Home / Communauté / Joueurs et organisateurs : ce qu’il nous manque pour réussir

Joueurs et organisateurs : ce qu’il nous manque pour réussir

 

Diantre, voici que Neithan écrit sur HitCombo ! Pas de panique chers lecteurs, je viens en paix. La plupart d’entre vous ne me connaissent que comme le gai luron gérant Bas Gros Poing, mais j’ai au fil de ces presque treize années de vadrouille aidé sur de nombreux points relatifs au jeu de combat et des deux cotés de la barrière : j’ai été organisateur de tournois comme compétiteur, j’ai critiqué des jeux tout comme j’ai aidé des gens de l’industrie à entrer en contact avec notre communauté, j’ai grandement bavardé de l’état de notre scène (notamment avec C_nul et Bachaka mais pas que) et bien d’autres choses encore.

Si je prend mon clavier aujourd’hui c’est pour vous écrire un article qui s’adresse à la fois aux joueurs mais aussi aux organisateurs. N’y voyez aucune condescendance de ma part. Mon but est avant tout de faire passer un message clair et fort qui profitera à tous. Asseyez-vous donc et pardonnez la longueur mais il y a beaucoup à dire.

 

We are Legion

Avant de commencer, faisons un petit récapitulatif du fonctionnement de la scène française aujourd’hui. Le premier point le plus entendu dans notre pays est qu’il ne s’y passe rien.

C’est faux.

Nous sommes un des pays les plus actifs d’Europe en termes de scènes locales. Nous avons été surpris sur Bas Gros Poing quand nous avons lancé un annuaire visant à répertorier les associations françaises : il y en a en effet dans presque toutes les régions de France, et la majorité d’entre elles sont actives toute l’année. La France étant un pays très porté sur le social, beaucoup de ces associations ont des salles gratuitement qui leur permettent de construire quelque chose de durable sans trop de frais. Elles reposent sur le prêt de matériel par leurs membres et quand elles en ont les capacités financières, achètent leur propre matériel et le stocke afin de faciliter leur organisation. Leur financement fonctionne essentiellement via des adhésions aux associations et des inscriptions aux tournois et rankings le plus souvent mensuels.

Nous avons également un ou deux majors chaque année (jusqu’ici la World Game Cup et le Stunfest tenaient ce rôle) qui fonctionnent en réunissant la majorité de ces associations. Par exemple les streams de la World Game Cup réunissent à la fois Armshouse (Worst Gief EVER entre autres), Dans Ta Cave (Valentin) et la SWGA (Maho). Les organisateurs et arbitres sont issus de 3hit Combo (Rennes), la SWGA (Bordeaux et Toulouse), Games Culture (Marseille), La crampe aux doigts (Lille), Gnouz/Soul Arena (Paris), le Versus Dojo (Paris) tandis que les organes de presse et d’animation sont essentielement du web (Bas Gros Poing, HitCombo entre autres). Ceux qui ont été à la World Game Cup ont pu réaliser que tout fonctionnait plutôt bien.

Et à coté il y a évidemment une multiplicité de petits groupes de joueurs qui sont invisibles mais font des sessions chez eux et font vivre des micro-scènes locales sans rien demander à personne ou même s’afficher.

En résumé nous ne sommes pas si mal lotis pour un pays où « c’est mort ». Il est cependant important de comprendre que si nous voulons égaler un pays aussi actif que les Etats Unis il va falloir admettre que nous ne faisons pas tout correctement et que notre marge de progression est énorme. Et contrairement à la croyance populaire qui veut que les joueurs et organisateurs se rejettent la responsabilité de la morosité de notre scène, ceux-ci vont devoir faire des efforts pour s’aider mutuellement.

 

Les joueurs

Le concept de toute compétition, est celui de la pyramide : la base représente le nombre de joueurs et sa hauteur représente le niveau atteint. L’idéal est bien évidemment une pyramide équilatérale, c’est à dire dont les trois cotés ont la même taille. La base de joueurs est ainsi proportionnelle à la difficulté de la pente et tout est bien dans le meilleur des mondes.

Cependant on trouve le plus souvent deux types de pyramides en France :

  • La première est une pyramide peu élevée : la base est certes large, mais le niveau est bas progresse peu et les meilleurs joueurs ne sont en fait pas si bon que cela. A l’échelle française Street Fighter IV en est à ce stade : beaucoup de joueurs potentiels, un niveau relativement élevé, mais qui est en fait assez bas comparativement au reste du monde.
Le problème majeur de cette disposition est qu’elle ne motive pas les joueurs à se déplacer. L’attraction des joueurs pour un tournoi est en effet proportionnelle au niveau qui s’y trouve et en France aucun compétiteur ne peut se targuer de faire venir du monde via son nom. Le résultat est désastreux : un peu comme si on se contentait de soulever de la fonte à la maison, qu’on évitait toutes les compétitions régionales et nationales pour ensuite se pointer aux JO ou aux championnats du monde d’haltérophilie et croire qu’on peut faire des résultats et être sponsorisé, les joueurs français évitent les étapes intermédiaires, se contentant de leur communauté locale et des compétitions majeures, délaissant l’entre-deux.
Au delà de la problématique du niveau qui va alors stagner, ne pas se déplacer aux tournois intermédiaires bloque la quasi-totalité de l’appareil compétitif : si les joueurs ne viennent pas aux tournois il n’y a pas de rentrée d’argent pour les associations qui ne peuvent pas investir, il n’y a pas de retour sur investissement pour les sponsors, et il devient extrêmement difficile de faire des choses plus importantes (la WGC par exemple en souffre beaucoup). Il en va de même pour les joueurs : il est impossible de se faire sponsoriser convenablement (j’entends par là défraiement total à l’échelle au moins nationale) s’il n’y a pas assez de joueurs pour voir le sponsor.

 

  • La seconde est une pyramide en forme d’aiguille : le niveau est incroyablement bon mais il y a peu de joueurs et la pente vers le meilleur niveau est bien plus brutale, demandant plus de capacités. Un jeu comme Street Fighter 3 en est le parfait exemple : après 13 ans sur le même jeu, certains peuvent full parry n’importe quoi tandis que d’autres n’ont pas d’affrontements réguliers leur permettant d’apprendre à parer un simple Hadoken en EX.
Ici la difficulté est double car les joueurs n’ont pas d’autre choix que de jouer en groupe très restreint dans le courant de l’année et de venir sur l’unique compétition annuelle organisée pour eux. Ici le souci n’est pas que la machine est bloquée : il n’y en a tout simplement pas. Un jeu où les associations locales ont baissé les bras ne sera plus joué qu’à l’échelle micro-locale entre habitués, et ceux-ci vont voir leur niveau stagner faute d’adversaires différents. Ils seront toujours très fort comparativement aux autres joueurs, mais même leur niveau pourtant bon ne vaut rien à l’échelle internationale. Par exemple les joueurs de jeux Arc System Works, aussi bien en Europe qu’aux USA, n’ont quasiment jamais atteint le niveau nippon.

 

Les solutions

La première chose que les joueurs doivent faire est de cesser de considérer leur implication comme inutile. VOUS ÊTES IMPORTANT. Quel que soit votre niveau, quel que soit votre jeu, vous êtes LA variable qui permet de faire avancer les choses. Votre rôle est simple : venez et jouez. En faisant cela vous augmentez le niveau global en plus du vôtre, vous créez et vous êtes de la valeur ajoutée aussi bien financière que numérique qui permet aux associations et organisateurs d’exiger plus et de faire plus. Pourquoi les rankings mensuels français sont peu streamés ? Parce que le plus souvent les salles n’ont pas le net et que le faible nombre de joueurs ne permet pas de justifier la facturation d’un accès internet auprès d’une municipalité. Votre présence en masse peut décoincer ce genre de blocages.
La seconde chose importante est de cesser de croire que l’on peut faire les choses à moitié. Sans pour autant dicter la vie de chacun, il faut bien comprendre que ne pas venir à un tournoi/ranking parce qu’on a la flemme, pas l’envie ou parce qu’on se considère mauvais ne devrait même pas vous traverser l’esprit. Considérez cela comme un sport : aucun sportif un minimum sérieux ne loupera son entrainement parce qu’il a le cul dans son canapé et une bière à la main. La méthode le plus utilisée en sport est de se fixer des objectives atteignables sur le court terme et sur le long terme. Sur le court terme c’est tout à fait possible dans notre discipline : se donner pour objectif quelque chose de réaliste et graduel (gagner tant de matchs de pool, en sortir, aller en 16éme, etc) est motivant. Sur le long terme c’est évidemment d’être le meilleur mais pas que : votre objectif est la perennité de votre scène locale.
Dernière chose importante qu’il va falloir finir par faire : jouer à plus de jeux. Cessons la branlette du « j’ai pas le temps d’être compétitif sur tout », elle n’a plus aucun sens depuis que les joueurs américians ont prouvé qu’on pouvait le faire si on le souhaitait. A l’exception des différences souvent flagrantes entre 2D et 3D, les jeux ont tous les même bases qui peuvent être utilisées d’un jeu à l’autre. Contrairement à la croyance populaire le jeu de combat n’est pas un sport comme le football ou le rugby et ses joueurs ne sont pas mono-disciplinaires. Le jeu de combat est une forme d’athlétisme où les capacités du compétiteurs peuvent s’exprimer dans diverses disciplines liées. Chaque compétiteur aura sa spécialité mais participe à l’ensemble pour son enrichissement personnel et pour faire vivre son milieu car le jour où une discipline est retirée de l’athlétisme, celui-ci perdra en visibilité, en sponsoring et commencera à mourir.
Et c’est spécialement cet effort que les joueurs doivent fournir pour faire avancer la scène. Peu importe leur niveau, ils doivent faire vivre plusieurs disciplines pour ne pas que celles qu’ils préfèrent disparaissent. Vous pouvez être excellent à Street Fighter IV et mauvais à Persona, ce n’est pas grave : dans les deux cas vous ne serez pas seuls et trouverez alors des joueurs de votre niveau avec qui progresser.

 

La question financière

Maintenant parlons argent car c’est probablement ce qui passe par la tête de chaque joueur à qui on demande de participer à plusieurs jeux lors d’un tournoi. Positionnons-nous coté organisateur avant de revenir coté joueur. Comment sont financés tous ces tournois ?

Le plus souvent l’argent est avancé par l’association organisatrice voire des particuliers (sans citer de noms, sachez que certains ont mis leur compte personnel à rude épreuve pour vous et ont souvent perdu de l’argent) ou bien les inscriptions en amont du tournoi. Cet argent est ensuite remboursé par divers moyens : une entrée, les tournois, une buvette, ou même des dons. Il faut cependant bien comprendre que c’est le plus souvent le prix des inscriptions qui rembourse les frais et que plus les joueurs s’inscrivent tôt, plus l’organisateur peut améliorer son organisation.

Or aujourd’hui un organisateur ne peut décemment pas faire un tournoi uniquement sur un jeu : le prix des loyers, le coût de l’équipement, le défraiement des personnes concernées, tout cela a augmenté et coûte trop cher. Les organisateurs ne vous le diront jamais par pudeur et parce qu’ils ne veulent pas d’ennuis mais leur idéal est que vous fassiez plusieurs compétitions sur plusieurs jeux pour qu’ils gagnent plus d’argent et atteignent un équilibre financier. L’organisateur ne peut décemment pas vous demander 40 euros euros pour un unique jeu, ce serait ridicule. Sa seule marge de manœuvre est de mutualiser le matériel et le lieu dont les prix ne changent pas quel que soit le nombre de tournois, et travailler pour offrir plus lors de son event en espèrant que les joueurs suivront.

Coté joueurs, beaucoup accuseront alors la communauté du jeu le moins joué de ne pas être assez conséquente et se plaindront que ce n’est pas à eux de faire les bons samaritains en sortant leur porte monnaie. Mais faire cela revient aussi à avouer que sa propre communauté n’est elle même pas assez conséquente pour se la jouer solo. Après tout si le GOD de WatchDaMatch pouvait se contenter de Street Fighter IV, il le ferait au lieu de se donner du travail en plus avec King of Fighters, et vice-versa. Or même un jeu important comme Street Fighter IV ne peut plus prétendre à l’auto-suffisance financière.

Aussi les joueurs doivent prendre conscience que la mutualisation des tournois et rankings est une évolution logique et obligatoire de notre scène, et que celle-ci ne consiste pas juste à la réunion de deux communautés qui vont jouer chacune dans deux coins opposés de la salle, mais à une fusion de ces deux communautés qui joueront alors aux jeux proposés. En ce sens le Fist of Legend sur Virtua Fighter 5 co-organisé par Soul Arena comptait un petit paquet de joueurs purement Virtua Fighter mais aussi de membres connus de la communauté SoulCalibur. Si les deux jeux venaient à être ensemble en ranking il faut qu’au moins une partie des joueurs de Virtua Fighter fasse aussi l’effort de jouer à Soul Calibur pour assurer l’avenir de leur propre jeu.

Pour que cela se fasse sans trop de douleur, il convient aussi de cesser l’hypocrisie qui règne souvent dans notre milieu quand on parle d’argent. Dire que 7, 8, 10 euros c’est trop cher, c’est une fois de plus se moquer du monde. Un tournoi de 32 joueurs sur 4 postes corrects sans location de salle a une valeur théorique minimale de 2500 euros (consoles + écrans + jeux = 2000 euros ; transport du matériel + défraiement de 2 arbitres + sécurité et assurance de la salle + frais divers + petite épargne = 500 euros minimum). Chaque joueur coûte théoriquement 78 euros à l’organisateur, soit 70 de plus que le prix de son inscription. Un tournoi complet de 32 joueurs ne rapporte que 256 euros. Même si les consoles et écrans étaient prêtées, il faudrait au minimum avoir deux tournois de 32 joueurs complets pour commencer à rembourser les frais.

Questionner systématiquement ce que font les organisateurs avec l’argent des tournois est à la fois mesquin et blessant. Rappelons que les organisateurs travaillent le plus souvent sans être payés et n’ont pas toujours le loisir de jouer. Comme démontré ci-dessus la très grande majorité du temps l’argent suffit à peine à rembourser les frais et il n’y en a jamais assez pour défrayer tous les bénévoles. Les organisateurs sont le plus souvent des associations de loi 1901 ayant un compte en banque associatif dont l’argent est constamment ré-investi dans de nouveaux projets et pour rembourser des frais les membres doivent leur présenter des factures, ce qui est contraignant et souvent oublié pour les petites sommes.

Les organisateurs ne sont pas insensibles aux soucis financiers des joueurs. Engager le dialogue est un bon moyen de régler la problématique financière si celle-ci existe. Beaucoup seront d’accord pour faire des abonnements à l’année. Ils peuvent aussi prévoir des tarifs étudiants ou chômeurs (vu la situation économique actuelle cela n’est ni une insulte ni une moquerie, juste une réalité) et faire des forfaits tout compris. Il est aussi possible de faire un forfait dégressif quand on fait plusieurs tournois, voire d’offrir un petit bonus (boisson, nourriture) à ceux qui acceptent de jouer le jeu. Il est toujours possible de s’arranger et la majorité du temps les organisateurs sont accessibles aux joueurs qui doivent en profiter pour faire avancer cette question.

 

Les organisateurs

Globalement en France les organisateurs sont cools et compétents : ils font en sorte qu’on ne soit pas éliminés parce qu’absents, ils font des miracles avec le peu de moyens qu’ils ont et ne demandent rien en retour si ce n’est la participation à leur évènement pour être à l’équilibre financier. Alors pourquoi y a-t-il donc une telle défiance et un tel mécontentement des joueurs a leur égard ? Concrètement, qu’est-ce que les organisateurs peuvent faire pour contrer le manque d’attrait pour les tournois quand le niveau qui s’y trouve, bien que tout à fait correct, ne suffit pas à faire bouger les joueurs ?

Simple : communiquer. Donner envie aux joueurs. Leur faire comprendre qu’ils ont un rôle à jouer. Un tournoi qui ne se vend pas n’existe pas. Certains organisateurs diront que c’est faire la fine bouche dans un pays où il y a si peu de tournois mais devant l’investissement financier demandé les joueurs peuvent légitimement demander une communication correcte. Mieux : ils veulent être sollicités et teasés. Un peu de piquant ne fait jamais de mal !

Il y a deux types de communication à prendre à compte : locale et nationale. Mais pour qu’elle soit correctement faite, il faut que chaque organisateur/association/particulier comprenne que c’est un travail. Cela demande un investissement important et régulier, et pour cette raison chaque organisateur devrait nommer une personne à ce poste et la dégager de toute autre responsabilité. Un chargé de communication qui n’a pas le temps de faire son travail parce qu’il doit faire de la logistique ce n’est pas normal.

 

Communiquer localement

Le net n’es pas local, ou peu. Il y a des choses que l’on ne pense pas vraiment à faire pour trouver du monde sur les jeux de combat. Avez-vous déjà pensé à taper le nom de votre région suivi de votre jeu favori dans l’espoir de trouver un adversaire ? Probablement pas. Aussi il vaut mieux ne pas trop compter sur le web pour ce genre de recherche, mais viser des endroits stratégiques. Les amateurs de jeux de combat sont majoritairement des hommes de 15 à 35 ans. Ils ne jouent généralement pas que aux jeux de combat, ils font souvent des études supérieures.

La première chose à faire pour créer sa scène locale est donc de créer un flyer ou une affiche (les deux c’est mieux pour contenter les gens chez qui vous allez les mettre) explicatif et de le placer dans des endroits stratégiques : les magasins de jeux vidéo sont l’idéal, mais les collèges, les lycées, les IUT, les universités en sont aussi. Pas besoin d’y aller toutes les semaines, une pile de flyer ou une affiche en début de saison des classes ou pendant les fêtes ou les soldes sont suffisants. La plupart des lieux scolaires ont des panneaux d’affichages dédiés à cet usage qui n’attendent que cela. Ne sous estimez pas ces endroits : une unique personne venant à votre tournoi peut en ramener d’autres au fil du temps. Le bouche à oreille est une composante essentielle de la communication locale et il faut avant tout réussir à ameçoner au moins une personne de chaque milieu pour que celle-ci puisse en faire la promotion mieux que vous car elle y sera plus connue et respectée.

Enfin pour les rendez-vous, les horaires et autres choses du genre, vous pouvez aujourd’hui facilement créer des groupes sur les téléphones ou ordinateurs et envoyer un SMS ou un Mail commun à tout le monde sans que cela soit compliqué on prenne beaucoup de temps. Pour l’organisation du matériel, définissez via un calendrier qui amène quoi et quand, et mailez le à tous vos membres. N’oubliez pas non plus de préciser la tarification, le lieu précis. Tentez de créer au moins une page Facebook pour votre évènement régulier, mais ne vous reposez pas que là-dessus. Des gens qui ne vous connaissent pas ne viendront pas à vous, c’est à vous d’aller à eux.

 

Communiquer nationalement (aka sur le net)

Vous et vos potes êtes chauds, vous avez une salle, des consoles. C’est le moment de faire un tournoi national, même de petite envergure. Félicitations mais il va falloir ramener du monde.

Premièrement : trouvez un nom qui claque et faites une affiche dont on soit sûr de se souvenir. Si votre évènement n’a rien de spécial vous avez déjà perdu, il faut que vous trouviez votre petit truc à vous qui vous démarquera. Cela peut-être un invité de marque, l’humour, un sponsor qui vous aide, etc… Ensuite faites vous un site sur wordpress ou blogspot ou n’importe quoi qui soit éditable facilement. Harmonisez l’aspect visuel de votre site avec le nom et l’image de votre tournoi. Si vous avez une affiche classieuse, arriver sur un site tout moche qui n’a aucun rapport ne fera que souligner votre manque de cohérence.

Sur ce site faites des pages explicatives claires et bien mises en page. Evitez les blocs de trois plombes, privilégiez les listes, mettez en gras ce que le lecteur cherche en premier (les jeux en font partie) et soulignez les points essentiels que les gens ont tendance à trop souvent oublier (genre les horaires et tarifs). Expliquez pourquoi votre tournoi est immanquable, qui sont les organisateurs. Faites une page expliquant toutes les démarches à faire pour venir : aéroport et gares les plus proches, adresse exacte, google map. Trouvez les hôtels et campings les plus proches et indiquez leurs adresses, tarifs et numéros de téléphone. Indiquez également s’il existe des commodités telles que les toilettes et les supermarchés.

Avant de passer à la communication proprement dite : faites un communiqué de presse qui soit copiable. Dedans indiquez tout ce qui est listé, dans un français correct et sans fautes, le tout bien mis en page. Si vous comptez sur les autres pour corriger vos fautes, décrire le tournoi et newser dessus, vous avez déjà perdu.

Enfin, communiquez partout. Hitcombo possède une liste de tous les sites et comptes twitter traitant de jeux de combats, utilisez la. Envoyez un mail à tous les gens que vous connaissez suceptibles de faire passer l’information. Créez une page Facebook, un compte Twitter, partagez au maximum. Trouvez les gens qui tiennent des sites, les gens influents du milieu et envoyez leur un message personnel. Trouvez les joueurs importants et invitez les à participer et s’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas, remerciez les quand même et demandez leur s’ils peuvent tout de même passer l’information.

Renseignez-vous sur les sites généralistes voir s’ils n’ont pas un topic dédié aux jeux de combat, et dans ce cas postez vos informations. Jeuxvideo.com, Gamekult ont par exemple des communautés actives sur le genre qui ne demandent que ça. Quand aux sponsors, faites un communiqué de presse qui leur est dédié et fait plus dans le chiffrage de vos précédents évènements que dans le listing des jeux ou les horaires. Le but est de leur donner envie de participer à quelque chose et de leur faire comprendre ce qu’ils ont à gagner.

Vous ne pourrez pas forcément répondre à toutes les questions sur tous les forums donc indiquez un mail, la page facebook ou la page twitter de votre évènement comme endroit où l’on peut poser les questions. Venez-y tous les jours et soyez courtois. Enfin faire une unique annonce et penser qu’elle a été lue est stupide. Rappelez que vous êtes là régulièrement, dévoilez vos informations importantes (invités, sponsors, etc) au fur et à mesure. Soyez ouverts et sympas, sautez sur les occasions de rencontrer et discuter.

Dernier point quand même : ne faites pas non plus de zèle à base de même message spammé tous les jours à tous. Si vous êtes lourds, personne n’aura envie de participer.

 

Le stream

Ca va en faire grincer des dents, mais ne pas streamer ses tournois ou rankings aujourd’hui est une hérésie. Si vous avez un tant soit peu d’ambition et de moyens pour votre tournoi, streamez le. D’une part car cela vous donne un argument de communication supplémentaire et assoit votre réputation, mais en plus parce que vous pouvez faire vivre votre évènement à ceux qui n’ont pas les moyens de s’y rendre. Vous l’inscrivez aussi dans le réel. Un tournoi peut avoir lieu un weekend mais il n’y a aucun moyen de savoir ce qui s’y déroule à moins que votre communiquant ne soit chargé de rendre en temps réel les résultats, ce qui est très casse bonbon et parle peu si vos joueurs ne sont pas connus. Même si quelqu’un ne regarde pas longtemps, vous avez marqué un point en lui faisant comprendre que les choses ont réellement lieu.

Aujourd’hui faire un stream ne coûte plus aussi cher à faire en termes de matériel et ne demande pas de compétences techniques complexes, juste une ou deux après midi de travail pour que tout soit prêt. Calculez le nombre d’évènements de l’année passée, le nombre de joueurs que vous avez, compilez vos chiffres en une présentation claire et lisible et faites un résumé de vos buts et foncez voir des vendeurs de matériel informatique locaux pour qu’ils vous sponsorisent. Si obtenir un ordinateur est probablement difficile, une carte d’acquisition correcte est possible. En échange posez une bannière du magasin sur la scène ou les murs de votre salle. Si cela ne touchera pas les joueurs venant d’autres régions, les locaux retiendront qui est le sponsor et c’est l’important.

Pensez à faire des overlays, à mettre le nom de joueurs et vos sponsors, à faire tourner les commentateurs. Contrairement au chargé de communication qui doit bosser seul, créez une équipe de deux ou trois techniciens qui se relaieront durant la journée et pourra faire les tournois. Ne laissez pas un mec tout seul pour boucher les trous quand il ne se passe rien car s’il dit n’importe quoi ou n’est pas motivé, vous donnerez une image ennuyeuse de votre tournoi. Privilégiez un duo de commentateur plutôt qu’un homme seul, assurez-vous qu’au moins un des deux soit suffisamment connaisseur du jeu. Lors des pauses mettez une petite vidéo avec votre logo pour faire patienter les gens qui en profiteront pour faire une pause pipi ou se chercher une bière.

Mais quoi qu’il arrive, streamez vos tournois et rankings. Vous n’existerez pas dans l’inconscient collectif tant que vous ne ne le ferez pas et quoi qu’on en dise les vidéos de rankings français postées après n’intéressent presque personne. Le principe du stream est simple : sans effort et en exclusivité vous proposez à un individu de vivre un instant qu’il ne pourra pas vivre plus tard. Il pourra tomber sur un bon match, voir le visage des joueurs et retenir leurs noms et pourra ainsi en parler à d’autres. Encore une fois le bouche à oreille est important.

Autant qu’un outil de retransmission, le stream est un moyen de communication de votre évènement et surtout un moyen d’expansion énorme pour la scène française car ses chiffres de visites sont un argument supplémentaire pour obtenir du sponsoring. Donc organisateurs comme joueurs : STREAMEZ.

  

 

Conclusion

Une communauté est un groupe d’intérêts qui partagent les joies et les efforts d’un projet commun afin d’en assurer l’existence. Aujourd’hui nous avons un choix à faire : soit nous faisons bloc de manière unie pour assurer notre pérennité, soit nous mourrons à petit feu.

Nous devons – et ce n’est pas une option ou des paroles en l’air – nous devons devenir une communauté. Cela signifie accepter les différences comme un enrichissement et non une menace, accepter les demandes légitimes des uns et des autres et travailler pour y répondre, faire les efforts nécessaires même si déplaisants.

Est-ce insurmontable pour les joueurs français de jouer à plus d’un jeu ? Bien sûr que non, une petite heure de training par semaine leur suffira pour progresser un minimum et arriver armé, tester leurs compétences, et rentrer avec de nouvelles choses à apprendre, testé et approuvé. Est-ce vraiment difficile de se bouger quand il n’y a qu’une date par mois ? Bien sûr que non, on peut aujourd’hui s’organiser facilement pour y aller entre amis, ne pas oublier la date en s’abonnant sur Facebook ou Twitter.

De leur coté les organisateurs peuvent faire un tarif dégressif (ils le font souvent déjà) pour ne pas trop tirer sur le porte monnaie des joueurs, et en contrepartie doivent faire leur travail de stimulation de leur communauté locale en étant actif aussi bien localement que sur le web. De notre coté sur Bas Gros Poing nous préparons des outils qui faciliteront la diffusion et la recherche d’évènements liés au jeu de combat en France, aussi bien pour les organisateurs que pour les joueurs, épargnant ainsi aux premiers une quantité de travail absurde et donnant aux seconds un moyen de se renseigner rapidement sur les dates à venir.

Si nous ne faisons pas cet effort maintenant, la saison 2012/2013 sera la dernière d’envergure pour notre milieu. L’éviter ne demanderai que peu d’efforts à l’échelle individuelle et il convient de se bouger maintenant. Commencez par partager cet article le plus largement possible, discutez avec vos amis joueurs et membres d’associations sur les moyens que vous pouvez mettre en oeuvre pour faire avancer la communauté.

Neithan

Chef fondateur et tyrannique
Bas Gros Poing / basgrospoing.fr

About Neithan

60 comments

  1. J’hésitais à introduire l’article ou pas. Au final j’ai rien touché du texte d’origine de Neithan à part les deux images pour faire plus « beau » xD

    Je pense que tout le monde comprendra le contexte de l’article mais au cas où pour ceux qui dormait dans le fond de la classe je vais le préciser.

    Avec le Bushido Impact qui va se dérouler ce week end, Neithan nous a envoyé un article il y a plusieurs jours pour nous donner son avis et aussi des conseils sur la communication autour des tournois. Ca tombait bien vu que l’organisation du tournoi a été assez chaotique. L’article concerne autant les joueurs que les organisateurs

    • Faut pas exagérer, la communication sur les problèmes de Bushido est à l’image du reste de sa communication : quasi inexistante. Heureusement que Toasty est là et a remonté l’info sinon je passais outre. En fait les derniers inscrits ont eu plus d’infos que les premiers, je me suis inscrit le 29 juin !

  2. tous ce blah blah pour pas grand chose !

    la raison est plus simple que ce pavé de gosse pour psychiatre !
    les jeux de bastons sont une niche en europe culturellement parlant si ont compare avec l asie et les usa , comparé au reste genre du casual gaming .
    pour les events , c’est encore plus simple la seule chose qui reste par la structure ( capcom) etc un filon interessant , mais la communication est pas terrible dans le sens ou la moyenne d’inscrit est de 100 personnes dont 80 parisiens en exemple sur Paris .
    pour le reste de mes dires , les parisiens au melons énormes , qui dépassent pas les poules au japon et states et qui se déplace pas au events en FRANCE , qui emmerdent les orgas sur la structures pour les events .
    puis d ‘autres se déplace par aussi du fait que il y a beaucoups de magouilles pour du cash price digne d’un bon petit resto !!

    après parler des choses que l ont aimes ses bien , mais la structure journalistique ,
    c’est comme au bac ont dissertes donc (thèse, antithèse, synthèse / dépassement)

    • Les jeux de combat sont une niche en Europe parce que tu as decide de le decreter. Si tout le monde comme toi dit « mais non c’est une niche, pas besoin de se bouger », ca restera justement une niche. La raison pour laquelle les jeux de combats sont super populaires aux Etats-Unis (je ne vais pas parler du Japon parce que chez eux c’est juste culturel), c’est parce qu’aux US, les joueurs agissent exactement comme Neithan l’explique ici. Les mecs vont entrer au tournoi SFxT meme si ce sont des sacs pour aider la communaute et montrer leur soutien a l’organisateur. Ils vont se deplacer toutes les semaines. Ils vont se bouger a tous les gros events (rappel: les Etats-Unis, c’est a peu pres la taille de l’Europe. Pendant que toi qui consideres le jeu de combat comme etant une niche, tu ne te deplaces pas, des americains font 8h de bus ou 5h d’avion pour aller aux tournois. Tu irais en Russie pour un tournoi toi? ).
      Ce n’est pas « culturel », c’est une question de motivation.
      « Les parisiens au melon enorme » comme tu le dis, ils vont au Kumite a Toulouse, a la WGC a Cannes, au Stunfest a Rennes, aux qualif SF25 du pif a Strasbourg.
      Le cash prize « digne d’un bon petit resto » est justement la parce que… toi, entre autres, tu ne te deplace pas. On ne trouvera pas de sponsors coherents tant qu’on n’aura pas des tournois avec beaucoup de joueurs. Et on se permet de dire « Ouin y a meme pas 500 euros de cash prize j’y vais pas » alors qu’on ne peut pas aspirer a plus vu nos structures actuelles.
      Une communaute, c’est pas juste un organisateur philanthrope qui va se dire « TIENS ET SI JE FAISAIS UN TOURNOI A 10 000 EUROS POUR ATTIRER DES JOUEURS LOL ». Une communaute c’est des dizaines/centaines de joueurs qui se reunissent dans un meme but: s’eclater et avancer ensemble.

      (oh, et… quand on fait un commentaire passablement denue de sens a cause de l’absence de toute structure, et ponctue de fautes d’orthographe de partout, on evite de donner des lecons sur « comment organiser un article selon la structure journalistique »)

    • Excellent article qui cristallise justement ce qu’il y a a ameliorer en France.

      Et ce que je trouve d’autant plus interessant, c’est qu’il resume toutes les differences que j’aie pu voir entre la communaute americaine hyperactive dans laquelle je vis actuellement, et la communaute francaise avec qui je jouais avant (et avec qui je joue toujours, le lag c’est pour les faibles ^__^ )

  3. Très bon article qui met le doigt sur les HIC dans la communauté. Rien de catastrophique mais il reste à construire 😉
    [Au passage les assos qui veulent communiquer, hésitez pas à me contacter pour en faire une news de votre event dans les R1]

  4. Perso cela m’a directement touché car je me suis senti concercné.
    En fait je suis parti des à priori avec l’idée que je n’ai pas le niveau pour participer à un tournoi et donc que cela ne servirai à rien d’y participer.

    A quoi bon participer quand tu vois des noms comme WDM/Will2pac, WDM/Coungster ou Elive/FRionel ( je n’ai rien contre eux bien au contraire ) ??? Je me disais c’est leur donné 10/20 euros d’avance .
    Je n’avais pas cette analyse d’une organisation de tournoi.

    Je demande qu’à progressé avec des gens, des vrais et non sur le live ou le PSN.
    Y’a rien de mieux que des sessions IRL pour échanger, discuter.

    J’aurai aimé participer au BUSHIDO mais mon niveau ne permet même pas de prétendre aux poules.

    Par contre si des gens connaissent une orga dans l’ESSONNE j’en suis et direct.

    • Han2o,

      Si ça peut te motiver encore davantage, dis-toi que payer un tournoi, c’est souvent synonyme d’obtenir un accès à une zone freeplay. Là, tu pourras rencontrer des joueurs faibles, moyens ou forts auprès desquels tu pourras échanger des informations, obtenir des conseils. La plupart d’entre eux ne disent pas non si on prend la peine de leur demander.

      Perso, je suis loin d’être bon sur mon jeu de prédilection qu’est SSF4, mais ce que j’ai appris, je l’ai appris au cours des différents tournois et IRL.

      En un mot, si tu as des hésitations, fonce ! Je te promets que tu te feras plein de bons souvenirs (et peut-être même de nouveaux contacts) tout en progressant ! :)

  5. Un texte ma foi très intéressant, et dont je partage globalement le point de vue.
    Bien que n’ayant jamais été orga dans le milieu (et ayant participé qu’à peu d’évènements dans l’ensemble), il y a un point sur lequel je suis on ne peut plus d’accord, c’est à propos de la com’ IRL.
    Internet c’est bien, mais sur un sujet aussi obscur, difficile de tomber dessus au hasard, et je pense, d’après mon expérience dans le domaine, que le hasard joue aussi, et qu’il ne faut pas le négliger. Même en jouant beaucoup, on peut ne pas avoir l’habitude de vérifier tout ce qui se fait niveau évènementiel. Et rien de mieux qu’un flyer ou une affiche pour faire germer l’idée. Mais le plus dur est clairement de trouver le « pousse-au-cul » qui fera franchir le pas aux joueurs indécis (dont je fais parfois parti).
    Un autre point sur lequel je voudrais revenir, c’est l’ouverture à l’extérieur. Alors là encore je ne sais pas du tout comment la plupart des associations se positionnent par rapport à ça, mais quand je vois le succès (relatif on est d’accord) de Ken Bogard ou des streaming de la WGC, je me dis qu’il y a tout une frange de joueurs plus ou moins occasionnels qui s’écarte d’elle-même de la « communauté », et que malheureusement, pas grand chose n’est fait pour rapprocher ces personnes qui peuvent (je dis bien qui PEUVENT) se heurter à des communautés parfois assez fermées, même si c’est involontaire.

    Enfin bref c’est mon avis de mec qui n’y connait pas grand chose en orga et encore moins sur la scène française de la baston, mais qui pense qu’on a dans notre beau pays les capacités de faire mieux!

  6. Le sujet est très intéressant, et de nombreux points plus ou moins évidents ont été soulevés. Je trouve juste dommage que l’article de ne traite pas plus d’une des plus grandes problématiques qu’on rencontre en France au niveau des joueurs : la mentalité.

    Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que pour beaucoup de joueurs, il existe une sorte de barrière invisible qui les empêche de progresser et de s’investir d’avantage à leur jeu, sous prétexte que quoi qu’il arrive, ils resteront du côté des « faibles » (chose qu’ils n’avouent jamais bien entendu). A croire qu’il y a une sélection naturelle qui désigne ceux qui seront « top players » et ceux qui ne seront là que pour alimenter les (maigres?) cash prizes.

    Cette attitude m’a toujours énervé car je trouve ça réellement blessant pour les joueurs qui se sont défoncés pour progresser et aller plus loin en tournoi, et qui finalement y sont arrivés, de voir les autres refuser d’aller plus loin et se contenter de leur niveau, voir pire, abandonner en cours de route…
    Nous avons tous été faibles, et nous sommes tous morts en poule pendant des années avant d’arriver à concrétiser le moindre petit top 8. Mais on a jamais lâché l’affaire, et on a fini par y arriver!

    Si l’ambition générale du plus grand nombre pouvait croître, je suis certain que la motivation d’aller en tournoi, d’organiser des sessions, d’y aller, de se renseigner, de partager et d’étudier les jeux n’en serait que plus grande!

    Alors bougez vous le cul, la première place de chaque tournoi est disponible pour chacun de vous, alors venez la prendre par la force de vos efforts!

  7. Cet article infantilisant qui sert à rien…

  8. Je trouve qu’au contraire, ça ne fait que bassiner ce qu’on sait déjà et ne met absolument pas le doigt là où il faut.

    Je trouve ton article plein de bonnes ondes, mais il est à la fois décalé de la réalité et manquant de recul Neithan, tu vois les choses d’un oeil beaucoup trop « old school » à l’époque où 3hitcombo/Gnouz/CTPL étaient les principales structures et qu’on ne pouvait pas véritablement parler de sponsors.

    Plusieurs points simples :

    – les joueurs : les meilleurs joueurs ne viennent maintenant que s’il y a un enjeu à la clé. Elle est largement révolue l’époque où BK/Mymoza et autres joueurs se bougeaient juste pour le plaisir de jouer. On a le LIVE maintenant et le simple fait de passer un week end hors de sa ville pour doser ou se lever tôt pour jouer ne branche pas grand monde et à juste titre.

    – les tournois à 10€ qu’on trouvait trop chers, c’était à l’époque où on avait des principalement que des rankings de 3 à 5€. Aujourd’hui participer à un tournoi coûte au bas mot 15€, voire 25€ si on tient compte du dernier Bushido ou des HGL. Pour quelqu’un qui se plaint sur Twitter de ne gagner que 300€ par mois, tu flingues presque 10% de ton mois là… Enfin me concernant, le prix des tournois me dérange plus autant qu’avant, je voulais simplement dire que les tournois « tous gentils, tous beaux où tout le monde y voyait une occasion d’enfin pouvoir se voir » à 8€, c’est terminé.

    – les structures : contrairement à ce que tu dis, pas mal d’orgas sont désormais des entreprises (les salles arcades, HGL, MT-Events, Bushido ?) et les enjeux/moyens ne sont clairement plus les mêmes. Il en est de même par rapport aux attentes des joueurs: je préfère savoir que les 15€ que je donne à WDM vont servir à couvrir les frais que me demander où part l’argent que je donne à la WGC sachant que les tarifs ont doublé par rapport à l’année précédente. Aussi je pense que de manière générale, il n’y a plus véritablement de volonté de faire des events sympas juste pour doser à cause de l’investissement requis et du peu de crédit qu’on en tire (faute au LIVE en partie).

    Je trouve que ce pavé ne mène pas à grand chose si tu ne considères pas l’évolution claire et nette du jeu de baston en France outre le fait qu’on peut maintenant streamer, et que tu oublies qu’on aimerait/espère tous que le genre se professionalise aujourd’hui (c’est bien d’ailleurs le but de ton article non ?).

    Quand tu vois que certains tournois avec cash garanti sont organisés par dessus la jambe presque sur un coup de tête (cf. tournoi de Berlin), alors que vous vous donnez corps et âmes pour tenir un event ne pouvant pas promettre autant, je pense qu’il faut plutôt changer d’axe de réflexion et aborder le « problème » d’une autre manière.

    • Saunic : le souci c’est que la plupart des arguments que tu me donnes sont justement ceux qu’il faut arrêter de considérer comme étant inamovibles et importants parce qu’ils vont tuer notre milieu. Les joueurs qui font les vieux qui se bougent pas, les 15 euros trop chers pour un event, la question de où va l’argent, c’est de la merde.

      Tu veux réfléchir le problème d’une autre manière mais comment ? Tu crois qu’un sponsor va sortir du bois et nous filer un chèque en blanc là maintenant de suite alors que la scène se réduit ? La seule solution pour faire bouger les choses c’est d’avoir du fric et pour avoir du fric il faut des sponsors, et pour les sponsors, il faut du monde.

      J’ai bien envie que ça se professionnalise, mais ça ne le fera pas tant que la mentalité canapé/live/radinerie/mesquinerie restera en place. Ce n’est pas à des gens extérieurs à notre milieu de s’auto-convaincre de notre valeur (inexistante aujourd’hui) mais à nous de leur montrer qu’on a les crocs.

      Et pour ça, faut bosser. Tout le monde, tout le temps. Arrêter de se cacher derrière des raisons bidons ou la flemme. Quand tu veux quelque chose dans la vie tu bosses ou tu ne te plains pas de pas l’avoir.

  9. Bah non, pourtant il n’y a pas besoin d’être devin pour le voir non ?

    Il y a des NML à Lille, à 2h de route de Paris tous les mois, à une fréquence aussi régulière qu’au Bushido, ça coûte rien du tout d’y participer, mais personne n’y va jamais en dehors des Lillois et ils se retrouvent à faire des tournois à 10 personnes entre eux.

    Et quand il y a une qualif en jeu, bah tu vois Alioune ou Lorddvd qui s’y rendent.

    C’est un signe d’amour inconditionnel envers le jeu peut être ?

    • Paris-Lille c’est +60€ aller-retour en TGV (direct en 1h) auquel s’ajoute le trajet domicile-gare du Nord. Je suis déjà allé à la crampe aux doigts et ça démarre tard (13-14h), et suis reparti vers 21h pour être sûr d’avoir un métro au retour. Je trouve que ça vaut le coup d’y aller que si l’on fait nocturne, sinon ça fait 5-6h de dose seulement comparé au temps de trajet total ( (TGV+métro)x2=+3H pour moi) et au prix. Association géniale par contre, les lillois ont de la chance.

  10. Je rejoins densetsu qui résume très bien beaucoup de choses.

    Également, Neithan sur la manière de rappeler les enjeux, surtout côté joueurs.

    Saunic aussi tu dis vrai, j’ai adoré tes derniers tweets. 😛

    Bref, je reste pessimiste quand je vois les mentalités et la place Qu’a pris l’argent, sur la passion.

    Ps : petite coquille neithanounet, le God of Fight c’est le versus dojo 😉

  11. Euh faut aussi arrêter de vous regarder le nombril… on est nombreux à en avoir rien à foutre de la compétition. On est nombreux à avoir une vie à coté et un VRAI boulot ou des cours à suivre. On aime le jeu, on aime jouer, et on y passe déjà un certain temps sur le live ou pas. On est donc aussi nombreux à trouver que le temps qu’on y passe aujourd’hui est SUFFISANT.

    Ça me fait donc beaucoup rire de lire qu’il faut « cesser de croire que l’on peut faire les choses à moitié » ou qu’il faille faire le sacrifice de se pointer juste pour que la communauté progresse et « rattrape son retard »… vous vous rendez compte du ridicule que vous atteignez dans le sérieux ?!!

    Personnellement que la communauté française rejoigne les japs et us j’en ai absolument RIEN à cirer, faut arrêter d’en parler comme si c’était dramatique et qu’on le vivait mal… ça fait pitié ! On dirait des mongoles qui s’inventent une guerre mondiale tout seuls !

    Bref si chacun jouait comme il l’entendait au lieu de vouloir s’improviser leader d’opinion à tout bout de champs et donner des leçons en forme de wall of text inutile. Cette communauté ne s’en porterai que mieux.

    • Je peux tout aussi bien te dire d’arreter de regarder ton nombril a toi. Cet article s’adresse justement a ceux qui sont interesses par faire avancer la communaute. Libre a toi de preferer jouer sur le live/en offline avec des potes, on n’est pas tous des joueurs de tournoi ou des joueurs « serieux » =)

      Par contre l’attaque tres basse « Certains ont une vie et un boulot/des etudes », c’est vraiment a la fois petit et completement hors sujet. Ne va pas dans les raccourcis faciles et invalides « Ouais mais moi j’ai une vie », n’importe qui sachant organiser sa vie est tout a fait capable d’allier boulot/etudes, vie sociale, sport et tournois Street Fighter. D’ailleurs si tu connaissais les gros joueurs francais (ce qui ne doit pas etre ton cas puisque tu consideres qu’ils n’ont pas de vie), tu saurais qu’on en a qui sont aussi en parallele top FR musculation, top FR poker, top FR boxe thai ou encore top FR accoster des filles le vendredi soir 😛

      Bref. Si tu ne souhaites pas t’investir serieusement sur le jeu, c’est ton droit, evidemment (auquel cas cet article ne s’adresse evidemment pas a toi puisque ce n’est pas ce que tu recherches). Mais sois suffisamment ouvert d’esprit pour comprendre que certains se passionnent sur un jeu et souhaitent faire de leur mieux pour le faire avancer, ce qui est entre autres mon cas ainsi que celui de Neithan, sans leur manquer de respect et les considerer comme « des mongoles ». Chacun ses opinions et ses passions, a nous de les respecter.

      See you sur un stade de foot/autour d’un verre/a un tournoi Street Fighter/dans une salle de sport/au semi-marathon de Paris =)

    • -1000
      Toute personne désintéressée par rapport à se sujet s’abstenir !

      Cet article est adressé aux personnes concernés par la scène du VF. Qui ont ce désir d’égaler la scène du VF en USA et pourquoi pas le Jap. Tu crois que les tops joueurs au monde n’ont pas de vie personnelle !! détrompe toi, tokido jeu en moyenne une heure par jour, Sako marié et travail en //, bcp fond des études en //…

      Si tu n’arrives pas à exceller dans le jeu, n’accuse pas les autres (Surtout TOP Player) comme quoi il n’ont pas de vie. Ils l’ont sacrifié peut-être pour pouvoir y arrivé ?! 😉

  12. Eldready-Geekafarce

    « Les joueurs : les meilleurs joueurs ne viennent maintenant que s’il y a un enjeu à la clé. Elle est largement révolue l’époque où BK/Mymoza et autres joueurs se bougeaient juste pour le plaisir de jouer. On a le LIVE maintenant et le simple fait de passer un week end hors de sa ville pour doser ou se lever tôt pour jouer ne branche pas grand monde et à juste titre.

    – les tournois à 10€ qu’on trouvait trop chers, c’était à l’époque où on avait des principalement que des rankings de 3 à 5€. Aujourd’hui participer à un tournoi coûte au bas mot 15€, voire 25€ si on tient compte du dernier Bushido ou des HGL. Pour quelqu’un qui se plaint sur Twitter de ne gagner que 300€ par mois, tu flingues presque 10% de ton mois là… Enfin me concernant, le prix des tournois me dérange plus autant qu’avant, je voulais simplement dire que les tournois « tous gentils, tous beaux où tout le monde y voyait une occasion d’enfin pouvoir se voir » à 8€, c’est terminé. »

    L’asso 3hit combo (dont je suis adhérent) organise mensuellement des rankings pour 8 euros justement, et des joueurs font le déplacement à chaque fois de toute la Bretagne (et même parfois d’ailleurs) sans que le moindre lot ou cash prize soit en jeu, ou de façon très occasionnelle. On y vient donc par passion, et en parallèle, le niveau (du moins sur certains jeu) augmente d’année en année. Et quand je parle de gens qui font le déplacement, c’est pas 3-4 mais plutôt une trentaine. Il faut croire que la passion n’est pas morte partout…

    La, comme ça, je dirais que le problème, c’est que la distance (j’entends sociale) entre les joueurs est trop grande, soit par « timidité » soit peut être par égocentrisme. Et en ça je suis tout à fait d’accord avec Neithan, les choses ne s’arrangeront pas tant qu’il n’y aura pas une vrai « communauté » comme on en a en Bretagne. Le jeu, ça a avant tout un aspect social, c’est dans l’échange qu’on progresse (en terme de niveau comme d’organisation), si chacun joue pour sa gueule et même, à en croire certains, par seul appât du gain, on ne peut pas construire quelque chose sur le long terme.
    Et quand je parle de construire quelque chose, c’est pas nécessairement des gros sponsors et des gros cash prizes (j’en ai rien a carrer) mais simplement d’avoir des échanges entre différentes assos/structures, des échanges qui nous donneraient envie de nous déplacer à droite à gauche pour faire vivre un peu tout le bouzin.

  13. Faya ! J’ai que ça à dire, nous on est en Guyane et on n’est pas beaucoup donc les joueurs ont déjà compris qu’il faut jouer à plusieurs jeux.
    De plus on a un ping de 200 dans le meilleur des cas donc pas de net sur le vsf (non on ne joue pas avec 200 de ping ne répondez pas^^).
    Donc on oublie aussi le streaming, ce qui est vraiment chiant pour les sponsors etc.
    Vous avez donc beaucoup de chance et de facilités en France (bien sûr vous avez aussi des inconvénients on ne dit pas le contraire mais mon dieu que je serai bien avec une vrai connexion^^).

    Mais avec de la motivation et une envie d’une vraie communauté, là je suis d’accord avec Neithan, on peut y arriver. La preuve on n’est personne et on va à l’EVO tous les ans (depuis 2010 sans se dire que les mecs sont trop forts pour nous…on le sait déjà ça^^).

    Et un dernier point sur l’argent, je suis plus que d’accord, étant le président et l’organisateur des events CDV, chaque fois que j’entends que 5 ou 10 euros c’est trop chèr, je ne prends même plus la peine de répondre…(je ne me pose pas cette question quand mon banquier m’appelle pour me demander ce que je fais de mon argent).

  14. Je dis un gros HELL YEAH!!!!!A Neithan!!!!je rejoins friokugen et moi sommes gen sur ce qu’il dit(et lui et moi ne sommes pas souvent d’accord :-) ) et puis les pessimistes l’article est la pour faire avancer les choses faire evoluer la communauté donc stop les mauvaises ondes.peace 2pac et thx encore a neithan en esperant que les choses avanceront 😉

  15. Ps:@Crusho:vu ton commentaire il est clair que tu t’en branles carrement!!!:-) mais tu vois je crois que tu t’es trompé d’article ou meme de site.ici c’est pour les gens qui n’en BRANLE PAS!!!!Et puis si t’en avais vraiment rien a cirer t’aurais pas pris de ton temps:-) pour lire et repondre a l’article non?

  16. J’ai beaucoup apprécié ce constat. Etant joueur, admin d’un forum et faisant moi-même partie d’une Team qui cherche à faire bouger les choses dans le Sud-Est, je me suis beaucoup retrouvé dans ce texte.

    Quand je vois aussi le post d’Han2o, je pense aussi que le monde du VS Fighting est devenu assez difficile d’accès pour les nouveaux venus tant le niveau moyen a considérablement augmenté en 5 ans.
    Sans parler de créer une « école », je me dis que diverses structures (et je pense notamment aux forums axés sur les différents jeux) devraient aider les « tout nouveaux joueurs », leur permettre de s’identifier entre eux (parce que lorsque vous avez 3 heures de jeu, il n’est jamais plaisant de tomber d’amblée contre quelqu’un qui en a plusieurs 100aines) voire les accompagner plus loin dans les arcanes du jeu s’ils souhaitent progresser.

    C’est un peu éloigné du sujet initial mais c’est une seconde opportunité pour notre microcosme d’upper son niveau moyen mais aussi de renouveler voire d’élargir la communauté et ainsi empêcher qu’elle s’essouffle.

  17. communauté à 2 vitesses , tournoi low cost et tournoi VIP. laché 15e pour UN tournoi VIP + les dizaines d’euros pour les frais déplacements,etc, tu m’étonnes que des joueurs ne se déplacent plus si la distance est trop grande.

    je cherche toujours des tournoi DU JEU DE L’ANNEE 2012 sur skullgirls….

    • Je suis d’accord avec ca, le gros probleme etant qu’on a une communaute a deux vitesses: on veut des gros tournois alors qu’on n’est pas assez nombreux/influents pour faire de vrais gros tournois (y a qu’a voir le Bushido ou tout le monde rale sur le prix alors que l’event promet d’etre excellent), et on ne se deplace pas aux petits tournois parce que « le cash prize est trop petit ». Du coup les petits joueurs n’ont pas forcement envie de lacher 30 euros dans un tournoi alors qu’ils sont tout juste capables de sortir un ultra, et les gros joueurs ne viendront pas aux petits tournois par desinteressement :/
      On n’a pas fait d’etape intermediaire entre petits tournois et gros tournois, y a qu’a voir comment, malheureusement, les excellents joueurs que sont Saunic et Gagapa galerent a trouver un sponsor et en changent tous les mois alors que s’ils etaient aux US par exemple ils en trouveraient un d’un claquement de doigts.

  18. @Dev+100000 c’est exactement ce que je pense que les desinterressées s’abstiennent c’est un article pour ceux qui veulent que la scene francaise evoluent et progressr autant que les joueurs et ceux qui se demenent pour nous donner des events:les orgas!

  19. Merci pour cet article Neithan , mais c’est dommage que sur certains points tu ne fasses qu’égratigner la surface du problème
    (En même temps c’est vrai que faire du bash d’entrée de jeu ne serais pas bienvenu).

    Je précise d’office que cette réponse va concerner en majorité la scène parisienne, qui réussi l’exploit d’être la plus bordelique et la plus mal organisée de toutes les scènes français alors qu’elle dispose du plus gros vivier de joueurs.

    Avant dans rentrer dans les considérations tels que les tournois et les sponsors, il faut s’attaquer aux bases.

    Un trop grand nombre de personnes ici, n’arrivent pas à comprendre que pour avoir suffisamment de poids pour obtenir une « reconnaissance » publique, il faut des joueurs.
    Des joueurs toujours plus nombreux, c’est à dire de nouveaux joueurs.

    Hors aujourd’hui nous sommes tout simplement incapables de les intégrer et de leur donner envie de rester.

    Tellement arcbouté sur le besoin de conserver nos « petits prestiges de merde » ,on donne plus souvent envie au nouveaux arrivant de fuir que de s’investir.

    C’est limite pathologique, et pas besoin de citer des exemples les réponses de Friokugen et de 2pac à cet article sont suffisamment parlantes qu’il faudrait un QI de moule pour ne pas percevoir d’ou vient le problème.

    La question est donc comme attirer le chaland ?

    La réponse est simple, il faut pouvoir proposer du contenu, structuré, clair, en français. Combien d’entre nous on du consulter des sites anglais (voir japonais) plutôt que de consulter des sites français pour apprendre les bases ?

    Un exemple à cela peut-être ? Facile , World of Warcraft ou League of Legends ? Le nombre de tutos sur le net en français est juste effarant.

    Essayez de chercher, « Guide Ryu SF4 » sur google et vous tomberez difficilement sur quoi que ce soit.
    Ah non si en fait, sur ce guide du pauvre fait par Mr.Laam, dégoulinant de suffisance et de médiocrité crasse.

    La tâche est longue et demande de la rigueur j’en convient, certain verront cela comme faciliter le travail (que dis-je mâcher le travail pour les novices), sauf que vous voulez plus de monde , c’est vous que devez aller vers eux pour que ca marche pas l’inverse. Le nombre de concurrent aux jeux de combats aujourd’hui est trop important pour que les gens viennent d’eux même.

    D’ailleurs, j’en profite puisque je vois que Friokugen à pris le temps de répondre et de nous ressortir sa soupe habituelle, paternaliste et présomptueuse, pour lui rappeler qu’avant de reprocher à certains leur « mentalité » il serait bon qu’il ballait devant sa porte et bouge son cul pour sa « communauté ».

    Parce qu’à part les plans coms et les promesses foireuses avant la sortie de KOF, ces contributions concrètes aujourd’hui se résument à des demandes de financement pour l’envoyer en tournoi.

    C’est très facile d’accuser les autres de laxisme lorsque l’on est incapable de mener à bien un projet à terme.

    Ou sont passé ces fameux cast tutoriaux pour KOF 13, pourquoi n’a-t-il jamais fini ses analyses « poussées » sur chaque équipe du jeu ?

    Par contre, il a l’outrecuidance de venir reprocher aux novices leur « mentalité » , affligeant …

    Il est l’exemple parfait de la « médiocrité » qui pullule au sein de ce que l’on appel les « topfr » , ces gens coincé dans leur tour d’ivoire à espérer que le reste de joueurs va payer pour eux.

    Ces gens tellement vaniteux et orgueilleux qu’ils préféreront ralentir la progression de la communauté plutôt que de l’aider à progresser.

    Concrètement à part solliciter les autres avec des donations drive, à quoi servez vous ? Qu’apportez-vous au collectif ?

    Une fois de plus merci a Neithan d’avoir ouvert la brèche, la volonté est louable mais cette communauté veut trop de choses en même temps.

    Elle n’est que collectif de type égocentriques avec des œillères

    Elle ne dispose ni de « leaders » suffisamment charismatique ni de structure pour lui donner un cadre dans lequel évoluer.

    Cela demande par ailleurs de l’investissement, de l’humilité, et de l’intelligence, choses presque impossible a trouver en son sein à l’heure actuelle.

    • Je ne sais pas qui tu es, mais ce qui est sur, c’est que tu es complètement à côté de la plaque en ce qui me concerne.

      J’estime faire plus que ce qu’il faut au niveau du partage des connaissances, et de l’aide à la progression générale.

      J’organise des sessions régulièrement (où tout le monde est accepté), fais énormément de streams et de casts sur KOF, ai toujours été disponible pour répondre aux questions des joueurs, et me bouge un maximum pour faire vivre mon jeu. J’ai même activement participé à sa promotion et à le faire connaitre un peu partout en France… Mais ça, il semblerait que ça t’échappe totalement…

      Et je précise que je n’ai jamais demandé le moindre sous pour aller à un tournoi. J’ai gagné un tournoi de qualification où les organisateurs devaient participer au financement du voyage. Une partie de ces financements s’est faite par le biais de dons, qui étaient ouverts presque un an avant le tournoi en question. Je ne fais que retransmettre l’existence de cette initiative. Et c’est grâce au support de la communauté que ce projet a pu se concrétiser.

      Mais tu ne dois pas être un kofeur, ou ne dois pas avoir le net régulièrement, ou tout simplement ne pas t’intéresser à ce qui se passe sur KOF en général pour dire ça.

      En tous cas je ne te connais pas, et je doute que tu me connaisses (ton pseudo ne me dit rien, à moins que tu aies une autre identité que tu ne veuille pas divulguer…), donc je ne sais même pas pourquoi tu parles de moi.

      En attendant, renseigne toi un peu plus avant d’attaquer gratuitement les gens.

  20. Bon, juste ajouter quelques mots en passant avant de sortir :

    – Je vais tripatouiller la mise en page de l’article pour le rendre plus lisible.

    – Ma liste de comptes Twitter n’est vraiment pas à jour… (pas plus que celle des gens que je follow personnellement…), je vais y remédier un fois la liste de sites un peu plus OP.

    – Je sais que je suis le TO frenchy le moins connu de France (c’est l’inverse ailleurs dans le monde, spam oblige XD ), mais n’hésitez pas à me follow : @kurama_tengu et @coupedefrancesf

  21. Hé bien y en a sur ce thread qui ont des excès de bile à évacuer, ça fait peur :)

    Plus sérieusement, j’ai beaucoup de mal à situer à qui s’adresse cet article, en particulier lorsqu’il parle des joueurs. Pas à ceux qui fréquentent les tournois, vu que la principale critique faite est justement de ne pas y venir. A ceux qui n’y vont jamais alors ? Mais pourquoi les gens qui ne viennent pas en tournoi devraient se sentir coupable de ne pas soutenir une communauté, dans la mesure où ça ne les intéresse pas ?

    Se déplacer pour se rendre à un tournoi de jeu vidéo, a fortiori payant, ça n’a rien de naturel ; dans la tête de 99% des gens (« hardcore gamers » inclus), c’est même quelque chose de complètement saugrenu. Alors ont peu bien leur reprocher d’être trop feignants, de ne pas chercher à progresser ou de ne pas soutenir la communauté, mais ça ne fait pas pas beaucoup avancer le schmilblik.

    Il y a surement des choses à faire en matière de communication extérieure, pour toucher un public plus large, montrer ce qui se fait en France, faire sentir qu’il y a un truc qui se passe et donner aux gens l’envie d’en faire partie (mais certainement pas en les bassinant avec des histoires de progression/niveau de jeu, les gens s’en branlent). En revanche, rêver à une soudaine prise de conscience d’un vivier de joueurs-trops-feignants-pour-se-lever-le-dimanche me parait complètement vain.

  22. Pour une fois je suis pratiquement d’accord avec rever-sale , qui est si je ne m’abuse ( cuongster , liky , starnab).
    simple regardé le versus dojo , la moyenne de fréquentation est de 12 personnes l’ après midi ( de visu ) et arcade street 30 pour kof et street . au japon l arcade est culturel de part la quantité de salles dans toute l archipel ainsi que la chine etc ( asie ) ensuite les usa ont des structures proche des salles japonaise .
    la france , je sais que la publicité aujourd hui coute cher , mais pas une salle n’est assez mise en valeur pour attirer les amoureux de kof, teken, street etc …
    je reste sur mes dires que actuellement c’est un mini phénomene de mode et que , comme beaucoup d’autres, si les soit disant amoureux de se style de jeux vidéo ,
    ne dégagais pas c’est aparence de mec qui veulent avoir la plus grosse
    ou , si il se donnaient la peine de passer organisateurs avec une structure et de nombreux sponsors ( se qui prend plusieurs mois ) , il chouinerai moins sur forums , il se présenteraient au rankings pour but premier de promouvoir le jeux et ainsi vendre ca qualité aux yeux des hésitants ou autres curieux , casual gamers.

    pour finir une aparté sur frionel , ce mec , il a des défaults tous comme les mecs de rever-sale en exemple , mais lui, ca communauté le respecte en venant au rankings ou à ses sessions ( chez lui ) . le meilleur exemple de gentillesse et d intelligence est yamazaki . pour moi , rien à dire

    en conclusion : vous aimez votre jeux , vendez le et ce sont les events qui doivent êtres mis en avant ( les structures ) pas les joueurs ! le reste viendra après .
    de nos jours , une salle en location ca vaut la peau du cul donc respecter les orgas qui font ca pour vous et pas pour l argent , donc le prix est justifiable ! après , c’est du travail mais , l information sur divers sites internet ( la comm) comme pour la wgc doivent êtres constante en mise à jour ( c’est du travail ) mais l information , motive et donne envie de manière subliminale

  23. Articles fort intéressant,
    j’ai le sentiment que tu oublies une dernière variables,
    le temps,
    j’aime beaucoup joue a street 4, mais je suis tellement occuper professionnellement, parfois 7 jours sur 7, que je n’ai pas l’énergie a consacre a ce jeux après une journée de 10 heures de travail parfois plus.
    j’aimerais aller faire des tournois et m’entrainé et être plus actif dans la communauté, mais c’est impossible, ou alors il faudrait que je fasse un petit boulot a la con, ou être encore chez mes parents ou au chômage… fort heureusement pour moi ce n’est pas le cas.
    la question, que peuvent faire les gens dans ma situation?
    comment progressé, comment participé a un tournois?
    Faire des tournois de casu a 21.00 après le boulot?
    Merci bien pour cet article

  24. J’ai le cul entre deux chaises quant à cet article donc je vais fermer ma gueule et attendre de voir :

    Qui sera là pour l’ESB : http://esb2k.com/

    Si on aura un jour Climax à lyon

  25. Si vous aviez écouté les reproches faits à la « communauté » ces dernières années, vous seriez pas sur la risée des forums, en plus d’être sur le point de claquer pour de bon.

    Comboléances.

  26. Ce qui est pas dit dans cet article Neithanounet, c’est que la mentalité des joueurs un peu bons est complètement pourrie, hautaine et pédante. Pour les noobs c’est pas la peine, ils préféreront rester entre eux. Et même entre eux ces un peu bons ont une mentalité qui pue. Gloryquotes much?

    • Ahah mais trop !

      En exemple je citerai l’ESB2011 : Tout le monde poirotaient tranquillou pour doser avant le tournois Street 4 sur les deux seul bornes en versus qui fonctionnaient et là, Will2pac et CCL débarquent en mode « Je suis topeu FR j’ai un sponsor alors je passe devant tout le monde et je m’en ballec ». à croire que leurs parents les ont mal éduqués ou que les mecs ce prennent vraiment pour des demi-dieux…

      Redescendez sur terre les mecs !

  27. Il suffit de regarder ce qu’il se passe dans l’eSport pour facilement comprendre que les jeux de combat auront beaucoup de mal à attirer les sponsors.

    Premièrement, qui sont ceux qui injectent de l’argent pour les gros tournois types MLG, GC, etc ? Généralement, ce sont des constructeurs PC (Intel, Nvidia, ATI, etc) qui cherchent à donner de la visibilité à leur matériel, or, c’est une communication qui ne peut pas être la leur avec les jeux de combat dans la mesure où le hardware évolue avec la machine, et non pas la machine qui évolue avec le hardware, donc à moins de passer sur PC, il faudra trouver autre chose.

    Secundo, il faut que les éditeurs injectent de l’argent dans les tournois afin d’attirer les organisateurs, les joueurs puis les sponsors. Sauf que, aucun éditeur ne proposera de grosses sommes s’il n’est pas convaincu que son jeu est/sera le porte-étendard d’un genre donné (League of Legends, Starcraft II et probablement CS:GO d’ici peu), pour cela il faut accepter de faire des sacrifices et que tous les pays ne jouent qu’à un seul et unique jeu.

    Mon avis ? C’est impossible. L’arcade n’a pas cette culture du mono-jeu, si j’ose dire, et il sera très difficile de faire accepter cette idée aux joueurs.

    Il existe une autre alternative à laquelle les Américains avaient pensé, qui consistait à créer une entité VS au sein d’un tournoi notoire, en l’occurrence le « Fighter Club Spring » qui était la section VS des WCG ( World Cyber Games). C’était une assez bonne idée, malheureusement les éditeurs n’ont pas particulièrement suivi pour les raisons suscitées.

    Street Fighter IV avait pourtant bien commencé le travail, mais je ne crois pas que les joueurs soient prêts à rester dix ans sur un seul et même titre, car c’est ce qui est nécessaire pour que l’industrie du jeu vidéo et plus particulièrement du sport électronique s’y intéresse. Même COD et Fifa/PES s’en sortent bien mieux alors qu’une nouvelle itération des titres en question sort chaque année, c’est dire le frein que représente le support console/arcade…

    Le jour où les joueurs diront qu’ils jouent à tel ou tel jeu et non « aux jeux de combat », alors on aura fait un grand pas en avant car cela voudra dire qu’un titre aura réussi à sortir de cette masse d’actualité qui nous asphyxie plus qu’autre chose (l’exemple de SFXT que tout le monde a perçu comme LE nouveau SFIV pour finalement lui cracher dessus quelques jours/semaines plus tard est parfait et représentatif du réel problème de la communauté, c’est-à-dire le manque de fidélité et de professionnalisation des joueurs. Il faudra à un moment donné faire un choix, passion ou argent, mais les deux risquent rapidement d’être incompatibles…). Bref, c’est un peu bête à dire, mais le simple fait de prendre conscience que le PC pourrait être une porte de sortie nous aiderait beaucoup dans la professionnalisation du genre.

  28. Rapidement :

    1 – les joueurs « non-compétiteurs » représentent une large partie des acheteurs de jeux de combats. Il est inacceptable que certains commentaires adoptent un ton agressif à l’égard de ces joueurs.

    2 – de même, respectons les forts joueurs, qui n’ont pas à faire les frais du manque de motivation ou d’investissement de certains. On peut rappeler que même si on a beau dire qu’être Top truc ou bidule c’est un achievement assez peu significatif dans une vie, le fait est que pas mal de gens aimeraient avoir ce statut.

    3 – ces mêmes forts joueurs qui veulent des cash prizes ne font RIEN pour encourager les joueurs à venir en tournoi.

    4 – stoppons le délire « mon jeu est mieux que le tien »; perso, à chaque ranking 3Hit je m’inscris au pif à un jeu auquel j’ai joué trois heures dans ma vie, pour montrer mon intérêt et connaître les joueurs qui ne jouent pas aux jeux que je pratique régulièrement; pareil je vais aux sessions chez l’habitant sur des jeux que je ne pratique pas, avec toujours la curiosité et l’envie de découverte.

    5 – on a de beaux fers de lance avec les français qui apparaissent à la MLG : peut-être quelque chose à creuser dans cette direction ?

    6 – arrêtons de rêver sur les questions de sponsoring, car oui, les jeux de combats sont une niche ; le salut viendra des joueurs, lesquels sont effectivement des consommateurs. A ce titre, ils ont le droit d’être exigeants, et il ne me semble pas pertinent que les organisateurs leur reprochent de ne pas se déplacer, quelles que soient leurs raisons.

    7 – Saunic je pense que tu te plantes quand tu dis que l’époque « on se bouge pour voir les copains » est révolue. A titre perso, je fais 4000km/an en transportant des gens gratuitement aux rankings 3hit, je claque pas loin de 600€ sur l’année en bière que je ramène dans les sessions chez l’habitant, je suis venu au premier GoD alors que j’avais aucune chance de passer les poules (200€ la journée si je compte tout). Je suis loin d’être le seul à faire ce genre de choses. J’ai l’impression que tu reportes sur tout le monde ton absence d’envie de t’investir si tout ne t’est pas mis à portée de main. Note que ceci n’est pas spécialement un reproche, comme dit plus chacun est libre de venir ou non ; par contre, n’attends pas que le jeu te fasse vivre si tu ne fais pas vivre le jeu.

    • « J’ai l’impression que tu reportes sur tout le monde ton absence d’envie de t’investir si tout ne t’est pas mis à portée de main. »

      Je ne le prends pas comme un reproche mais comme une totale incompréhension à ce que je disais o_O

      Tu peux demander à tous les « top players », j’ai la réputation de bouger à tous les tournois jugés « de merde » ou « cachés », appelés de la sorte parce que ce sont des tournois où il n’y a rien à gagner. D’ailleurs ces dernières années, on ne m’a jamais vu autant bouger alors que ça fait bientôt 8 ans que je joue aux jeux de combat. Sans compter que malgré le fait que je n’ai jamais trouvé de team stable, tu ne peux pas imaginer le temps que j’ai passé à charbonner derrière à discuter avec des structures d’eSport pour s’intéresser aux jeux de baston sans véritable succès et pas que pour ma gueule.

      Par ailleurs, quand je disais qu’on « ne bouge plus pour voir ses copains », j’ai été mal compris. Aussi triste qu’il soit à dire, le niveau parait tellement hétérogène que ça n’intéresse plus autant les meilleurs joueurs de chaque région de se bouger vers une autre (hors gros tournoi) pour voir comment est le niveau ailleurs (si on reste sur SF4 surtout).

      A 3.3 il existait une certaine rivalité entre les régions Strasbourg/Paris/Rennes/Lyon par exemple où les joueurs se bougeaient pour s’affronter ensemble ce qui ne se fait plus vraiment aujourd’hui sur SF4. Le LIVE a détruit toutes les relations sociales comme certains disaient. Je sais qu’ailleurs qu’à Paris vous vous déplacez/bougez pour jouer et vous voir entre amis, je ne suis pas en train de vous dénigrer. Il n’empêche que « les grosses têtes » de SF4 sont majoritairement parisiennes et que preuve du contraire, je n’ai jamais vu un type sur un forum/IRC/chat ou autre balancer « les mecs, je viens à Paris, je veux la tête de Luffy » comme on pouvait le lire à l’époque assez souvent. C’est quelque chose qui se fait pourtant toujours en Hollande par exemple.

      Enfin à titre personnel, si j’ai les moyens de bouger pour jouer même sans sponsoring, je ne m’en prive pas, et ça s’est vu cette année… Donc je ne comprends pas trop cette remarque « n’attends pas que le jeu te fasse vivre si tu ne fais pas vivre le jeu » surtout si tu ne regardes pas ce que j’ai fait ces deux dernières années.

  29. C’est bien la première fois que je poste un commentaire sur un site de versus fighting. Je ne pense pas que mon opinion fera avancer les choses, loin de là, mais la lecture de l’article m’a fait réagir, j’en profite donc.

    J’ai découvert le versus fighting en fréquentant les salles d’arcade il y a près de 20 ans (SF2). A l’époque, sortir un shoryu était une source d’admiration entre pote, à l’âge que nous avions (pas d’explication sur les bornes, etc, et les combos sortaient au pif). Le cout des crédits limitait l’entrainement et donc la progression.

    J’ai remis le doigt dans l’engrenage il y a 1 an avec l’achat d’une console et de SSF4. Là, je dois bien avouer qu’un déclic s’est produit.
    Sans être désagréable avec quiconque (ce n’est absolument pas mon objectif), je suis tombé effectivement en premier sur le guide de Mr Lâm. On pourra le critiquer, mais il a le mérite d’exister (et d’être rapidement accessible via google).
    De fil en aiguille, j’ai découvert les différentes sites, les videos de Ken Bogard, etc… Et je ne dois pas passer un jour sans regarder au moins une chose en relation avec ce jeu.

    Je me place donc (modestement) dans le lot des joueurs passionnés.

    CEPENDANT (et certains arguments feront bondir certains de chaque côté de la barrière, pro ou anti article de Neithan):

    1/ J’ai un niveau extrêmement mauvais. Malgré des heures et des heures passées sur mon stick, je suis incapable de finir en totalité les défis de n’importe quel perso. Ce n’est pas faute de regarder des vidéos explicatives, lire des textes, des conseils, etc. Je dois me faire à l’idée que j’arriverai surement à progresser question stratégie mais quelque chose bloquera toujours. Ce n’est pas du fatalisme mais du réalisme (je pense).
    Ayant baigné dans la communauté skate à une époque, le constat était le même. 18h de skate par semaine (oui, oui) et un niveau « mauvais ». Je ne suis pas un technicien voilà tout (ce qui me semble, mais je peux me tromper, un des éléments nécessaire à la progression).
    Cependant, dans les deux cas, j’ai toujours pris du plaisir.

    2/ Cet état de fait ne m’empêcherait pas de me déplacer sur des events pour rencontrer d’autres joueurs et apprendre pour progresser, échanger et faire vivre une scène qui je suis activement (mais dans mon coin).
    Malheureusement, mon emploi du temps m’en empêche à 99% (outre les frais possibles, mais je dois reconnaitre que le prix des tournois n’est pas élevé, je parle ici des transports/hébergements éventuels).

    3/ Il m’est venue aussi l’idée de venir couvrir des events en fonction de mes maigres disponibilités (sur Paris) en photo (une autre passion, où là non plus je ne suis pas spécialement doué). Venir à un event en étant inconnu, mitrailler dans tous les sens serait-il bien perçu ? J’imagine que oui, mais je n’ai pas encore franchi le cap (ce qui pourrait m’être reproché…).

    4/ Enfin, je crois que malheureusement, il faut faire la distinction entre les passionnés (dont j’estime faire partie) et les acteurs de la scène. Alors oui, cette scène fonctionne grâce aux passionnés et je serai le premier navré si elle disparaissait.
    La lecture de certaines réponses sur des forums (et par des joueurs « connus ») m’a parfois refroidi de m’impliquer davantage.
    Etait-ce de l’humour ?
    Je ne sais pas et ce n’est pas quelques réponses qui permettent de mettre tout le monde dans le même sac. Cependant, lire (de mémoire) : si tu fais telle type de technique en tournoi et tout le monde se fout de ta gueule ; si un mec fait ça, je le claque direct, etc ne donne pas forcément envie de venir (d’autant plus avec les explications données en 1/).
    Je ferai le parallèle avec la scène skate que je connaissais bien où les « pro » chambraient tout le monde sur un spot, ce qui ne donnait pas envie d’aller sur les events pour rencontrer à nouveau les mêmes personnes.
    Je parle ici d’un RESSENTI, car encore une fois, je ne fréquente pas la scène versus IRL (mais j’ai l’impression que certains commentaires vont aussi dans ce sens). Désolé si je me trompe et si les gros noobs sont accueillis les bras ouverts par les « icones » françaises.
    On me répondra : « le mieux, c’est de venir pour t’en rendre compte par toi-même »….très juste (mais voir le point 2/).

    Enfin, il suffit de lire les commentaires de cet article pour « comprendre » qu’un malaise existe comme dans toute scène. Vous (nous?) sommes tous des passionnés mais parfois à différents degrés d’implication / de motivation. Parler du jeu, conseiller des sites et les visiter, regarder des vidéos fait aussi partie de la « propagande » pour la scène et une façon de la faire vivre. Il est dommage que cela tourne à la bataille rangée (exemple : les réactions au post de Cruchot…). Je doute que la construction des réponses lui donne envie de plus s’impliquer même si son opinion (respectable) semblait bien arrêtée.

    Pour finir, et c’est peut-être la bonne résolution de l’année, j’essaierai de venir à quelques events sur Paris pour au moins me dire que l’effort aura été fait…et je mettrai peut-être à nouveau le doigt dans un nouvel engrenage.

    Merci tout de même à tous les acteurs de cette scène qui investissent beaucoup de temps, d’argent pour faire vivre quelque chose. C’est grâce à ces actions que des joueurs comme moi se sont passionnés à la lecture de vos articles, visionnage de vidéos, etc.
    Je comprends votre volonté que la scène grossisse mais pour certains (comme moi), l’envie ne permet pas tout.

    • Alors là, je me reconnais totalement dans tous les points de ton post, Emu21.

    • Je pense qu’effectivement on est plusieurs à se reconnaître dans ton message : passionnés avec l’envie de faire qqchose, mais limités par le temps/talent/moyens pour se sentir légitimes dans la communauté.

      Du coup on cède vite à la facilité de suivre les événements en mode spectateur, ce qui est sans doute dommage.

      Anyway, si tu es sur PS3, je suis open pour qques matchs de training 😉

      • On peut se réunir au sein de l’Association des Sacs Anonymes (ASA). La devise : je me fais bourrer et je continue d’aimer ça. Non seulement je n’ai aucun talent, mais en plus je suis irrésistiblement attiré par les low tiers.
        Btw, mon pseudo = id psn

        Jeux a dispo sur PS :
        -SSFIVAE
        -KOF13
        -Arcana HEART 3

  30. Tous ces points sont assez évident. Malheureusement si les petites associations ne font pas tout ce que tu décris, c’est qu’il y a à priori une raison.

    Par exemple je fais parti d’une association qui loue une salle privée pour faire une nocturne 1 fois par mois. Mais nous n’avons pas de stream car nous n’avons tout simplement pas internet dans la salle, et qu’il nous est impossible financièrement d’assurer un abonnement avec seulement notre rentrée d’argent faite par notre soirée mensuelle. (nous devons payer la salle déjà)

    Je pense que toutes les associations de France ont plus ou moins les mêmes problèmes, et des solutions y’en a pas vraiment, parce que 99% du temps c’est un manque d’argent.

    Comparer la France aux USA c’est pas vraiment pertinent. La thune coule là bas, les salles organisatrices ont souvent bien plus de moyens financier pour assurer des sessions / tournois de qualités. De plus il y a des investisseurs privés très riches là bas, contrairement à chez nous où c’est très souvent le mode ghetto.

    Au niveau des sponsors, c’est un cercle vicieux. Si tu n’as pas de visibilité c’est très difficile d’obtenir des sponsors, à moins d’avoir des contacts dans le milieu. Et qu’est ce qu’il faut pour avoir de la visibilité? Des sponsors notamment.

    Bref pas évident tout ça. Le meilleur moyen pour limiter ses frais c’est d’avoir une commune qui donne gratuitement des salles et du matériels, mais ça c’est pas partout malheureusement.

  31. Bravo Neithan pour ce texte ! Je suis % d’accord avec toi.

    Là où il faut faire attention sont les contradictions qui freine les nouveaux à s’investir plus dans un jeu ou du moins revenir dans des tournois.

    Lors de la WGC 2010, Neithan et Ken bogard se moquaient des joueurs qui étaient venus en masse s’inscrire à SF4 les traitant de « puceaux » !
    Les joueurs de Soul calibur 5 t’invitent à venir dans leurs tournoi et quand tu viens on te dit que le jeu est pourri !
    On peut pas dire aux gens de venir participer au tournois et quand ils sont là, on leur dit que le jeu en question est pour les « noobs » ou pourri ! C’est très contradictoire ! Il faut donner son avis mais attention au troll gratuit ! Selon moi :

    1- Les joueurs (pas tous) doivent arrêter des se plaindre des prix d’entrée et des lots, venir à l’heure et quand ils sont connus, arrêter d’EXIGER de vouloir faire tous leurs matches de poules d’un coup car ils ont le tournoi SF4 à côté ! J’ai déjà vu CERTAINS je dit bien CERTAINS joueurs faire ça.

    2- Les journalistes, commentateurs, modérateurs, forumeurs, joueurs, chroniqueurs, etc… STOP LE TROLL GRATUIT SI VOUS VOULEZ FAIRE AVANCER LES CHOSES ! Le troll GRATUIT à une très grande conséquence sur le choix des gens à jouer ou acheter tel ou tel jeu. On veut votre avis et même s’il est négatif, c’est différent du troll GRATUIT et croyez moi que je suis bien placé pour savoir ça car je bosse dans le milieu du jeu vidéo et je suis face à des gens qui me répètent mots pour mots ce qu’ils ont vu ou lu sur tel ou tel site et ils changent d’avis du jour au lendemain pour acheter ou jouer tel ou tel jeu.

    3- Certains organisateurs doivent être un peu plus professionnel aussi car on sait qu’ils ont de l’expérience dans ce milieu et dès fois (je dit bien DES FOIS !) c’est chaotique.

    On doit tous faire des efforts mais je crois que les choses vont rester comme ça car on est tous têtus, on a tous un égo, on est tous persuadé d’avoir raison et imposer cette raison aux autres !

    Ce n’est pas le trou noir non plus car on a pas mal de stream et tournois partout en France toute l’année ! Merci les organisateurs et joueurs de nous faire rêver et encore bravo à Neithan pour ce texte ^^

  32. J’ai pas tout lu mais là on discute l’article au lieu de proposer des idées.

    1) De la part des organisateurs :

    Je preconise des tournois par regions auxquels tout le monde pourrait se rendre, ce qui etablira un ranking par regions et ensuite les premiers de ces rankings seront sponsorisés pour un gros tournois sur paris.
    Vous imaginez déjà l’engouement des joueurs qu’il y’aura!

    Ps : Ceci implique une mutualisation des organisateurs qui formeront alors une sorte de FIFA du jeu vidéo.

    2) De la part des jouers

    Je preconise de prendre des abonnements mensuel ou trimestriel et etablir un systeme de covoiturage afin d’offrir un maximum de marges de manoeuvre aux deux parties.

    Ps : ceci implique une mutualisation des jouers qui feront comme des CLUBS de cette FIFA

    3) utile et agreable

    Plus de defi online et streamé de tous les top players. C’est la beauté du trailer.
    Will2Pac et Saunic je reviens sur France on se fait une session streamé. Ne m’amochez pas trop ça fait 2mois que j’ai pas joué à street 😉

  33. Moi je préconise en plus de cette idée que je trouve vraiment sympa. A savoir faire des sortes de clubs de foot par région.

    – Des sessions d’entrainement pour les débutants pour qu’il puissent rapidement avoir un bon niveau organisé par ces même club de « foot ».
    « INITIATION AU JEUX DE COMBATS ».

    – Des sessions en mode pseudo-Mini-money match, sauf que là les TOP FR pourrais donner de leur temps et des conseils et en contrepartie les débutants et les intermédiaires pourrais jouer contre eux pour la maudite somme de 2 ou 3 euros pour un 2 ou 3 matchs gagnant. 1 TV + 1 console + 1 TOP FR = en moyenne 24 ou 36 euros de l’heure. ça ferait de l’auto sponsoring et en plus remonter le level des joueurs de base que nous somme.
    Cela pourrait aussi permettre de repérer de nouveaux talent.

    Chez nous en Guyane ce n’est pas aussi facile que vous, on n’a pas le même vivier, sans parler de la connexion internet. Vous avez beaucoup de chance, soyez-en conscient et faites ce qu’il faut pour que votre communauté progresse. Les ricains sont intéressés par la scène FR, ils regardent vos streams, je parle de la pléiades de joueurs que j’ai rencontré à Los Angeles cet été après l’EVO. On a pas à avoir honte de notre niveau, faut juste augmenter le nombre de nos joueurs high level. Y’a qu’en récupérant un maximum de nouveaux joueurs et en les formant que l’on y arrivera.

  34. Pas mal l’idée des 2 ou 3 euros pour la formation et l’auto-sponsoring ! Enfaite il en faut pas beaucoup, juste de la bonne orga !
    J’imagine déjà  » Montpellier vs Toulouse  » comme j’en parlais à Shinded ! Ça claquerait ! Y’aura même des classicos un jour ! Qui sait ….

  35. j’ai lu deux articles similaires sur Millenium, concernant les pgm et l’avenir de l’esport en france .

    PGM fut un temps ca sonnait vraiment de manière péjorative. :)

    Je vais faire part de mon expérience :

    Depuis que je joue à SF soit sur snes en 1992 je revais d’une chose affronter des nouveaux joueurs.
    Et là quelques années plus tard J’ai raté par manque d’info un tournoi organisé dans la grande ville du coin ( un pub lut tardivement dans player one ( ca rappelera des souvenirs à quelques un j’espère ).
    J’étais vraiment décu.
    A la fac sur psone j’ai dosé le soir avec un pote pendant des semaines entières. Mais bon ca restait quand même que du one vs one ( même si on s’éclatait ).
    Le jeu en réseau à l’époque se faisait essentiellement en Lan, il y avait un magasine à l’époque qui relatait les PxL, GA…. ( L@n-magazine je crois ).
    Et enfin avec l’ére d’internet un jeu SF4 en réseau, j’ai vite déchanté sur mon niveau, j ai du réapprendre à jouer au stick bref, découvert également le phénomène Ken Bogard, qui as fait beaucoup pour le jeu de combat.
    J’ai découvert sur son fofo une communauté ouverte et vraiment sympa, j’ai également joué avec des très bon joueurs sans qu’il n’y est de moqueries de leur part.

    Est ce que le jeu en réseau internet à tuer les lan et tournois, je pense pas mais il ne lui as pas fait que du bien c’est sur.

    D’ailleurs récemment je suis aller à arcade street et j’y ai été très bien accueilli et l’ambiance avec les autres joueurs étaient vraiment bonne.

    Je n’ai jamais fait de tournoi et je me retrouve aujourd’hui dans une situation similaire à emu21.
    Mais si l’occasion se présente il est clair que je me déplacerais ( j’ai failli aller au stunfest l’année dernière … pour m’amuser, rencontrer du monde et pourquoi pas progresser ).

    Pour ma part je trouve que le VS figting est bcp plus mure que le reste des autres jeux esports. Car sa communauté est certainement plus solidaire que sur les autres jeux ( je suis resté lontemps sur CS, sur WoW également et ce que je lis sur Lol ou sc2 ca donne pas envie d’y jouer….).

    La mentalité est certainement perfectible mais on est loin je pense des standards du genre, pour autant il faut rester vigilant.

    Comment le VS fighting peut il progresser ?

    En ayant une couverture nationale, une ou plusieurs fédérations regroupées ensemble et surtout allant dans le même sens. Afin d’avoir une meilleure visibilité et crédibilité sur le plan national.

    L’idée d’un ranking national est vraiment bonne, la coupe de france également c’est ce genre d’évent qui permet une identification.

    Avant de penser sponsoring, il faut penser à faire partager une passion et augmenter le nombre de joueurs cela passe par un bon accueil de la part des grands joueurs ( ce qui semble être un reproche récurent ), dans les tournois.

    Bref, il est tard, j’ai encore pas mal de choses à faire partager,mais ce genre d’article est toujours interessant car il donne une vision meme partielle de l’état de forme d’un jeu ou d’une communauté.

    Sur ce bonne nuit à TOUS, que vous soyez un PGM ou un N@@B comme moi 😀

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top