Interviews, News

Interview de Sako et sa femme par Famitsu

Sako semble être apprécié par Famitsu puisqu’il est de nouveau interviewé.
Mais pour cette fois, on va dire que c’est une édition spéciale car la femme de Sako y participe activement.

L’interview a été publiée le 3 septembre 2011.

SAK : Sako
AKI : Aki (femme de Sako)
FAM : Famitsu

FAM : Lorsque Sako est à la maison, est ce qu’il joue sans cesse ?

AKI : Oui, soit il fait du training mode, soit il fait du Live. Je pense qu’il joue beaucoup plus que ce que les gens pourraient croire. Une règle a été instaurée : ne pas lui parler lorsqu’il joue sur le Live mais par contre en training mode, c’est bon. Si jamais je lui adresse la parole pendant un match du Live, il devient méconnaissable et s’énerve :P. Lorsqu’il est en training mode et que je lui parle, il ne lâche pas le stick pour autant. Finalement j’entends de manière continuelle le bruit des boutons (de manière rythmée).

FAM : Y a t-il d’autres règles de ce style ?

AKI : Oui j’en ai plein pour moi. Je sais que qu’une défaite le met vraiment de mauvaise humeur, donc j’essaie de lui parler seulement après une grosse série de victoires :P.

SAK : N’importe quoi, tu n’arrêtes pas de me parler quand je perds aussi !

AKI : Mais non, c’est parce que tu n’es pas énervé lorsque tu gagnes, du coup tu ne te rappelles pas que je te parlais.

Mise à part, Street Fighter, Sako adore Monster Hunter, il achetait Famitsu toutes les semaines pour avoir de nouvelles informations. Lors de la mise en vente du jeu, Sako a fait la queue longtemps avant l’ouverture du magasin. Ce jour là, il est allé dormir chez son ami pour y jouer pendant 2, 3 jours non stop.
Par cette anecdote, je voulais dire que j’étais préparé psychologiquement lorsqu’un gros jeu sort, ce n’est pas rare qu’il quitte la maison pour s’amuser plusieurs jours.

FAM : Comment réagis-tu face à ça ?

AKI : Je suis évidemment inquiète, j’espère qu’il va bien au travail. Mais bon ce genre d’événement n’arrive qu’une ou deux fois par an donc j’essaie de laisser passer cela.

FAM : C’est gentil 🙂

AKI : Je sens que si je le gêne trop, il va me divorcer !

SAK : Mais dernièrement, c’est moins pire, parce qu’avant je restais une bonne semaine chez mon pote sans rentrer.

L’interview se termine là, la prochaine de Famitsu sera avec Fuudo, elle sera publiée la semaine prochaine ! (Donc peut être 2 sur HitCombo)

Interviews, News

Interview de Sako

Cette interview de Hori.Sako dont la réputation n’est plus à faire a été publiée le 22 juillet dernier sur le site internet de Famitsu .

F : Famitsu
S : Sako

Petite note pour la mise en page de cet article: il faut voir les 4 blocs de colonnes comme différentes pages qui se lisent de haut en bas et de gauche à droite et .

[wpcol_1half id= » » class= » » style= » »]F : Quel fut ton premier jeu vidéo ?

S : J’ai actuellement 32 ans et la première fois que j’ai joué j’avais 6 ans. C’était sur Nintendo (Famicom) avec le jeu de rôle Dragon Quest.

F : Mis à part les jeux de combat, tu t’intéresses donc aux jeux vidéos plus généralement ?

S : Oui, en dehors des jeux de combat je joue pas mal. Pour dire vrai, je lis souvent le Famitsu (Cross review) et je me base dessus pour l’achat de mes jeux.

F : Quand as-tu commencé les jeux de combat ?

S : En 3ème année d’école primaire, j’ai débuté sur Street Fighter premier du nom. A l’époque les gamecenter avaient des tours (comme les tours PC apparemment) pour faire office de borne. Concernant le jeu, je dois dire qu’il était très mauvais. Le Shoryuken était très puissant, on pouvait gagner qu’avec ça. Le Tatsumaki aussi l’était, vu qu’il touche plusieurs fois, l’adversaire mourrait presque instantanément.

F : En effet, le Shoryuken était très puissant.

S : Oui, contrairement à Street Fighter IV, le Shoryuken était invincible à la montée mais aussi lors de la descente du coup.

F : Quand as-tu commencé à jouer plus sérieusement au jeux de combat ?

S : Lors de ma 6ème année d’école primaire (contrairement en France, ils ont 6 ans d’école primaire et non 5). J’allais de temps en temps au gamecenter, je ne jouais pas forcément contre des gens, j’aimais beaucoup entraîner mes combos contre l’ordinateur. →[/wpcol_1half] [wpcol_1half_end id= » » class= » » style= » »]

F : A l’époque, les gamecenter étaient bondés de monde et malgré cela, tu as souvent joué seul ?

S : Oui effectivement, j’ai souvent regardé les gens jouer alors que j’attendais mon tour avec ma pièce de 50 yens dans la main. J’étais encore en primaire et je n’avais pas les moyens de dépenser trop contre de vrais joueurs, c’est pourquoi j’ai toujours préféré jouer contre l’ordinateur. J’essayais d’imiter les meilleurs ce qui, je pense, est une bonne méthode pour commencer.

F : Quel est le personnage que tu jouais au début sur Street Fighter II ?

S : Ken.

F : Sur Street Fighter IV, tu joues beaucoup de personnages féminins, est-ce un hasard ?

S : On me le fait souvent remarquer mais c’est du hasard. Sur Street Fighter III Third Strike, j’ai commencé avec Urien. Je n’ai aucun a priori sur les personnages masculins.


[/wpcol_1half_end]

________________________________________________________________________________________________

[wpcol_1half id= » » class= » » style= » »]F : Après Street Fighter II, à quel jeu as-tu joué ?

S : Mark of the Wolves. A chaque fois qu’un nouveau jeu sortait, les gens y jouaient presque automatiquement. Cependant, mon premier vrai jeu de combat auquel j’ai joué sérieusement reste Vampire Savior (Darkstalkers en occident).

Au gamecenter auquel j’allais, il y avait de temps en temps de très bons joueurs et il m’est déjà arrivé de perdre 80 voire 100 parties d’affilée.

F : 100 ?!

S : Oui, je continuais à mettre ma pièce sans gagner. Dans ces moments là, je me suis rendu compte que le jeu était intéressant et qu’il y avait des joueurs vraiment bons qui existaient. Après ça, je me suis acheté le jeu en version console et je me suis énormément entraîné.

F : Ces séances d’entrainement se faisaient seul ?

S : Oui, seul, calmement, j’ai beaucoup joué au mode training. A l’époque, le mode training n’était pas très sophistiqué, on ne pouvait pas mettre une quelconque IA sur l’adversaire. On ne pouvait pas mettre d’auto guard comme dans les jeux d’aujourd’hui. J’étais résolu à mettre du scotch sur le pad 2 pour que que mon adversaire de training garde constamment.

F : Mais en faisant juste du training mode, seul, tu ne peux pas t’améliorer non ?

S : Effectivement, c’était en fait une boucle training mode, gamecenter, training mode, gamecenterMais les progrès ne sont visibles que petit à petit.

[/wpcol_1half] [wpcol_1half_end id= » » class= » » style= » »]

F : As-tu participé au tournoi national de Vampire Savior ?

S : Quand j’ai commencé à jouer au jeu, le tournoi était déjà passé. A ce moment là, Umehara ou même Nuki s’étaient déjà mis sur Street Fighter Zero 3.

F : As-tu joué à Street Fighter Zero 3 ?

S : Juste un peu. Alors que j’avais commencé le jeu, on venait de découvrir les combos infinis. Lors d’un tournoi, je me suis fait sortir par un Sagat qui m’en a fait un… et je me suis dit : « Mais c’est quoi ça ? … » J’ai ensuite arrêté et suis retourné sur Vampire Savior.

F : A Vampire Savior, tu joues Buletta (Baby Bonnie Hood en occident). Selon les rumeurs ce personnage possède un combo infini. (Le combo en question demande une exécution hors norme, il est dit que seul Sako est capable de le sortir avec précision)

[/wpcol_1half_end]

_______________________________________________________________________________________________

[wpcol_1half id= » » class= » » style= » »]S : Ce combo est difficile et demande beaucoup de stabilité. A l’époque, j’avais cependant un taux de réussite élevé.

F : Tu as commencé le jeu avec Buletta ?

S : Non, en fait j’ai commencé avec Morrigan. Mais par la suite j’ai basculé sur Buletta. Je n’ai plus le souvenir de la raison exacte… Peut être pour m’entrainer à faire le combo infini. Je pensais que ça pourrait être bien si je pouvais le sortir en match, c’est pourquoi je m’y suis entraîné.

F: Par la suite tu as continué sur le jeu ?

S : Oui, mais avec l’arrivée de Street Fighter III Third Strike, les joueurs de Vampire Savior se faisaient de plus en plus rares. Du coup j’ai également joué un peu au jeu. Comme je l’ai dit au dessus, je jouais Urien. Je trouvais sa super Aegis Reflector, très amusante car elle permet de faire un imblocable.

F : Pourquoi n’as-tu jamais participé au tournoi national de versus fighting ? Sur ce point là, ton style est complètement différent de celui de Umehara.

S : C’est vrai que lors de tournois, on rencontre de grands joueurs, j’aime jouer contre les grands joueurs mais je ne portais pas d’intérêt particulier aux tournois et à vrai dire il y a aussi la paresse de sortir de chez moi qui joue : ). →

[/wpcol_1half] [wpcol_1half_end id= » » class= » » style= » »]

F : Lorsque tu jouais à Vampire Savior, allais-tu dans d’autres gamecenter que celui de ta ville ?

S : Non pas vraiment, je restais au même endroit, j’y ai des amis et c’est toujours amusant de jouer contre eux. Contrairement à Tokyo, au Kansai (Osaka) les gens ne transitent pas aussi facilement lorsqu’un nouveau jeu sort.

Du coup les anciennes licences tiennent bien plus longtemps au Kansai et sont plus jouées qu’à Tokyo. Ce qui permet de garder la communauté en vie.

F : Après la période Street Fighter III Third Strike, tu as joué à Capcom vs SNK. Quel personnage jouais-tu ?

S : Nakoruru. Par la suite Capcom vs SNK 2 sorti en 2001, a bien marché et je suis allé à Tokyo pour la première fois. J’ai pu jouer contre Umehara pour la première fois, juste un match à Vampire Savior. Pendant cette période, il était complètement à fond dans Capcom vs SNK 2 et il ne jouait plus à Vampire Savior, j’aurais aimé le jouer au meilleur de son niveau.

Pour Capcom vs SNK 2, lorsque j’ai pu le voir jouer pour la première fois, je me suis dit : « C’est donc lui le fameux Umehara ! ». Mais je n’ai malheureusement pas pu lui parler.

F : Jusqu’au Tougeki 2004, tu as toujours continuer à jouer à Vampire Savior ?

S : Pas exactement, il y a une période pendant laquelle j’ai complètement arrêté le jeu, j’ai été absorbé par un autre jeu : un tactical RPG Disgaea.

Mais avec l’approche du Tougeki, je me suis remis à Vampire Savior. J’ai rencontré Nuki au premier tour.

[/wpcol_1half_end]

Sako (Buletta) vs Nuki (Bishamon), Tougeki 2004

________________________________________________________________________________________________

[wpcol_1half id= » » class= » » style= » »]F : Quels étaient vos relations à ce moment là ?

S : On s’entendait plutot bien, il venait de temps en temps à un gamecenter de Osaka. On n’a pas tant joué à Vampire Savior ensemble mais plutôt à Street Fighter III Third Strike.

F : Après le Tougeki, tu es passé sur quel jeu ?

S : J’ai un peu joué à Guilty Gear XX.

F : En parlant de Guilty Gear XX, il y a une technique que l’on appelle la Sako special, est-ce toi qui l’a inventée ?

S : Non, c’est juste une technique (un combo plus précisement) que j’ai vu et qui fut nommée par la suite. J’avais aussi le jeu sur console, je joue très peu à des jeux uniquement disponibles au gamecenter car j’aime bien m’entrainer chez moi.

S : Concernant le Tougeki, j’ai aussi participé pour Street Fighter II (il ne précise pas lequel). →

[/wpcol_1half] [wpcol_1half_end id= » » class= » » style= » »]F : As tu joué contre Umehara ?

S : Non pas du tout, j’ai vraiment joué contre lui que très récemment sur Street Fighter IV et avant ça nous n’avions quasiment jamais joué ensemble. Pour Street Fighter IV, je joue que online sur console, je n’ai pas de problème pour trouver du monde, ce qui n’est pas toujours le cas pour les gamecenter qui sont par moment vides. En plus il y a mon précieux training mode disponible sur console.

[/wpcol_1half_end]

Justin Wong, Sako et Daigo, Revelations 2011 (crédit photo Karaface)

Interviews, News

Famitsu interviewe Sako

Le site de Famitsu a publié aujourd’hui sur son site une petite interview de Sako, l’un des joueurs les plus célèbres de la galaxie Versus Fighting. Il évoque son sponsoring et le Revelations, tournoi auquel il participe ce week-end. Je vous propose une traduction de cette interview. Bonne lecture.

[dc]C[/dc]omment vous vous êtes retrouvé en tant que pro à SSF4 ?

Tout a démarré avec le Godsgarden Online, j’ai eu de bons résultats et je me suis fait remarquer auprès de John Nelson (Tournament Legacy) et Alex Valle qui m’ont invité au tournoi américain : Socal regionals. Je me suis bien entendu avec eux et après le tournoi, une fois retourné au Japon, j’étais désormais membre de la team HORI.

Qu’est ce que la team HORI ?

HORI est une marque de périphériques de jeu, je fais maintenant partie de cette équipe en tant que progamer.

Donc vous faites partie de la team par l’intermédiaire de tournament galaxy ?

Non, j’appartiens à l’équipe en tant que progamer et pendant les tournois, HORI est mon sponsor.

Quels jeux allez vous participer lors du prochain tournoi Revelations ?

Juste un seul : SSFIV AE. L’évenement se déroulera sur 3 jours, je compte participer aux tournois solo et en team. Il y aura aussi un kumite dont je ferai partie.

Quel est le point important pour vous pendant ce tournoi Revelations ?

Ce sera pour moi mes débuts dans la team HORI.

Pensez vous participer à d’autres tournois dans l’avenir ?

Oui à l’EVO en Juillet, ensuite à d’autres tournois par la suite.

Pour les futurs tournois, pensez vous jouer à d’autres jeux que SSFIV AE ?

En voyant la liste des jeux proposés, il y a pas mal de jeux qui pourraient m’intéresser, par exemple je serai bien tenté d’essayer SF3.3 Online.

Il semble avoir beaucoup d’événements à l’étranger, est-ce difficile pour vous de gérer tout ça ?

Oui je suis obligé de prendre des vacances de mon travail habituel (pas celui de progamer). Ensuite il y a le problème de la langue, la plupart des communications se font essentiellement en anglais à l’étranger. D’ailleurs je remercie ma femme aisni que mon entourage pour leur aide et support.

Dans quel esprit allez vous participez à ce tournoi Revelations ?

J’aimerais montrer aux gens à quel point SSFIV AE est intéressant, je compte participer avec le personnage de Ibuki et si j’en ai l’occasion je compte m’entrainer sur place avec la récente sortie console du jeu. En dernier recours, il se peut que je sorte un Yun …