcade, Arcadia (1999- 20XX, dirigé par Masashi Sawatari) pour dynamiser le marché de l’arcade au Japon. Ce faisant, l’Arcadia Cup Tournament obtient le soutien des éditeurs et des salles d’arcade et fait ainsi du bruit dès la première année. En effet, la particularité de ce tournoi, c’est la façon dont sont sélectionnés les joueurs : par des tournois qualificatifs organisés par les salles de tout le pays.

Demi-finale du tournoi SSF2X du Tougeki 2003 (Feat. Umehara Daigo)

EVOLUTION 2004

2004 est l’année du passage de relais, l’année où tout a changé : les frères Cannon laissent plus de place à Joey « MrWizard » Cuellar qui prend effectivement la tête de Shoryuken.com et de l’EVOlution. Mais le changement le plus visible cette année là, c’est le passage des bornes d’arcade aux consoles. Les petits jeunes vont profiter de l’orgueil des grands anciens qui vont se rendre compte d’une chose : les conversions console ne sont PAS arcade perfect…
(voir le Dogface Show #3)

Une histoire racontée dans deux documentaires…

Inside Evolution 2004

Shankar Tablada a remonté son film en 2009 et ceux qui se souviennent de la version 2005 vont être presque malheureux de la disparition des cartons (omniprésents autrefois…). Mais le réalisateur a beaucoup appris et le montage est vraiment meilleur et met mieux en valeur l’ambiance de partage et le côté international de l’event.
La danse de Jason « Afro » Cole est toujours là, la descente de police aussi, mais c’est surtout la défaite historique de Justin « Marvelous » Wong face à Umehara « The Beast » Daigo qui attirera votre attention : le fameux « EVO Moment #37 » où Daigo bloque tous les coups de la super de la Chun-Li de Justin avec son Ken : INOUBLIABLE !

Le trailer (2005)

Le Film

Shankar a filmé des images pendant la série de tournois Road to EVO 2010, mais il n’y a toujours pas de vraies nouvelles du successeur de son film.
http://shoryuken.com/forum/index.php?threads/road-to-evo-2010-fighting-game-documentary-wc-feature.103282/

Behind the Scenes footage at Evolution 2004

Seth « s-kill » Killian nous offre sa version des coulisses de l’EVO 2004, une version plus « rough », mais tout aussi intéressante, qui vous fera regarder le Community Manager de Capcom USA d’un autre œil (vroum-vroum ?).

Le Film

Version HD de l’EVO Moment #37

Terminons avec le match complet et une petite analyse irlandaise de cet instant historique.

http://streetfighter.ie/index.php/tag/evo-moment-37/
Et une animation de Kineda réalisée pour la sortie de 3SO :

Enfin, comment oublier que l’EVO 2004 est le premier tournoi Américain à avoir eu une aussi bonne couverture médiatique, GSN et G4 étaient sur place et si c’est moyennement intéressant, c’est encore une preuve que cette édition a tout changé.

Aucune vidéo correspondant

On va s’arrêter là pour cette fois, la suite aura des morceaux de 2.5D dedans….

Evénements, News, Videos

KOF@EVO (UPDATE, Vidéos et Résultats)

Le tournoi a été remporté par Salim devant eLive.Frionel. J’ai envoyé un mail à Youssef qui m’a donné plus d’infos sur l’évènement, mais aussi un récapitulatif à des précédentes étapes. Grand merci à lui.

Vidéos | Résultats

Vidéos

Aucune vidéo correspondant

Résultats

Qualification à Arcade Street: 5 participants, 2 qualifiés: eLive.PiccoloSan et eLive.Frionel.

Qualification au VS Dojo: 2 joueurs, 2 qualifiés: Salim et Aerisu.

Last chance au Japan Expo: ? participants, 2 qualifiés: eLive.Kenpachi et Lordmed.

Format adopté pour la phase finale: Battle royale entre les 6 joueurs.

  • Salim: 0 défaite et 5 victoires
  • eLive.Frionel: 1 défaite et 4 victoires
  • Lordmed: 2 défaites et 3 victoires
  • eLive.Kenpachi: 3 défaites et 2 victoires
  • eLive.Piccolosan: 4 défaites et 1 victoire
  • Aerisu: 5 défaites

Ça s’est ensuite joué en 1/2 finale entre les 4 premiers en 2 matchs gagnants en simple élimination.

  • Salim vs eLive.Piccolosan: 2-1
  • eLive.Frionel vs Lordmed: 2-0
  • Puis la finale en 3: Salim vs eLive.Frionel: 3-1

Il est important de noter que malgré le faible nombre de participants, la place pour Las Vegas est « garantie ». D’une part grâce au système de dons mis en place par Orochinagi (http://orochinagi.com/ le module de don est à droite 🙂 ) qui ont bien avancé mine de rien, et qui vont certainement s’accélérer maintenant qu’on connait le qualifié, mais aussi parceque Salim a son passeport biométrique, qu’il a de l’argent et des vacances, mais surtout parce que eLive s’est engagé à payer ce qu’il fallait si jamais les dons n’aboutissaient pas.

Voilà, voilà, maintenant, place au training !!!

News

Evo vs Godsgarden

Depuis quelques jours on sait enfin quand ce tiendra l’EVO Japan renommé pour l’occasion Evo Vs Godsgarden.

Ce sera le 6 et 7 Mai 2011 à Kawasaki au Japon. Kawasaki est une ville de la préfecture de Kanagawa. Kanagawa fait partie de la région du Kanto (tout comme Tokyo).

Voici un petit plan pour mieux situer.

http://maps.google.fr/maps/ms?hl=fr&g
l=fr&ie=UTF8&oe=UTF8&
msa=0&msid=214186093921167652610.0004
9d7064f7e8b53b57d

L’event se déroulera sur des consoles et les jeux proposés sont :

Super Street Fighter 4,  Marvel vs Capcom 3 et Tekken 6.

Avant d’aller plus loin petit retour en arrière.
L’EVO est un tournoi qui a lieu chaque année aux Etats Unis. Il a la particularité d’attirer beaucoup de monde. En 2010 il y avait plus de 1000 inscrits sur SSF4 et on a vu la victoire de Daigo le japonais en finale face à Ricky Ortiz l’américain.
Avec le Tougeki au Japon, ce sont les deux gros événements en dehors de l’Europe à ne pas rater.

Cet Evo vs Godsgarden est peut être un nouveau grand rendez vous au Japon.

News

Evo vs Godsgarden vs ??

Depuis quelques jours on sait enfin quand ce tiendra l’EVO Japan renommé pour l’occasion Evo Vs Godsgarden.

Ce sera le 6 et 7 Mai 2011 à Kawasaki au Japon. Kawasaki est une ville de la préfecture de Kanagawa. Kanagawa fait partie de la région du Kanto (tout comme Tokyo).

Voici un petit plan pour mieux situer.

http://maps.google.fr/maps/ms?hl=fr&g
l=fr&ie=UTF8&oe=UTF8&
msa=0&msid=214186093921167652610.0004
9d7064f7e8b53b57d

L’event se déroulera sur des consoles et les jeux proposés sont :

Super Street Fighter 4,  Marvel vs Capcom 3 et Tekken 6.

Avant d’aller plus loin petit retour en arrière.
L’EVO est un tournoi qui a lieu chaque année aux Etats Unis. Il a la particularité d’attirer beaucoup de monde. En 2010 il y avait plus de 1000 inscrits sur SSF4 et on a vu la victoire de Daigo le japonais en finale face à Ricky Ortiz l’américain.
Avec le Tougeki au Japon, ce sont les deux gros événements en dehors de l’Europe à ne pas rater.

Cet Evo vs Godsgarden est peut être un nouveau grand rendez vous au Japon.

J’ai l’intime conviction que c’est un rendez vous que les européens ne doivent pas rater. On ne peut pas se permettre d’attendre l’année prochaine vu tout la hype qu’il y a en ce moment.

Le Tougeki c’est bien mais avec un seul représentant européen à chaque jeu (et encore), ça ne laisse pas beaucoup de chances de se démarquer.

Je pense que si les meilleurs joueurs européens arrivent à briller à l’étranger ça ne peut que pousser vers le haut le niveau des autres joueurs. Ce que je veux dire c’est que ce n’est pas que le joueur qui joue qui va en tirer un bénéfice mais tout ceux qui le suivent/pourchassent.

Ce qui nous amène au sujet principal de cet article.

Est-ce que vous seriez prêt à donner de l’argent ( dix euros) pour envoyer 2 ou 3 joueurs français à ce tournoi ?


En général, les joueurs qui vont au Japon utilisent leurs économies. Chaque année et pour chaque Tougeki des joueurs français font le voyage en tant que spectateurs ou participants.
C’est une expérience individuelle ou en petit comité. Pourquoi je dis ça ?

On peut dire qu’il y a ceux qui vont car ils ont les moyens ou ce sont donnés les moyens et il y a ceux qui n’y vont pas car ils n’ont pas les moyens d’y aller ou pas encore.

En sachant ça, celui qui part aura difficilement envie de crier sa joie sur tous les toits. Et bien sûr à son retour, il y a des chances qu’il reste un peu réservé pour ne pas enfoncer le couteau dans la plaie.

Là où je veux en venir c’est qu’il y aura toujours des joueurs qui ne pourront pas se déplacer. Un exemple simple, moi j’aimerais beaucoup aller au Japon. Je voyais ce tournoi comme une bonne raison d’y aller lorsqu’il a été annoncé l’année dernière. Je m’y voyais déjà. Aujourd’hui je sais que je n’irais pas au Japon pour ce tournoi.
Mais je me dis quitte à ne pas y aller, pourquoi ne pas aider quelqu’un d’autre. Ce sera ma façon à moi d’y aller.

Je ne peux pas débloquer le prix du billet, le prix de l’hotel et l’argent nécessaire pour vivre quelques jours au Japon mais en contrepartie je peux bien donner une certaine somme d’argent. Et si on est plusieurs à raisonner comme ça au final ça peut permettre à 1, 2 voir 3 joueurs d’y aller.

De plus il n’y aura pas de « malaise » entre celui ou ceux qui y vont et ceux qui vont rester vu qu’ils auront contribué.

Si je donne 10 euros et que vous, qui me lisez, faites de même, quel somme d’argent peut-on réunir ?

C’est la question d’un sondage que vous allez trouver plus bas. Je pense que sur une semaine de sondage, on aura un bon aperçu

Si vous pouviez y répondre ce serait super cool au top dans le ghetto ^^.

Merci d’avance

Le sondage se trouve à cette adresse http://gopollgo.com/que-pensez-vous-de-lid%C3%A9e-de-se-regrouper-en-donnant-10-dix-euros-par-personne-pour-envoyer-les-meilleurs-fran%C3%A7ais-au-japon-en-mai-2011-

PS : Je lisais une interview de Seth Killian, voila un passage que j’ai bien aimé.

What’s the best advice you’ve ever gotten?

If you want something, ask for it. You may get turned down a lot, but if you don’t ask, your chances for success go to pretty much zero. You don’t have to be a jerk, but at the end of the day there are no points given for « politely not bothering someone. » Follow your heart, take the chance and go for it.