Home / Communauté / Interviews / La chronique de Daigo (Arcadia, Mars 2011)

La chronique de Daigo (Arcadia, Mars 2011)

Cette interview est tirée du magazine Arcadia n°130 du mois de Mars 2011. Elle a été faite en compagnie de Morikawa, un senior dans le versus fighting, il s’occupe également d’une salle d’arcade. Tokido est l’invité de ce mois.

[wpcol_1half id= » » class= » » style= » »]

Question du mois : Le mind et le pif, la même chose ?

M : Morikawa
U : Umehara
T : Tokido

M : Ce mois-ci, nous avons un invité.

T : Bonjour, je m’appelle Tokido. Merci pour l’invitation.

U : C’est bien d’avoir des invités de temps en temps, donc je l’ai appelé.

M : Passons à la question du mois, qu’en pensez-vous ?

T : De mon côté c’est clair, j’ai déjà la réponse.

U : Ah oui ? J’aimerais bien l’entendre.

M : Avant que tu ne commences, j’aimerais que nous nous mettions d’accord sur la définition du pif. C’est du janken (papier-caillou-ciseaux) ?

U : Euh oui, c’est quelque chose qui ne change pas selon la personne qui le fait, l’aléatoire.

M : Ok. Ta réponse est-elle toujours aussi claire Tokido ?

T : Le mind et le pif sont bien deux choses différentes. Le janken c’est du pif, on perd ou on gagne. Le mind quant à lui est une prise de risque qui va te donner une bonne opportunité.
En général si ta théorie (de mind) est bonne, tu gagnes. Par exemple si l’adversaire a plus de vie, il va tenter moins de risques, alors que de notre côté, on va essayer de sortir un mouvement audacieux.
Ce mouvement audacieux est appelé mind et pas janken. En gros le pif sort sans raison alors que le mind sort avec un raisonnement derrière.

[/wpcol_1half] [wpcol_1half_end id= » » class= » » style= » »]

M : Je pense de même. Selon la situation : plus ou moins de vie, barre de super pleine ou pas, on va réagir différemment.

U : J’ai deux choses à dire à ce sujet, deux pensées différentes. La première est celle de Tokido, celui qui a la bonne théorie gagne (cf. les habitudes de jeu de son adversaire). La deuxième c’est la chance si les deux adversaires sont du même niveau (exécution, théorie, réflexe).
Pour le mind, il y a de la chance qui rentre en jeu; savoir ce que va faire l’adversaire a des limites, il ne faut pas aller trop loin par moment. Mais quelques fois la chance rentre vraiment en jeu dans des setups particuliers (il parle de SF3.3 avec la super de Chun-Li et le mix up qui suit après).

Question : Les top players ont-ils plus de chance au janken ? Peut-on « voir » le janken ?

T : Non. Si on voit le janken, ce n’est plus du janken. Le vrai janken est complètement hasardeux, il est inconscient, il n’y a aucune raison qui pousse à faire un certain mouvement plus qu’un autre.

U : J’aimerais revenir sur un point, la vitesse de réflexion. Ce facteur temps est important, car si la personne agit vite, l’adversaire n’aura pas le temps de minder. Dans ce cas là, on se rapproche du janken car il n’a pas le temps d’avoir la réflexion nécessaire pour minder.

T : Oui, ça peut ressembler à du janken mais les personnes fortes en mind n’ont pas forcément besoin de réflexion, c’est presque inconscient de voir ce que va faire l’adversaire. Et c’est là que l’on voit la différence entre les bons et les moins bons.

U : Oui, tout à fait d’accord. J’ai bien fait de t’appeler pour cette interview.

[/wpcol_1half_end]


About OrO

9 comments

  1. Elle est vraiment bien cette chronique ^^.

    Les réponses sont intéressantes.
    Ca pousse à la réflexion.

    C’est vrai que parfois on a pas le temps de réfléchir.
    En défense dans le coin face à Fei Long, ça peut aller vite. Même chose face aux jumeaux.

  2. Je mind tjrs, je ne pif jamais.

  3. quand le pif passe c’est du Mind llloooollll ^^

  4. Le pif se base sur la chance, mais à mon avis la chance est toujours au coté du plus fort ! c’est pour cette raison que les joeurs de haut niveau leur pif abouti souvent car ils ont assez d’experience pour mettre la chance à leur coté (zone bien, footsise, proc…). Et on appelle ça « mind ». Il ne vont jamais avouer que c’était du pif. non, non… j’ai « mindé » !!

  5. Ils pensent un peu comme nous les japs, ont s’inspire quand même beaucoup de leurs jeux et ce n’est pas pour rien.

  6. En gros ce qu’ils disent c’est qu’à partir du moment où il y a une réflexion par rapport à ce que fait l’adversaire, c’est du mind.

    D’un autre côté, il y a aussi le mind sans rélfexion, par pure habitude d’où la contradiction qui rend le sujet assez interessant.

  7. Oui très intéressant même.
    Merci Oro pour cette traduction ^^

  8. De rien, je vais essayer de faire de mon mieux pour que la suite arrive.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top