Communauté, Events, Guides, News, Outils

Joueurs et organisateurs : ce qu’il nous manque pour réussir

 

Diantre, voici que Neithan écrit sur HitCombo ! Pas de panique chers lecteurs, je viens en paix. La plupart d’entre vous ne me connaissent que comme le gai luron gérant Bas Gros Poing, mais j’ai au fil de ces presque treize années de vadrouille aidé sur de nombreux points relatifs au jeu de combat et des deux cotés de la barrière : j’ai été organisateur de tournois comme compétiteur, j’ai critiqué des jeux tout comme j’ai aidé des gens de l’industrie à entrer en contact avec notre communauté, j’ai grandement bavardé de l’état de notre scène (notamment avec C_nul et Bachaka mais pas que) et bien d’autres choses encore.

Si je prend mon clavier aujourd’hui c’est pour vous écrire un article qui s’adresse à la fois aux joueurs mais aussi aux organisateurs. N’y voyez aucune condescendance de ma part. Mon but est avant tout de faire passer un message clair et fort qui profitera à tous. Asseyez-vous donc et pardonnez la longueur mais il y a beaucoup à dire.

 

We are Legion

Avant de commencer, faisons un petit récapitulatif du fonctionnement de la scène française aujourd’hui. Le premier point le plus entendu dans notre pays est qu’il ne s’y passe rien.

C’est faux.

Nous sommes un des pays les plus actifs d’Europe en termes de scènes locales. Nous avons été surpris sur Bas Gros Poing quand nous avons lancé un annuaire visant à répertorier les associations françaises : il y en a en effet dans presque toutes les régions de France, et la majorité d’entre elles sont actives toute l’année. La France étant un pays très porté sur le social, beaucoup de ces associations ont des salles gratuitement qui leur permettent de construire quelque chose de durable sans trop de frais. Elles reposent sur le prêt de matériel par leurs membres et quand elles en ont les capacités financières, achètent leur propre matériel et le stocke afin de faciliter leur organisation. Leur financement fonctionne essentiellement via des adhésions aux associations et des inscriptions aux tournois et rankings le plus souvent mensuels.

Nous avons également un ou deux majors chaque année (jusqu’ici la World Game Cup et le Stunfest tenaient ce rôle) qui fonctionnent en réunissant la majorité de ces associations. Par exemple les streams de la World Game Cup réunissent à la fois Armshouse (Worst Gief EVER entre autres), Dans Ta Cave (Valentin) et la SWGA (Maho). Les organisateurs et arbitres sont issus de 3hit Combo (Rennes), la SWGA (Bordeaux et Toulouse), Games Culture (Marseille), La crampe aux doigts (Lille), Gnouz/Soul Arena (Paris), le Versus Dojo (Paris) tandis que les organes de presse et d’animation sont essentielement du web (Bas Gros Poing, HitCombo entre autres). Ceux qui ont été à la World Game Cup ont pu réaliser que tout fonctionnait plutôt bien.

Et à coté il y a évidemment une multiplicité de petits groupes de joueurs qui sont invisibles mais font des sessions chez eux et font vivre des micro-scènes locales sans rien demander à personne ou même s’afficher.

En résumé nous ne sommes pas si mal lotis pour un pays où « c’est mort ». Il est cependant important de comprendre que si nous voulons égaler un pays aussi actif que les Etats Unis il va falloir admettre que nous ne faisons pas tout correctement et que notre marge de progression est énorme. Et contrairement à la croyance populaire qui veut que les joueurs et organisateurs se rejettent la responsabilité de la morosité de notre scène, ceux-ci vont devoir faire des efforts pour s’aider mutuellement.

 

Les joueurs

Le concept de toute compétition, est celui de la pyramide : la base représente le nombre de joueurs et sa hauteur représente le niveau atteint. L’idéal est bien évidemment une pyramide équilatérale, c’est à dire dont les trois cotés ont la même taille. La base de joueurs est ainsi proportionnelle à la difficulté de la pente et tout est bien dans le meilleur des mondes.

Cependant on trouve le plus souvent deux types de pyramides en France :

  • La première est une pyramide peu élevée : la base est certes large, mais le niveau est bas progresse peu et les meilleurs joueurs ne sont en fait pas si bon que cela. A l’échelle française Street Fighter IV en est à ce stade : beaucoup de joueurs potentiels, un niveau relativement élevé, mais qui est en fait assez bas comparativement au reste du monde.
Le problème majeur de cette disposition est qu’elle ne motive pas les joueurs à se déplacer. L’attraction des joueurs pour un tournoi est en effet proportionnelle au niveau qui s’y trouve et en France aucun compétiteur ne peut se targuer de faire venir du monde via son nom. Le résultat est désastreux : un peu comme si on se contentait de soulever de la fonte à la maison, qu’on évitait toutes les compétitions régionales et nationales pour ensuite se pointer aux JO ou aux championnats du monde d’haltérophilie et croire qu’on peut faire des résultats et être sponsorisé, les joueurs français évitent les étapes intermédiaires, se contentant de leur communauté locale et des compétitions majeures, délaissant l’entre-deux.
Au delà de la problématique du niveau qui va alors stagner, ne pas se déplacer aux tournois intermédiaires bloque la quasi-totalité de l’appareil compétitif : si les joueurs ne viennent pas aux tournois il n’y a pas de rentrée d’argent pour les associations qui ne peuvent pas investir, il n’y a pas de retour sur investissement pour les sponsors, et il devient extrêmement difficile de faire des choses plus importantes (la WGC par exemple en souffre beaucoup). Il en va de même pour les joueurs : il est impossible de se faire sponsoriser convenablement (j’entends par là défraiement total à l’échelle au moins nationale) s’il n’y a pas assez de joueurs pour voir le sponsor.

 

  • La seconde est une pyramide en forme d’aiguille : le niveau est incroyablement bon mais il y a peu de joueurs et la pente vers le meilleur niveau est bien plus brutale, demandant plus de capacités. Un jeu comme Street Fighter 3 en est le parfait exemple : après 13 ans sur le même jeu, certains peuvent full parry n’importe quoi tandis que d’autres n’ont pas d’affrontements réguliers leur permettant d’apprendre à parer un simple Hadoken en EX.
Ici la difficulté est double car les joueurs n’ont pas d’autre choix que de jouer en groupe très restreint dans le courant de l’année et de venir sur l’unique compétition annuelle organisée pour eux. Ici le souci n’est pas que la machine est bloquée : il n’y en a tout simplement pas. Un jeu où les associations locales ont baissé les bras ne sera plus joué qu’à l’échelle micro-locale entre habitués, et ceux-ci vont voir leur niveau stagner faute d’adversaires différents. Ils seront toujours très fort comparativement aux autres joueurs, mais même leur niveau pourtant bon ne vaut rien à l’échelle internationale. Par exemple les joueurs de jeux Arc System Works, aussi bien en Europe qu’aux USA, n’ont quasiment jamais atteint le niveau nippon.

 

Les solutions

La première chose que les joueurs doivent faire est de cesser de considérer leur implication comme inutile. VOUS ÊTES IMPORTANT. Quel que soit votre niveau, quel que soit votre jeu, vous êtes LA variable qui permet de faire avancer les choses. Votre rôle est simple : venez et jouez. En faisant cela vous augmentez le niveau global en plus du vôtre, vous créez et vous êtes de la valeur ajoutée aussi bien financière que numérique qui permet aux associations et organisateurs d’exiger plus et de faire plus. Pourquoi les rankings mensuels français sont peu streamés ? Parce que le plus souvent les salles n’ont pas le net et que le faible nombre de joueurs ne permet pas de justifier la facturation d’un accès internet auprès d’une municipalité. Votre présence en masse peut décoincer ce genre de blocages.
La seconde chose importante est de cesser de croire que l’on peut faire les choses à moitié. Sans pour autant dicter la vie de chacun, il faut bien comprendre que ne pas venir à un tournoi/ranking parce qu’on a la flemme, pas l’envie ou parce qu’on se considère mauvais ne devrait même pas vous traverser l’esprit. Considérez cela comme un sport : aucun sportif un minimum sérieux ne loupera son entrainement parce qu’il a le cul dans son canapé et une bière à la main. La méthode le plus utilisée en sport est de se fixer des objectives atteignables sur le court terme et sur le long terme. Sur le court terme c’est tout à fait possible dans notre discipline : se donner pour objectif quelque chose de réaliste et graduel (gagner tant de matchs de pool, en sortir, aller en 16éme, etc) est motivant. Sur le long terme c’est évidemment d’être le meilleur mais pas que : votre objectif est la perennité de votre scène locale.
Dernière chose importante qu’il va falloir finir par faire : jouer à plus de jeux. Cessons la branlette du « j’ai pas le temps d’être compétitif sur tout », elle n’a plus aucun sens depuis que les joueurs américians ont prouvé qu’on pouvait le faire si on le souhaitait. A l’exception des différences souvent flagrantes entre 2D et 3D, les jeux ont tous les même bases qui peuvent être utilisées d’un jeu à l’autre. Contrairement à la croyance populaire le jeu de combat n’est pas un sport comme le football ou le rugby et ses joueurs ne sont pas mono-disciplinaires. Le jeu de combat est une forme d’athlétisme où les capacités du compétiteurs peuvent s’exprimer dans diverses disciplines liées. Chaque compétiteur aura sa spécialité mais participe à l’ensemble pour son enrichissement personnel et pour faire vivre son milieu car le jour où une discipline est retirée de l’athlétisme, celui-ci perdra en visibilité, en sponsoring et commencera à mourir.
Et c’est spécialement cet effort que les joueurs doivent fournir pour faire avancer la scène. Peu importe leur niveau, ils doivent faire vivre plusieurs disciplines pour ne pas que celles qu’ils préfèrent disparaissent. Vous pouvez être excellent à Street Fighter IV et mauvais à Persona, ce n’est pas grave : dans les deux cas vous ne serez pas seuls et trouverez alors des joueurs de votre niveau avec qui progresser.

 

La question financière

Maintenant parlons argent car c’est probablement ce qui passe par la tête de chaque joueur à qui on demande de participer à plusieurs jeux lors d’un tournoi. Positionnons-nous coté organisateur avant de revenir coté joueur. Comment sont financés tous ces tournois ?

Le plus souvent l’argent est avancé par l’association organisatrice voire des particuliers (sans citer de noms, sachez que certains ont mis leur compte personnel à rude épreuve pour vous et ont souvent perdu de l’argent) ou bien les inscriptions en amont du tournoi. Cet argent est ensuite remboursé par divers moyens : une entrée, les tournois, une buvette, ou même des dons. Il faut cependant bien comprendre que c’est le plus souvent le prix des inscriptions qui rembourse les frais et que plus les joueurs s’inscrivent tôt, plus l’organisateur peut améliorer son organisation.

Or aujourd’hui un organisateur ne peut décemment pas faire un tournoi uniquement sur un jeu : le prix des loyers, le coût de l’équipement, le défraiement des personnes concernées, tout cela a augmenté et coûte trop cher. Les organisateurs ne vous le diront jamais par pudeur et parce qu’ils ne veulent pas d’ennuis mais leur idéal est que vous fassiez plusieurs compétitions sur plusieurs jeux pour qu’ils gagnent plus d’argent et atteignent un équilibre financier. L’organisateur ne peut décemment pas vous demander 40 euros euros pour un unique jeu, ce serait ridicule. Sa seule marge de manœuvre est de mutualiser le matériel et le lieu dont les prix ne changent pas quel que soit le nombre de tournois, et travailler pour offrir plus lors de son event en espèrant que les joueurs suivront.

Coté joueurs, beaucoup accuseront alors la communauté du jeu le moins joué de ne pas être assez conséquente et se plaindront que ce n’est pas à eux de faire les bons samaritains en sortant leur porte monnaie. Mais faire cela revient aussi à avouer que sa propre communauté n’est elle même pas assez conséquente pour se la jouer solo. Après tout si le GOD de WatchDaMatch pouvait se contenter de Street Fighter IV, il le ferait au lieu de se donner du travail en plus avec King of Fighters, et vice-versa. Or même un jeu important comme Street Fighter IV ne peut plus prétendre à l’auto-suffisance financière.

Aussi les joueurs doivent prendre conscience que la mutualisation des tournois et rankings est une évolution logique et obligatoire de notre scène, et que celle-ci ne consiste pas juste à la réunion de deux communautés qui vont jouer chacune dans deux coins opposés de la salle, mais à une fusion de ces deux communautés qui joueront alors aux jeux proposés. En ce sens le Fist of Legend sur Virtua Fighter 5 co-organisé par Soul Arena comptait un petit paquet de joueurs purement Virtua Fighter mais aussi de membres connus de la communauté SoulCalibur. Si les deux jeux venaient à être ensemble en ranking il faut qu’au moins une partie des joueurs de Virtua Fighter fasse aussi l’effort de jouer à Soul Calibur pour assurer l’avenir de leur propre jeu.

Pour que cela se fasse sans trop de douleur, il convient aussi de cesser l’hypocrisie qui règne souvent dans notre milieu quand on parle d’argent. Dire que 7, 8, 10 euros c’est trop cher, c’est une fois de plus se moquer du monde. Un tournoi de 32 joueurs sur 4 postes corrects sans location de salle a une valeur théorique minimale de 2500 euros (consoles + écrans + jeux = 2000 euros ; transport du matériel + défraiement de 2 arbitres + sécurité et assurance de la salle + frais divers + petite épargne = 500 euros minimum). Chaque joueur coûte théoriquement 78 euros à l’organisateur, soit 70 de plus que le prix de son inscription. Un tournoi complet de 32 joueurs ne rapporte que 256 euros. Même si les consoles et écrans étaient prêtées, il faudrait au minimum avoir deux tournois de 32 joueurs complets pour commencer à rembourser les frais.

Questionner systématiquement ce que font les organisateurs avec l’argent des tournois est à la fois mesquin et blessant. Rappelons que les organisateurs travaillent le plus souvent sans être payés et n’ont pas toujours le loisir de jouer. Comme démontré ci-dessus la très grande majorité du temps l’argent suffit à peine à rembourser les frais et il n’y en a jamais assez pour défrayer tous les bénévoles. Les organisateurs sont le plus souvent des associations de loi 1901 ayant un compte en banque associatif dont l’argent est constamment ré-investi dans de nouveaux projets et pour rembourser des frais les membres doivent leur présenter des factures, ce qui est contraignant et souvent oublié pour les petites sommes.

Les organisateurs ne sont pas insensibles aux soucis financiers des joueurs. Engager le dialogue est un bon moyen de régler la problématique financière si celle-ci existe. Beaucoup seront d’accord pour faire des abonnements à l’année. Ils peuvent aussi prévoir des tarifs étudiants ou chômeurs (vu la situation économique actuelle cela n’est ni une insulte ni une moquerie, juste une réalité) et faire des forfaits tout compris. Il est aussi possible de faire un forfait dégressif quand on fait plusieurs tournois, voire d’offrir un petit bonus (boisson, nourriture) à ceux qui acceptent de jouer le jeu. Il est toujours possible de s’arranger et la majorité du temps les organisateurs sont accessibles aux joueurs qui doivent en profiter pour faire avancer cette question.

 

Les organisateurs

Globalement en France les organisateurs sont cools et compétents : ils font en sorte qu’on ne soit pas éliminés parce qu’absents, ils font des miracles avec le peu de moyens qu’ils ont et ne demandent rien en retour si ce n’est la participation à leur évènement pour être à l’équilibre financier. Alors pourquoi y a-t-il donc une telle défiance et un tel mécontentement des joueurs a leur égard ? Concrètement, qu’est-ce que les organisateurs peuvent faire pour contrer le manque d’attrait pour les tournois quand le niveau qui s’y trouve, bien que tout à fait correct, ne suffit pas à faire bouger les joueurs ?

Simple : communiquer. Donner envie aux joueurs. Leur faire comprendre qu’ils ont un rôle à jouer. Un tournoi qui ne se vend pas n’existe pas. Certains organisateurs diront que c’est faire la fine bouche dans un pays où il y a si peu de tournois mais devant l’investissement financier demandé les joueurs peuvent légitimement demander une communication correcte. Mieux : ils veulent être sollicités et teasés. Un peu de piquant ne fait jamais de mal !

Il y a deux types de communication à prendre à compte : locale et nationale. Mais pour qu’elle soit correctement faite, il faut que chaque organisateur/association/particulier comprenne que c’est un travail. Cela demande un investissement important et régulier, et pour cette raison chaque organisateur devrait nommer une personne à ce poste et la dégager de toute autre responsabilité. Un chargé de communication qui n’a pas le temps de faire son travail parce qu’il doit faire de la logistique ce n’est pas normal.

 

Communiquer localement

Le net n’es pas local, ou peu. Il y a des choses que l’on ne pense pas vraiment à faire pour trouver du monde sur les jeux de combat. Avez-vous déjà pensé à taper le nom de votre région suivi de votre jeu favori dans l’espoir de trouver un adversaire ? Probablement pas. Aussi il vaut mieux ne pas trop compter sur le web pour ce genre de recherche, mais viser des endroits stratégiques. Les amateurs de jeux de combat sont majoritairement des hommes de 15 à 35 ans. Ils ne jouent généralement pas que aux jeux de combat, ils font souvent des études supérieures.

La première chose à faire pour créer sa scène locale est donc de créer un flyer ou une affiche (les deux c’est mieux pour contenter les gens chez qui vous allez les mettre) explicatif et de le placer dans des endroits stratégiques : les magasins de jeux vidéo sont l’idéal, mais les collèges, les lycées, les IUT, les universités en sont aussi. Pas besoin d’y aller toutes les semaines, une pile de flyer ou une affiche en début de saison des classes ou pendant les fêtes ou les soldes sont suffisants. La plupart des lieux scolaires ont des panneaux d’affichages dédiés à cet usage qui n’attendent que cela. Ne sous estimez pas ces endroits : une unique personne venant à votre tournoi peut en ramener d’autres au fil du temps. Le bouche à oreille est une composante essentielle de la communication locale et il faut avant tout réussir à ameçoner au moins une personne de chaque milieu pour que celle-ci puisse en faire la promotion mieux que vous car elle y sera plus connue et respectée.

Enfin pour les rendez-vous, les horaires et autres choses du genre, vous pouvez aujourd’hui facilement créer des groupes sur les téléphones ou ordinateurs et envoyer un SMS ou un Mail commun à tout le monde sans que cela soit compliqué on prenne beaucoup de temps. Pour l’organisation du matériel, définissez via un calendrier qui amène quoi et quand, et mailez le à tous vos membres. N’oubliez pas non plus de préciser la tarification, le lieu précis. Tentez de créer au moins une page Facebook pour votre évènement régulier, mais ne vous reposez pas que là-dessus. Des gens qui ne vous connaissent pas ne viendront pas à vous, c’est à vous d’aller à eux.

 

Communiquer nationalement (aka sur le net)

Vous et vos potes êtes chauds, vous avez une salle, des consoles. C’est le moment de faire un tournoi national, même de petite envergure. Félicitations mais il va falloir ramener du monde.

Premièrement : trouvez un nom qui claque et faites une affiche dont on soit sûr de se souvenir. Si votre évènement n’a rien de spécial vous avez déjà perdu, il faut que vous trouviez votre petit truc à vous qui vous démarquera. Cela peut-être un invité de marque, l’humour, un sponsor qui vous aide, etc… Ensuite faites vous un site sur wordpress ou blogspot ou n’importe quoi qui soit éditable facilement. Harmonisez l’aspect visuel de votre site avec le nom et l’image de votre tournoi. Si vous avez une affiche classieuse, arriver sur un site tout moche qui n’a aucun rapport ne fera que souligner votre manque de cohérence.

Sur ce site faites des pages explicatives claires et bien mises en page. Evitez les blocs de trois plombes, privilégiez les listes, mettez en gras ce que le lecteur cherche en premier (les jeux en font partie) et soulignez les points essentiels que les gens ont tendance à trop souvent oublier (genre les horaires et tarifs). Expliquez pourquoi votre tournoi est immanquable, qui sont les organisateurs. Faites une page expliquant toutes les démarches à faire pour venir : aéroport et gares les plus proches, adresse exacte, google map. Trouvez les hôtels et campings les plus proches et indiquez leurs adresses, tarifs et numéros de téléphone. Indiquez également s’il existe des commodités telles que les toilettes et les supermarchés.

Avant de passer à la communication proprement dite : faites un communiqué de presse qui soit copiable. Dedans indiquez tout ce qui est listé, dans un français correct et sans fautes, le tout bien mis en page. Si vous comptez sur les autres pour corriger vos fautes, décrire le tournoi et newser dessus, vous avez déjà perdu.

Enfin, communiquez partout. Hitcombo possède une liste de tous les sites et comptes twitter traitant de jeux de combats, utilisez la. Envoyez un mail à tous les gens que vous connaissez suceptibles de faire passer l’information. Créez une page Facebook, un compte Twitter, partagez au maximum. Trouvez les gens qui tiennent des sites, les gens influents du milieu et envoyez leur un message personnel. Trouvez les joueurs importants et invitez les à participer et s’ils ne peuvent pas ou ne veulent pas, remerciez les quand même et demandez leur s’ils peuvent tout de même passer l’information.

Renseignez-vous sur les sites généralistes voir s’ils n’ont pas un topic dédié aux jeux de combat, et dans ce cas postez vos informations. Jeuxvideo.com, Gamekult ont par exemple des communautés actives sur le genre qui ne demandent que ça. Quand aux sponsors, faites un communiqué de presse qui leur est dédié et fait plus dans le chiffrage de vos précédents évènements que dans le listing des jeux ou les horaires. Le but est de leur donner envie de participer à quelque chose et de leur faire comprendre ce qu’ils ont à gagner.

Vous ne pourrez pas forcément répondre à toutes les questions sur tous les forums donc indiquez un mail, la page facebook ou la page twitter de votre évènement comme endroit où l’on peut poser les questions. Venez-y tous les jours et soyez courtois. Enfin faire une unique annonce et penser qu’elle a été lue est stupide. Rappelez que vous êtes là régulièrement, dévoilez vos informations importantes (invités, sponsors, etc) au fur et à mesure. Soyez ouverts et sympas, sautez sur les occasions de rencontrer et discuter.

Dernier point quand même : ne faites pas non plus de zèle à base de même message spammé tous les jours à tous. Si vous êtes lourds, personne n’aura envie de participer.

 

Le stream

Ca va en faire grincer des dents, mais ne pas streamer ses tournois ou rankings aujourd’hui est une hérésie. Si vous avez un tant soit peu d’ambition et de moyens pour votre tournoi, streamez le. D’une part car cela vous donne un argument de communication supplémentaire et assoit votre réputation, mais en plus parce que vous pouvez faire vivre votre évènement à ceux qui n’ont pas les moyens de s’y rendre. Vous l’inscrivez aussi dans le réel. Un tournoi peut avoir lieu un weekend mais il n’y a aucun moyen de savoir ce qui s’y déroule à moins que votre communiquant ne soit chargé de rendre en temps réel les résultats, ce qui est très casse bonbon et parle peu si vos joueurs ne sont pas connus. Même si quelqu’un ne regarde pas longtemps, vous avez marqué un point en lui faisant comprendre que les choses ont réellement lieu.

Aujourd’hui faire un stream ne coûte plus aussi cher à faire en termes de matériel et ne demande pas de compétences techniques complexes, juste une ou deux après midi de travail pour que tout soit prêt. Calculez le nombre d’évènements de l’année passée, le nombre de joueurs que vous avez, compilez vos chiffres en une présentation claire et lisible et faites un résumé de vos buts et foncez voir des vendeurs de matériel informatique locaux pour qu’ils vous sponsorisent. Si obtenir un ordinateur est probablement difficile, une carte d’acquisition correcte est possible. En échange posez une bannière du magasin sur la scène ou les murs de votre salle. Si cela ne touchera pas les joueurs venant d’autres régions, les locaux retiendront qui est le sponsor et c’est l’important.

Pensez à faire des overlays, à mettre le nom de joueurs et vos sponsors, à faire tourner les commentateurs. Contrairement au chargé de communication qui doit bosser seul, créez une équipe de deux ou trois techniciens qui se relaieront durant la journée et pourra faire les tournois. Ne laissez pas un mec tout seul pour boucher les trous quand il ne se passe rien car s’il dit n’importe quoi ou n’est pas motivé, vous donnerez une image ennuyeuse de votre tournoi. Privilégiez un duo de commentateur plutôt qu’un homme seul, assurez-vous qu’au moins un des deux soit suffisamment connaisseur du jeu. Lors des pauses mettez une petite vidéo avec votre logo pour faire patienter les gens qui en profiteront pour faire une pause pipi ou se chercher une bière.

Mais quoi qu’il arrive, streamez vos tournois et rankings. Vous n’existerez pas dans l’inconscient collectif tant que vous ne ne le ferez pas et quoi qu’on en dise les vidéos de rankings français postées après n’intéressent presque personne. Le principe du stream est simple : sans effort et en exclusivité vous proposez à un individu de vivre un instant qu’il ne pourra pas vivre plus tard. Il pourra tomber sur un bon match, voir le visage des joueurs et retenir leurs noms et pourra ainsi en parler à d’autres. Encore une fois le bouche à oreille est important.

Autant qu’un outil de retransmission, le stream est un moyen de communication de votre évènement et surtout un moyen d’expansion énorme pour la scène française car ses chiffres de visites sont un argument supplémentaire pour obtenir du sponsoring. Donc organisateurs comme joueurs : STREAMEZ.

  

 

Conclusion

Une communauté est un groupe d’intérêts qui partagent les joies et les efforts d’un projet commun afin d’en assurer l’existence. Aujourd’hui nous avons un choix à faire : soit nous faisons bloc de manière unie pour assurer notre pérennité, soit nous mourrons à petit feu.

Nous devons – et ce n’est pas une option ou des paroles en l’air – nous devons devenir une communauté. Cela signifie accepter les différences comme un enrichissement et non une menace, accepter les demandes légitimes des uns et des autres et travailler pour y répondre, faire les efforts nécessaires même si déplaisants.

Est-ce insurmontable pour les joueurs français de jouer à plus d’un jeu ? Bien sûr que non, une petite heure de training par semaine leur suffira pour progresser un minimum et arriver armé, tester leurs compétences, et rentrer avec de nouvelles choses à apprendre, testé et approuvé. Est-ce vraiment difficile de se bouger quand il n’y a qu’une date par mois ? Bien sûr que non, on peut aujourd’hui s’organiser facilement pour y aller entre amis, ne pas oublier la date en s’abonnant sur Facebook ou Twitter.

De leur coté les organisateurs peuvent faire un tarif dégressif (ils le font souvent déjà) pour ne pas trop tirer sur le porte monnaie des joueurs, et en contrepartie doivent faire leur travail de stimulation de leur communauté locale en étant actif aussi bien localement que sur le web. De notre coté sur Bas Gros Poing nous préparons des outils qui faciliteront la diffusion et la recherche d’évènements liés au jeu de combat en France, aussi bien pour les organisateurs que pour les joueurs, épargnant ainsi aux premiers une quantité de travail absurde et donnant aux seconds un moyen de se renseigner rapidement sur les dates à venir.

Si nous ne faisons pas cet effort maintenant, la saison 2012/2013 sera la dernière d’envergure pour notre milieu. L’éviter ne demanderai que peu d’efforts à l’échelle individuelle et il convient de se bouger maintenant. Commencez par partager cet article le plus largement possible, discutez avec vos amis joueurs et membres d’associations sur les moyens que vous pouvez mettre en oeuvre pour faire avancer la communauté.

Neithan

Chef fondateur et tyrannique
Bas Gros Poing / basgrospoing.fr
Dossiers, News

Une petite histoire de baston – Partie 4

Ceci est une opération Daigo-maniaques.
Chers lecteurs, je me permets de vous soumettre cette information importante : il reste presque deux douzaines de documentaires dont j’aimerais parler. J’ai donc décider d’utiliser un classement thématique du plus bel effet ^^.

Épisodes suivants :

ZORRO EST ARRIVÉ…

Je vais enfin tenir ma promesse de vous parler de 2.5D, puisque cette partie de l’article commence en octobre 2007 avec l’annonce d’un jeu. Les images et les trailers s’accumulent, mais ils font peur aux fans qui ne se rassurent qu’en 2008 lorsque le 29 février de cette année, apparaissent des images presque illisibles tournées avec un téléphone portable (lors du premier locktest). C’est beau le buzz !

Le trailer distribué une semaine auparavant

Dire que Street Fighter IV a relancé l’intérêt du grand public pour les jeux de baston est une caricature, mais ce n’est pas totalement faux. La vie a continué entre 2004 et 2008, mais le nombre de joueurs baissait doucement et la sortie arcade de SF4 le 18 juillet a été une bouffée d’air frais.

Aucune vidéo correspondant

Archives de Zachd (avec plein de MVC2)
http://zachd.com/mvc2/evo.html & http://magnetro.com/ (le reste est sur YouTube)

A la surprise de tous, la bonne nouvelle qui arrive avec la sortie du jeu, c’est le retour d’Umehara « The Beast » Daigo. Le champion sort de sa retraite et ça, ça change tout. Le plus amusant étant bien sûr le retournement de veste de nombreux joueurs qui disaient ne pas vouloir toucher au jeu parce qu’il est en 3D.
Une nouvelle folie Daigo emporte le Japon, des entrailles fibreuses de 2chan au magazine Arcadia qui sort deux DVD spéciaux confrontant The Beast aux champions du cru : les Umehara Concept Matches.

Daigo Umehara Concept Matches 1 et 2

Aucune vidéo correspondant Aucune vidéo correspondant

Cette folie se propage comme un feu de paille quand Daigo revient aux USA en avril 2009 pour la GameStop International Exhibition, le tournoi international de SF4 organisé par Capcom qu’on peut voir dans King of Chinatown. On sent bien la passion de la foule sur les images suivantes…

Interview

Daigo vs Poongko, Iyo et Justin Wong

En 2009, la SF4-mania est à son paroxysme. Seth Killian organise même une expo en ce même mois d’avril : Jab Strong Fierce, the Street Fighter Tribute. Un événement étrange, documenté ici par Noël V. qui semble aussi enthousiaste qu’amusé.

LA PULSION DOCUMENTAIRE – Première Partie

La communauté Jeu de baston/Fighting Game/Juego de peleas/Kakuge a récemment trouvé de nouvelles façons de communiquer et de grandir, que ce soit par l’interview comme avec l’indispensable Dogface Show, le podcast comme celui d’Aris : Avoiding The Puddle, le mélange de tutoriels et de trolling qui est la marque de fabrique de CrossCounter ou l’augmentation du nombre et de la fréquence des petits tournois hebdomadaires.

Cette dernière idée est tellement bonne qu’elle a été reprise partout dans le monde sous forme de Rankings (aussi appelées Ranking Battles, des séries de tournois destinés à « classer » les joueurs, ces tournois peuvent se jouer en solo ou en team), de Ranbat (pour Random Battle, des tournois en teams aléatoires; le terme est aussi utilisé pour des ranking battles, rendant ainsi le terme totalement vague…) ou de Danisen (classement par le nombre de victoires successives contre des adversaires qui se présentent les uns après les autres, en Beat By, et non par un « vrai » tournoi). La forme Ranking est la plus populaire en occident, où elle est particulièrement présente en Irlande, en Australie et aux USA (où le modèle est les Level|Up Series d’Alex Valle).

Mais tout ça : c’est trop facile…
Maintenant pour être cool, il faut faire SON documentaire sur SA communauté, c’est devenu presque TROP… Tellement en fait que pour parler le mieux possible du phénomène, je serais obligé de diviser tout cela en catégories.
Bien sûr, tout n’est pas bon dans le lot, mais même le pire nanard à quelque chose à offrir : la chaleur apaisante de l’envie de partager, la passion de son auteur !

1 – JAPON

Super Street Fighter – Umehara Daigo History (2010, NHK MAG-NET)

Ce film est un reportage sur Umehara Daigo réalisé par la NHK pour une émission nocturne (pour toucher de l’otaku). C’est un must-see pour peu que vous soyez un peu fan du monsieur, et c’est bourré d’anecdotes bien fun. L’article du site BeastNote consacré au reportage est un bon complément à la traduction proposée par 0xkeNzo.

Notez que ce documentaire est merveilleusement complété par les vidéos sous-titrées par cccloner999 (n’oubliez pas de cliquer sur cc pour voir les sous-titres), que ce soit ce mini documentaire ou Daigo rencontre des élèves de la Trident Computer School de Nagoya, la surprenante série d’interviews avec Nuki, ou les fameuses vidéos de cassage de KSK
Ces perles donnent une idée bien plus précise de la vraie personnalité de The Beast, elles l’humanisent bien mieux que les pathétiques vidéos de beuveries à SCR 2010 (1/2).

Daigo à Nagoya

Nuki parle de Daigo…

… et de Sako

Legends Of KSK

Terminons avec le plus bel hommage jamais fait à Daigo

David Sirlin

100Yen (2011, Strata Studios)

Restons dans le nippon avec ce documentaire sur la scène arcade japonaise. Très proche d’Arcade Mania, le célèbre livre de Brian Ashcraft (qui participe au film), dans le ton comme dans la forme, ce documentaire est une grande inconnue (il sort en novembre). Et il n’y a donc pas grand-chose à dire sur cette série de trailers qui sentent bon la japanophilie et le « c’était mieux avant », mais qui permettent pourtant de se faire une bonne idée du sujet de ce documentaire nostalgique sur la scène arcade nipponne. En fait le mieux, c’est de les regarder…
Et si le film est surtout connu pour son mode de financement original (beaucoup copié depuis), avec son système de donations lié à une loterie, et ses stars (dont Mike Ross, Ryan « Gootecks » Gutierrez, Justin Wong et Umehara Daigo) au générique : cela pourrait-être une vraie bonne surprise au final.

Trailers

Teasers

http://vimeo.com/16986012

Final Roundbats (2011, Niko Lanzuisi)

Scott Popular et Niko Lanzuisi sont membres du Studio Donde, un collectif connu pour ses petites fictions sur Tokyo, auxquelles participent la moitié des expatriés de la ville, y compris des Français. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est leur nouveau projet : Final Rounbats, une série documentaire sur Final Round Japan, la série de tournois qualificatifs tokyoïte annuelle (plus d’infos dans l’épisode S01.E05 de 3 Green Bars) pour Final Round, l’un des plus gros tournoi de la Côte Est qui a lieu chaque année à Atlanta, Georgie. Le but ici n’est pas de montrer des matchs, mais l’ambiance de l’event : cette idée magnifique d’une communauté mondiale. Difficile de juger une série sur une seule partie d’à peine plus de 3 minutes, mais l’idée est bonne (même si les cartons sont beaucoup trop rapides…).
EDIT : La deuxième partie propose essentiellement une courte interview de KSK qui fait de la pub pour les ranbats de Bull410 (bourrés d’expatriés et de touristes)… Et la troisième quant à elle est une démonstration de mixité ^^.

2 – RÉGIONALISME

FIGHT: Arena of Gamers (2011, ddrfreak5o3)

Ce court documentaire, très inspiré par les théories de jeu de David Sirlin, présente la communauté de Portland, Oregon. Son mélange entre document ethnologique et vidéo de motivation tombe un peu à plat, mais c’est une vraie curiosité.

David Sirlin – Street Fighter vs Chess

 

Tappin’ Those Buttons (2011, metalleg)

Tallahassee, Floride, des gamers tentent de survivre à la dure loi de la jungle.
Plus sérieusement, le ton monocorde du commentateur et le grain de l’image font vraiment penser à un documentaire animalier et c’est dur de ne pas regarder le film autrement qu’au second degré.

Fight Night: The Melbourne Street Fighter Arcade Community (2011, Mo0miE)

Ali « EXC355UM » Abdo, le meilleur ambassadeur de la communauté melbournaise, déjà responsable de la série The X Report, où il présentait ses amis, nous fait visiter la salle d’arcade où il joue, et ça donne envie !

The X Report (2011, TECH Inc.)

Aucune vidéo correspondant

Fight Night

Boni :
La team coL.cc à Melbourne pour le Shadowloo Showdown 2K11

Reportage de la chaine ABC sur le Shadowloo Showdown 2K11


OzHadou APAC – Adelaide Mini Doco (2010, ozhadou)

Présenter les joueurs de la région d’Adelaide au travers d’un mini-documentaire sur un petit tournoi local (le OH APAC) est une bonne idée. Surtout quand on sait qu’il réussit à démontrer que les Australiens ont une vraie scène baston dans de nombreuses régions différentes du pays (mais surtout au Sud…).

3 Green Bars (2010/2011, CptMunta)

CptMunta est récemment devenu le publicitaire de NZism.com, le site de la communauté néozélandaise, et ce un peu malgré lui. L’homme est connu pour ses petits dessins sur des objets donnés lors d’events Kiwi (il est peintre de rue), et la série 3 Green Bars où il présente les communautés locales lors de ses voyages : une vraie curiosité qui mérite beaucoup mieux que le nombre de clics qu’elle a reçu !

Saison 1 – trailer & épisodes

Aucune vidéo correspondant

Boni :
Fight Club – Die Beat ’em up Szene in Deutschland (2009, FightClubNRW)
Le documentaire Allemand de Ruwan Löhr cité par CptMunta, sur un tournoi à Leverkusen.

Aucune vidéo correspondant

Les guides du Mad Man’s Café et de Genshiro de Final Round Japan, pour ne pas vous perdre à Tokyo ^^

http://www.mmcafe.com/arcadeguide/

Saison 2 – trailer & épisodes

Aucune vidéo correspondant

Saison 3 – trailer & épisodes

C’est tout pour aujourd’hui, on se retrouve bientôt pour les deux dernières parties ! (promis-juré ^^)
M’enfin comme d’habitude, je vais vous laisser un petit bonbon sur l’oreiller. Cette fois Afro Cole nous prouve qu’il n’a rien perdu de sa superbe depuis sa prestation culte de 2004 (Voir Partie 1).

All Lights On Me, News

All Lights On Me Saison 3, preview #2

Les All Lights On Me sont sur le point de redémarrer avec cette 3ème saison qui s’annonce sous le signe du clash: Versus Fighting TV x Hit Combo. KX et moi nous nous apprécions et nous respectons beaucoup, mais pour une fois on va se faire la guerre ! Enfin, plus ou moins ^^. Explications.

L’idée du thème de cette saison 3 est une idée de KX. Chacun d’entre nous a choisi 7 capitaines; qui après avoir constitué des équipes de 3 joueurs, s’affronteront chaque semaine au cours d’un défi FT3. C’est simple non ?

Notre but est évidemment de l’emporter, et chacun croit fermement en sa victoire ! Trêves de blabla, voici à présent les 7 leaders d’équipes que j’ai désigné pour me représenter !

Sept mercenaires

Kenpachi (Ryu, Fei Long) : Assurément le plus français des joueurs belges. Bénéficiant d’une aisance naturelle pour jouer à différents jeux, Kenpachi était dernièrement à Toulouse pour participer au X-Mania Europe. Son investissement de longue date dans la communauté, lui a permis de se forger une réputation de joueur solide et de lui faire valoir le respect de ses pairs. Une valeure sûre.

Sélection vidéo

Kusanagi (Ryu, Fei Long): Il représente avec Kimado et d’autres la prochaine génération de joueurs. L’été dernier, cet enfant m’a fait prendre une retraite anticipée en m’infligeant un sévère 3-0 avec son Ryu. Depuis, les progrès qu’il a pu accomplir sont impressionnants. Même s’il lui reste encore beaucoup de choses à acquérir, il ne fait aucun doute que les années à venir on entendra parler de lui.

Sélection vidéo

LordDvd (E.Honda) : Ce vétéran, fait partie des premiers joueurs dont j’ai fait la connaissance lorsque je me suis mis à Capcom vs Snk 2 en 2003. Et je dois reconnaître que des joueurs TOP TIER comme lui se comptent sur les doigts de la main dans la communauté. Doté d’un jeu solide et posé, LordDvd ne rechigne jamais à l’effort pour s’améliorer et optimiser ses stratégies et techniques.

Sélection vidéo

Renegad (Boxer, Ken) : « En attendant Renegad ». Ce serait une bonne idée pour une pièce de théâtre. Très doué et doté d’une polyvalence peu commune, Renegad n’a à mon avis pas réussi à concrétiser son talent en accédant à ce après quoi il court. Je pense et j’espère que cela finira par arriver un jour. Pour le moment, à l’image de Vladimir et Estragon, j’attends.

Sélection vidéo

StarNab (Fei Long) : To Break. Transitive verb (pt broke, pp broken). Véritable globe trotter, StarNab a acquis une reconnaissance internationale grâce à son excellent niveau de jeu. Sur les sites je lis souvent: « StarNab is so broken ! ». Je partage évidemment cet avis. J’ai également entendu autre chose du style: « StarNab has broken two tables in the previous tournaments ». Véridique ! Non ?

Sélection vidéo

Stunfest (Gouki) : On le rencontre souvent dans la salle Arcade Street… Joueur d’une sympathie exemplaire, je vous assure que son « Gouki-démoniaque » l’est beaucoup moins. Invité au dernier ALOM Epilogue, il a remporté avec Gagapa le tournoi. La motivation qu’il affiche et sa présence depuis peu sur le Xbox Live sont des indicateurs prometteurs sur son niveau de jeu les mois à venir.

Sélection vidéo

Yamazaki (Ryu, Fei Long): A l’instar de beaucoup de personnes, je fais partie de ses fanboys inconditionnels. Joueur au cœur d’or, beaucoup le considèrent comme l’un des joueurs européens les plus doués de sa génération. Après une assez longue absence, il a fait son vrai retour sur la scène lors du dernier Stunfest. L’avenir nous dira s’il arrive à confirmer ses ambitions d’ici la fin de l’année.

Sélection vidéo

CrossOvers, Divers, Le Petit Quotidien des Videos, Marvel vs. Capcom 3, Media, News, Street Fighter, Street Fighter 4, Super Street Fighter 4 Arcade Edition, The King of Fighters, The King of Fighters 2002 UM, Videos

Le Petit Quotidien des Vidéos (03/06/11) V.2.0

Comme vous allez pouvoir vous en rendre compte très vite, ce n’est pas vraiment la fête du slip pour ce qui est du contenu vidéo aujourd’hui. Cela dit, il y a quand même quelques bonnes petites choses ^^.

Marvel vs Capcom 3
Super Street Fighter IV Arcade Edition
Tatsunoko vs Capcom
The King of Fighters 2002 UM

STREET FIGHTER SERIES

Super Street Fighter IV Arcade Edition

(Tournois Qualificatifs Tougeki du 29/05/11 à la salle Amusement Fantasista de Shin-Kurashiki)











THE KING OF FIGHTERS SERIES

The King of Fighters 2002 UM

(Tournoi du 30/05/11 à la salle Game Spot Versus de Nishintsupori)





The King of Fighters 2002 UM

(Finale du Tournoi du Stunfest du 30/04/11)

VERSUS SERIES

Marvel Vs Capcom 3 (1)

(CrossCounterTV nous propose une nouvelle série : Runnin’ Sets, le premier épisode met en scène ComboFiend contre Mike Ross)

Marvel Vs Capcom 3 (2)

(Jpure360 a envoyé cette vidéo pour le concours Facebook Capcom « Assist of the Day » où elle a été choisie par NerdJosh de la TeamSpooky)

Marvel Vs Capcom 3 (3)

(UGG-SIN2 continue ses aventures combo-esques avec Chun-Li et Taskmaster)

Tatsunoko vs Capcom

(Tournois des 27 et 29/05/11 à la salle TRF de Nakano)


Events, News

StunX[Prologue]

Kx a posté sur son channel un reportage faisant office de prologue pour StunX, la série de films qu’il prépare dont le trailer était sorti il y a quelques mois.

Interviews, News

StarNab & Renegad: « On s’est bien complété »

A coup sûr, l’une des plus belles rivalités qui m’ait été donné de voir. D’ailleurs, cette dernière n’est probablement pas étrangère à la régularité dont ils font preuve dans leur progression. A force de rigueur, au fil des mois ils ont su s’imposer progressivement parmi les meilleurs joueurs français.

Hi bande de sacs ! Félicitations pour votre victoire au tournoi double du Stunfest X ! Pouvez vous présenter en quelques mots ?

StarNab: Bon Renegad, laisse parler tes ainés déjà ! Salutations Bachaka, moi c’est StarNab. En fait, c’est simple, c’est écrit dans mon dos.

Je joue Feilong. Nabil de mon prénom et j’ai 27 ans. Je suis « sérieusement » dans le VS Fighting depuis SF4. Avant pour moi, vous étiez tous des cas sociaux / mes idoles (rayez la mention inutile).

Renegad: Salut, je m’appelle Renegad, plus connu sous le pseudonyme: Renegad. J’aurai bientôt 21 ans et je fais une école d’ingénieur en alternance (dans le développement informatique).

Jusqu’au dernier moment votre présence au tournoi double du Stunfest X était incertaine, en raison de votre qualification pour la Coupe de France qui se déroulait le même jour. Pas de regrets d’avoir manqué cet évènement ?

StarNab: Je pense qu’on sera d’accord. C’est bien dommage de ne pas avoir pu se qualifier pour la Coupe du Monde… Surtout qu’il y’aurait eu le retour de la vengeance des nippons. Mais notre choix aura permits de faire le plus d’heureux.

Renegad: J’ai été content d’apprendre que nos 3 collègues, David, et les 2 Olivier se sont qualifiés pour la Coupe du Monde de l’ESWC et pourront ainsi représenter la France lors de cet évènement. La principale déception est que nous ne pourrons pas participer à cet évènement.  La présence de Tokido et de gros joueurs européens nous a poussé à nous rendre au Stunfest. Nous avons bien fait puisque nous avons remporté ce jour là le tournoi team =) !

On se sent comment après avoir remporté l’un des plus gros tournois double de l’année ?

Renegad: On se sent bien … Très bien ! Je suis content d’avoir remporté ce double avec StarNab, on est assez rivaux tous les 2 depuis SF4 et on s’est beaucoup entraîné ensemble. Mais au-delà du cash prize, c’est surtout une victoire personnelle. En effet, c’est mon premier tournoi gagné dans un tournoi Super Street Fighter IV (et Street Fighter IV aussi ^^). On m’a souvent « charié » comme étant un joueur n’ayant jamais rien remporté; je suis satisfait d’avoir enfin un vrai titre ! Même si à présent, il me faut remporter un tournoi solo. J’espère confirmer cela dans les prochains tournois à venir.

StarNab: C’est bien d’avoir gagner un tournoi. On arrêtera de tailler monsieur Renegad sur son palmarès jadis inférieur à celui d’un célèbre joueur de Ryu français.
Ensuite, très personnellement, je n’y pense déjà plus. Ressasser ses victoires, ça n’apporte rien et je te dirais que perdre est largement plus formateur. A chaque nouvel event, tout le monde repart à zéro champion du monde, du Stunfest ou pas. La progression en VS Fighting, ce n’est pas un sprint mais une course de fond.

Comment s’est déroulé votre parcours durant ce double ?

Renegad: Les poules se déroulent sans trop de soucis, StarNab et moi partageons les strikes des teams adverses. En sortie de poule nous affrontons la team « Eldruz (Balrog) – Callime (Abel) », 2 joueurs que nous connaissons bien puisque ce sont des joueurs très réguliers et très bons de Street Fighter IV. Je commence, et je perds contre Callime à la suite d’une erreur monumentale … Jamais le stress m’aura fait aussi mal joué ! Cependant Callime a très bien géré son match. GG à lui. StarNab rattrape ma bourde et strike la team entièrement .

Nous affrontons ensuite la team Espagnole « RickyTTT (Ibuki) et Abel_Player (Abel) », cette fois, c’est StarNab qui se lance et bat le joueur de Abel. Il affronte ensuite RickyTTT, le meilleur joueur espagnol est un très bon joueur d’ Ibuki. StarNab perd, RickyTTT l’aura surpris en raison de sa méconnaissance du versus ^^. J’entre en scène et bats RickyTTT =) !

Place à la demi-finale ! Nous jouons face à des amis de la scène du VS Fighting mais aussi de redoutables adversaires, la team « Toshiya86 (Gouki) – Evans (Fei Long) ». Je commence. A vrai dire, j’étais très confiant de jouer face à Evans, j’avais énormément bosser le versus Fei Long face à StarNab.

Totale désillusion puisque je perds 2-0, Evans punissait totalement mes dash straight, ce que ce sac de StarNab ne faisait pas, je ne savais même pas que Fei Long pouvait les punir … J’étais très mal, déçu… Heureusement que ce sac de StarNab nous sauve encore une fois et strike la team.

Nous accédons à la finale … L’objectif minimal serait atteint ? Non, nous étions toujours insatisfait, nous voulions la victoire finale ! Et on savait que nous avions nos chances ! On misait tous les 2 sur … StarNab et le match up Fei Long lol … StarNab me demande de commencer parce qu’il avait un peu peur de la façon de gérer Souiff (Ken), je m’élance donc et affronte le valeureux Souiffer. Je l’avais déjà affronté sur le Live et je connaissais sa façon de jouer. J’ai donc été très prudent, très défensif ! Or, sur le Live je suis plutôt agressif et j’ai tendance à rusher ! Cela a du le troubler, je gagne 2-0 sans trop de soucis.

Place à Tokido (Gouki), je l’avais joué juste avant en freeplay, il venait de me mettre un sanglant 2-0, j’avais plutôt rushé, et subit son vortex ! J’ai vu qu’il zonait énormément à la balayette …

Je me suis concentré et j’ai appliqué le match up tel que je le connaissais tout en gardant un maximum ses balayettes ! Une balayette et le round pouvait être fini pour moi ! Je m’en sors pas trop mal puisqu’il a du mal à me mettre au sol. Je punis ses Demon Flip, j’essaye de minder un maximum ses téléports … ça paye ! Victoire ! NOUS gagnons le Stunfest 2vs2 !!!!!!

StarNab: En effet,  on s’est bien complété. Quand l’un faisait le sac, l’autre faisait le reversal sac et sauvait le navire, comme lors de la petite frayeur vs l’équipe de RickyTTT. Fort heureusement, Renegad remporte le match. On remerciera le jutsu de la feinte de stick.

L'argent n'a pas d'odeur, mais...

Avez-vous mis en place une stratégie particulière entre les matchs ?

StarNab: Pour chaque team on s’est posé  la question de savoir qui y allait en 1er. Rien de plus… Et puis tu veux mettre quoi en place comme stratégie ? « Fais attention à ne pas perdre sinon ça sera plus dur » ? Je veux des précisions sur cette question ! 

Renegad: Hum… Pas vraiment, c’était plutôt à l’instinct, chacun savait ce qu’il avait à faire … A part peut être le match contre EvansToshiya et TokidoSouiff où nous nous sommes un peu plus concertés. C’était surtout des conseils du type « Ne stresse pas » , « Joue ton jeu », « Pas de dash straight » lol pour moi ^^.

N’appartenant pas à la même équipe, quelles sont les raisons qui vous ont amenés à vous associer ? (StarNab est un membre de la team KFR, Renegad de la team Bushido)

Renegad: Luffy086 avait choisi de participer aux phases finales de l’ESWC qui avaient lieu le même jour, Kilivan (le partenaire officiel de StarNab) a eu un empêchement et n’a pu participer au Stunfest. De plus, nous sommes très proches au sein de cette communauté; étant donné l’absence de nos coéquipiers respectifs, cette association nous a semblée évidente. Nous nous sommes donc mis ensemble pour former un tout nouveau tandem =).

StarNab: Aussi, éviter le relou match-up Feilong / Boxer. Une motivation suffisante à n’importe quelle association !

A chaque fois que vous vous affrontez en tournoi, vous adorez vous chamailler en rigolant avant la rencontre ^^. Comment votre duo d’un jour a-t-il fonctionné ?

Lol.

StarNab: On se chamaille parce que Renegad garde en mémoire, au plus profond de son petit coeur, le traumatisme du Feilong. Une maladie qu’il a contracté alors qu’il était encore un jeune sac, à ses balbutiements au stick.

Renegad: Lol. Oui, j’ai tendance à beaucoup whinner sur le match up Fei LongBoxer ! Ce match up aura crée une sorte de rivalité entre nous, totalement amicale bien entendu, c’était donc une joie de teamer avec ce sac. Notre duo d’un jour n’a pas changé nos relations, ce fut un duo de taunt, rigolade et de challenge !

StarNab, niveau de jeu parlant, quelles sont les qualités et les défauts de Renegad ?

StarNab: Renegad joue de manière très carré. Sans doute la meilleure défense en France à mes yeux. C’est très dur d’aller lui arracher de la vie. Il déchoppe très bien et répond très bien aux overheads. Alors lorsqu’il saupoudre le tout de baaaaas gros poing, ça donne ce que vous avez pu voir.

Renegad, c’est la 1ère et dernière fois que je te fais un compliment. Remercie Bachaka. Tu resteras un sac, c’est moi le boss de fin de niveau car mon nom est écrit dans mon dos.

Renegad: Je suis un sac.

Et toi, Renegad quelles sont les qualités et les défauts de StarNab ?

Renegad: Hum, les qualités de StarNab … Je réfléchis … je réfléchis … je n’en vois pas … Non, plus sérieusement, ce sac est au même titre que la plupart des grands joueurs un adepte des « frames ». Il a une grande connaissance sur les coups adverses et une totale maîtrise de ses coups. Il sait quoi punir par quels coups et quand les punir.

C’est un rusher (il joue Fei Long en même temps), il sait mettre la pression sur l’adversaire, gérer la distance, gagner le contrôle du terrain pour amener son adversaire dans le coin ! Ca a l’air facile quand on regarde sur Internet, mais c’est loin d’être donné à tout le monde !

Ses défauts, pour ne pas tous les citer (il y en a trop …) , il a parfois tendance à stresser lors des tournois offline, cela se répercute directement sur son jeu et ses phases. Un défaut qui peu à peu s’efface avec l’expérience. Mais sinon, son principal défaut est de jouer Fei Long … (vous avez vu son costume alt -__-)

StarNab: Mon aptitude à spammer le Chicken Wing. Un coup spécial caché imblocable que les plus expérimentés des joueurs en VS Fighting ne comprennent toujours pas 1 an et demi après la sortie du jeu.

Votre tournoi solo s’est moins bien déroulé que le double. Trop de Fighting Spirit laissé dans les combats de la veille ?

StarNab: Le fighting spirit. Voilà le père Bachaka qui trouve un créneau pour en reparler discrètement. J’ai perdu, j’ai moyennement bien joué. Tous les rounds de mes matchs étaient serrés mais ce n’était pas suffisant.

Renegad: « Moins bien » … Oui forcément, je n’ai pas gagné le solo ! Mais mon parcours est loin d’être ridicule ! Je finis dans le top 8 sur 256 joueurs avec un début TRES MAUVAIS. Je sors des poules assez aisément (avec un match difficile face à Atshushi en poule), puis je tombe très rapidement contre Sendo (Vega) … Je n’ai pas une maîtrise absolu du versus, je rate des coups inratables… Encore une fois le stress aura eu raison de moi, je perds et je suis envoyé en looser bracket.

A ce stade là je dois être … 200e du classement hahaha ! Je gagne 1 match en looser, 1 match uniquement puis j’apprends que je dois affronter Lorddvd (E.Honda), il aura échoué face à Ichi le japonais joueur de Sagat, quel sac ce Dvd -_- … Comme d’habitude, ça aura été un match très très tendu, jusqu’au dernier round ! Je gagne … Ouf … La route continue pour moi !

Je continue à avancer dans les loosers puis j’affronte Yox, excellent joueur de Juri. Je connais un petit peu le versus. Je l’ai déjà affronté au dernier Gnouz, cette fois je gagne, mais bien plus difficilement que la dernière fois ! L’enfoiré aura bien bossé le versus. Prochain tour, on m’annonce comme mon adversaire n’est autre que le 2e aAa … à savoir Yamazaki93 qui venait de battre Eldruz un excellent joueur de Boxer ! Vu sa nette victoire, j’appréhende légèrement, je me calme puis je joue mon jeu ! Ca fonctionne puisque je gagne 2-0 sans trop de soucis ! La team aAa est entièrement sortie du tournoi …

Donc je continue mon petit bonhomme de chemin et j’affronte BruceLi, un bon joueur de Blanka que j’ai déjà rencontré lors des « Bushido Impact ». Le match up est en ma faveur, je l’applique à la lettre, je punis ses rolling tout en punissant ses sauts par des [BASGROSPOING]. Je gagne ! Je me dis « en route pour le carré final » mais il me reste un dernier match à disputer … Luffy (Rose), mon coéquipier au sein de la team « Bushido Impact » !

J’étais plutôt confiant, à Street Fighter IV, j’avais pris le dessus sur ce versus et je commençais à comprendre la façon de gérer Rose. J’avais très peu joué contre Luffy086 à Super Street Fighter IV avec son Ultra 2, même si j’en connaissais les forces. Le score fut sans appel, je perds 2-0 sans aucun round gagné, l’Ultra 2 et la nouvelle façon d’aborder le match up de Luffy auront eu raison de moi.

Mon parcours s’achève là, mais je suis globalement satisfait d’être remonté des enfers et finir dans le top 8 du tournoi.

Qu’avez vous pensez du Stunfest ? Il me semble que c’était la première vois que vous assistiez à cet évènement.

Renegad: C’est tout simplement le meilleur évènement de l’année, autant la WGC était quelque chose d’incroyable, mais là, le fait d’avoir un évènement en plein air, immense, l’énorme scène, tous les écrans géants … J’étais comme un enfant à DisneyLand ^^. Je reviendrai pour sûr au prochain Stunfest si Dieu le veut, et si je suis toujours dans le Versus Fighting =).

StarNab: Niveau orga il y’a eu quelques couacs (beaucoup de retard sur le démarrage des tournois, phases finales tardives, etc…). Sinon il y a eu beaucoup de monde. Mon grand regret aura été l’absence des étrangers.

Vous êtes considérés comme les meilleurs joueurs français dans vos mains respectifs. Pensez-vous avoir fait le tour de votre personnage ?

Renegad: Non, pas du tout même. Il me reste encore beaucoup de chose à travailler sur Balrog, surtout dans la façon de gérer certains Versus. Pour le moment les matchs up qui me gênent énormément sont Fei Long et Rose, je dois donc davantage étudier les coups de Balrog pour trouver les différents footsies qui me permettront de mieux gérer ces matchs up.

StarNab: Pas plus tard qu’hier soir je bossais sur des options select ultra 2. Je pense que ça répond à ta question. Je passe énormément de temps en training mode ces derniers temps pour peaufiner des nouveautés. Kagate koi !

Comment envisagez-vous votre progression dans les mois à venir ?

StarNab: J’ai encore beaucoup à apprendre et à intégrer à mon jeu. Les options select, tout le monde en parle, personne n’en fait. C’est pourtant bien ce genre de « petites » choses qui rendent un joueur vraiment dangereux à chaque instant.

J’ai aussi beaucoup de mauvaises habitudes / mauvais réflexes à gommer. Ne serait ce qu’en terme d’exécution, je progresse encore sur ma pratique du stick. Surtout, le palier que je dois franchir, c’est produire le même jeu en tournoi qu’en freeplay. J’y travaille secrètement avec des techniques interdites…

Renegad: J’ai toujours choisi de jouer les persos qui me posaient problèmes pour progresser … Je vais donc commencer par apprendre à jouer Fei Long et Rose.
Beaucoup se concentrent uniquement sur leur perso et jouent exclusivement leur main, ce n’est pas ma façon de penser.

Je joue énormément de personnages, et cela m’aide à gérer ces matchs up avec mon main ensuite. Je regardais énormément de vidéos des top joueurs Japonais, leur façon d’appréhender un match up, leur façon de contrôler la distance etc. Dans Super Street Fighter IV on doit tout apprendre tout seul, ou quasiment tout seul, je vais donc me mettre à étudier attentivement les « frames » . Jusqu’ici j’ai toujours joué à l’instinct et par expérience (je sais que tel coup punit tel coup, point.) mais cela ne suffit plus, je dois en apprendre davantage.

Starnab, j’ai une question qui me brûle la langue… A quand le retour des Stargames ?

Renegad: Moi j’aimerai savoir à quand la StarRaclette ?

StarNab: Disons que le créneau pour les sessions s’est un peu amenuisé depuis quelques mois. Mars, avril et mai étaient tout simplement blindés de tournois / events. Mais surtout, je n’ai pas l’impression que la demande soit si forte en ce moment. Entre les nouveaux modes de SSF4 qui apportent une grosse part de convivialité, les gens en période d’exams, et ces tournois dont je parlais, difficile d’organiser une bonne session. Et moi une reversal question me brule les lèvres. Si j’organise une session, ton temps de participation effectif sera t-il ENFIN supérieur à ton temps de sommeil ?

Renegad, à l’instar de Cuongster (entre autres), on te voit souvent prendre un long temps de réflexion entre deux matchs. Peux-tu nous en dire plus sur tes pensées à ces moments là ?

En toute honnêteté, c’est « un geste » que j’ai pris aux Anglais à Cannes ! J’ai remarqué que beaucoup de joueurs anglais prenaient 5mn avant un grand match pour réfléchir au match up, se détendre etc. J’ai donc commencé à le faire, et ça m’a permis de gérer mon stress, de ne pas oublier le match up, de me poser les bonnes questions avant un match ! Juste pour ça, je suis content d’avoir rencontré et affronté les joueurs étrangers, c’est une expérience formidable !

Y a-t-il une question que vous auriez-voulu que je vous pose ?

Renegad: On m’appelle désormais le Tueur de Jap ! Est-ce que je compte ajouter Mago à ma liste de victimes ? OUIIIIIIIIIIIII

StarNab: Oui. Mais c’est toi le reporter pas moi. A toi de faire le job !

Merci  à vous d’avoir accordé cette itw à Hit Combo.

En choeur: Merci !

StarNab: Le mot de la fin : Ba cha kaaaaaaa

Au fait, au cas où tu aurais un trou de mémoire, mon pseudo est écrit dans mon dos.

Bon Renegad, laisse parler tes ainés déjà.

Salutations Bachaka, moi c’est StarNab. En fait, c’est simple, c’est écrit dans mon dos.

Je joue Feilong.


Nabil de mon prénom et j’ai 27 ans. Je suis « sérieusement » dans le VS fighting depuis SF4. Avant pour moi, vous étiez tous des cas sociaux / mes idoles (rayez la mention inutile).

Interviews, News

Evans: « J’ai franchi un palier dans ma façon d’appréhender le jeu. »

Vainqueur du tournoi solo au  Stunfest X, Evans revient sur son parcours durant l’évènement. Il nous parle également de ses rapports avec la communauté et sa façon de concevoir la compétition.

Bonjour Evans, avant tout, félicitations pour ta victoire au solo du Stunfest X. Peux-tu te présenter en quelque mots aux lecteurs ?

Merci beaucoup Bachaka. Je suis Thierry WANDJA plus connu donc sous le nick d’Evans. J’ai 20 ans et suis étudiant à l’ESIEE dans une formation d’ingénieur réseaux par l’apprentissage. Mon entreprise est CANAL+. J’ai débuté Street Fighter IV en Avril et je m’y suis mis sérieusement courant Juin. Depuis je ne joue plus qu’à ce jeu ^^.

En Novembre 2009, lors de notre première au Micromania Game Show, tu m’avais confié que tu allais t’investir plus sérieusement au jeu en participant aux sessions et en venant aux tournois. A cette époque, même si tu passais les poules tu avais un niveau assez moyen. Depuis tu n’as cessé de progresser pour au final atteindre ton niveau actuel. Je crois que beaucoup de joueurs seraient intéressés de savoir la méthode Evans !

Lol c’est vrai que je t’avais dit ça ! Je ne m’en souvenais même plus. Hum… sinon pour progresser, je pense qu’il est essentiel d’avoir de gros objectifs et surtout confiance en soi. Par exemple moi, je joue pour gagner, et pour gagner il faut être fort ! Afin de le devenir je pense qu’il est essentiel avant tout de savoir pourquoi on perd de la vie dans un round et ensuite essayer de ne plus reproduire l’erreur qui a conduit à cette perte de vie et plus loin, la perte du match. C’est bête, mais rien que réfléchir de la sorte permet de beaucoup évoluer !
En effet, la perte de vie peut venir d’une erreur personnelle (exécution, manque de concentration) mais aussi d’un mauvais choix et rien que le fait de savoir pourquoi on a perdu un match et d’essayer de corriger ses erreurs permet déjà de bien progresser puisque cela va nous forcer à effectuer des recherches sur les différents matchups de son perso.
Cet état d’esprit co
uplé à une pratique assez régulière du jeu (offline et online sur le XBOX LIVE bien sûr) par l’intermédiaire de sessions et de tournois m’a permis de bien progresser.

Quels sont les adversaires qui t’ont donné le plus de difficultés dans les tournois double et solo ?

Durant le tournoi double, aucun adversaire ne nous a posé problème jusqu’aux demi-finales. En effet, Toshiya et moi partagions les strikes et nous avions atteint les demi-finales avec aucune défaite au compteur. Nos matchs les plus difficiles ont été contre StarNab lors des demi-finales, il nous a striké. Pour ma part je n’ai pas vraiment bien joué et Toshiya était totalement sous pression. Il faut rappeler que c’était son premier tournoi; jouer sur scène avec Ken Bogard qui commente et une masse de spectateurs n’est vraiment pas évident. Je ne lui en veux pas du tout.

Toshiya et Evans

Ensuite on a joué la 3e place contre Tim et Cuongster, Toshiya bat Tim puis perd contre Cuongster sur un match qui était vraiment pour lui ! C’est dommage !
Je prends le relais et perd notamment à cause d’un premier round catastrophique… Je me rattrape au 2ème round en finissant avec 85% de ma barre de vie. Au dernier round il a  sa Super et me la place. A partir de là c’était vraiment dur pour rattraper ce retard. GGs à lui.
Nous échouons donc à 4ème place. Grosse déception, je n’arrivais plus à dire un mot jusqu’au lendemain. J’avais une énorme rage, atténuée cependant par la victoire en grande finale de StarNab et Renegad !

StarNab et Renegad

Au tournoi solo, je sors aisément premier de poule et pareil pour les deux premiers tours des phases finales. Je rencontre ensuite mon partenaire Toshiya contre qui je livre souvent des matchs acharnés sur le Live. J’appréhende un peu mais pas question de perdre : je gagne le premier match (un des rounds sur un coup de chance puis qu’il tape dans mon ultra2 en voulant la punir avec son ultra1), je me fais ratatiner au second match puis je gagne le troisième.
Cela aura été les matchs les plus difficiles de mon tournoi, j’étais extrêmement soulagé de m’être débarrassé de lui hahaha, vraiment chiant son Gouki.

Ensuite je tombe sur plus facile en quart de finale puisque je joue contre Bruce Li, un Blanka contre qui j’ai déjà joué plusieurs fois aux Bushido, je le bat facilement 2-0, il partait déjà dans l’optique de perdre donc ce fut très facile.

En demi-finale je dois faire face à HellTPM, le Dictator espagnol contre qui je suis déjà tombé hier en double et que j’avais battu. Il est solide et j’appréhendais vraiment ces matchs puisque Dictator est un match-up pas super facile pour Fei Long. Je me suis donc remémoré tout les matchs que j’ai pu faire contre le Dic de Alioune qui connait bien le match-up vs Fei. Finalement, je n’ai pas eu de mal à venir à bout de l’espagnol puisque je le bat 2-0. Je suis satisfait de ces matchs car j’ai vraiment appliqué un bon jeu, et je pense que le fruit de mon entraînement se ressent particulièrement dessus (niveau footsies, gestion des distances, utilisation des rekka, etc…).

Maintenant, place à la finale des Winner Bracket contre Tokido-San qui avait battu StarNab au tour d’avant lors de matchs vraiment serrés. Il est arrivé à bout de StarNab notamment grâce à des Ultra1 post balayette mises lorsqu’il tentait de les punir avec des Rekka.
Contrairement à StarNab, je n’ai puni aucune balayette de Tokido. En effet j’ai remarqué qu’il les faisait toujours à quasi max range pour qu’il puisse « voir » le rekka arriver et balancer l’ultra qu’il avait buff. Avant le match, je me suis donc dit que je ne prendrai pas le risque de punir ses balayettes max range, surtout quand j’ai l’ultra.
De plus, j’avais en tête la carotte que Eita m’avait mise durant les Master Series de Cannes : Il m’avait fait un sweep quasiment au corps à corps, l’hameçon était vraiment gros, j’ai donc puni instinctivement et il a balancé son ultra (au piff puisqu’il n’avait pas le temps de voir venir le Rekka).
Enfin dernière chose à laquelle je devais faire attention, les safe jump avec demon flip palm. Toshiya m’en avait déjà fait goûter lors de notre match de tournoi.
J’avais donc en tête un schéma de jeu bien précis avant ma confrontation contre Tokido.
Je gagne 2-0 non sans difficultés. Les matchs étaient quand même tendus et je pense que c’est l’ultra2 qui soulage Fei Long dans ce match-up. Pour comprendre en quoi l’ultra2 inhibe le vortex de Gouki, je vous renvoie vers mon post sur SRK :p http://shoryuken.com/showthread.php?t=230205&p=8971126&viewfull=1#post8971126.

Tokido battu, j’accède en GRANDE FINALE !

Contre Luffy086 aka Luffy tout court : Nous étions extrêmement heureux de nous retrouver ensemble dans cette grande finale du Stunfest. Nous nous sommes remémorés nos débuts vers Novembre-Décembre lorsque l’on participait à nos premiers Bushido ensemble et le chemin que l’on a fait depuis ! Luffy est mon meilleur ami parmi les joueurs.
Pour en revenir au match, ces derniers temps Olive et moi faisions souvent 50/50 sur le Live, avec des matchs à sens unique ou serrés mais nos sessions se terminaient souvent sur des 13-10, 11-13.

Je gagne 2-0. Luffy n’a pas extrêmement bien joué, il me dira par la suite qu’il a joué comme s’il jouait contre StarNab puisqu’il n’a pas pris le temps de réfléchir à comment battre Evans lol. C’est vrai que Star et moi ne jouons vraiment pas de la même manière. Sur cette victoire, je remporte le tournoi solo SSF4 de ce Stunfest X.

Luffy, Evansn Tokido

Dans le tournoi par équipe, tu étais associé avec Toshiya, joueur de Gouki que l’on voit très peu en tournois. Est-ce-que tu peux nous parler de ton teammate et les raisons de votre association ?

Toshiya est un joueur que je connais depuis assez longtemps sur SF4. Nous étions sur le PSN ensemble et il jouait Sagat à l’époque, cependant on a commencé à jouer ensemble assez tard (en été je crois) et on a chacun beaucoup apprécié la manière de jouer de l’autre. A partir de là on a commencé à beaucoup parlé ensemble sur msn.
Il s’est mis ensuite à Gouki et est rapidement devenu bon avec. Toshiya est un très bon joueur et est capable de battre tout les meilleurs joueurs français, malheureusement son travail l’a empêché de participer aux différents events sur SF4, cela va s’arranger avec SSF4.
Ce que j’aime chez lui est son perfectionnisme et sa haîne de la défaite. Tout comme moi, il n’est satisfait d’une victoire uniquement que s’il réalise le match parfait.
Nous projetions de faire équipe depuis un bon bout de temps déjà ! Avant même mon premier Bushido (en Novembre) mais à cause de son travail il ne pouvait être présent. Avant le Stunfest, je lui ai proposé de se mettre avec moi, il a directement accepté. Nous croyons fortement au potentiel de notre association et voulons à tout prix gagner tout les prochain 2v2. ON A FAIM ! haha

C’était la première fois que tu participais au Stunfest. Quelles sont tes impressions sur le plus gros rendez-vous de joueurs en France ?

Le Stunfest est vraiment un event exceptionnel. Tous les meilleurs joueurs de chaque jeu étaient là, ainsi que les japonais Tokido et Ichi. J’ai trouvé l’espace excellent aussi et le matériel mis en œuvre parfait. Vraiment rien à dire, le Stunfest c’est énorme !

A Cannes, pendant les sessions organisées dans les chambres d’hôtel, les anglais t’avaient « amicalement » appelé « StarNab Junior ». Penses-tu être définitivement sorti dans l’ombre du plus célèbre des Fei Long ?

Looooool. Aaah ! Ce célèbre surnom ! Je pense que oui. Maintenant les gens savent qu’il y a deux Fei en France et ce depuis avant Cannes; notamment grâce à ma venue sur le XBOX Live. Cependant, je trouve normal la comparaison avec StarNab, il était déjà fort connu en Europe et même aux Etats-Unis et moi je débarque à peine lol.
Quoi qu’il en soit, je ne me considère pas plus fort que StarNab, qui continue de m’inspirer pour progresser.

A la sortie de SSF4 tu t’étais beaucoup investi sur Juri et envisageait même au pic de ta motivation de la jouer en tournoi. Qu’est-ce qui t’as attiré chez ce perso ? Et où en est ton entrainement avec elle ?

Ce qui m’a attiré chez Juri est juste l’indescriptible sensation que j’ai eu lorsque je l’ai prise pour ma première fois.  Ce qui est marrant c’est que je n’envisageais même pas de toucher au perso, mais au bout de quelques heures de jeux avec Alioune chez Gamekult, je me suis résigné à prendre l’un des persos auquel je n’avais pas touché, à savoir Juri. Et directement j’ai adoré. En plus de cela, j’adhère totalement à son style provocateur et tous les petits cris qu’elle pousse tout au long des matchs !
Pour le moment je la joue en secondaire, je pense avoir découvert pas mal de choses et j’arrive à faire chier de bons joueurs avec, c’est cool. Cependant je ne pense pas la jouer en tournoi; ou peut-être lors des poules d’un prochain Bushido 😉

Quelques jours avant le dernier Bushido, tu m’as un peu surpris en rejouant Fei Long. Déclarant par la même occasion que tu manquais de maturité pour jouer comme il fallait un nouveau personnage. Au delà de ta première place, penses-tu justement avoir récemment franchi  un cap dans ta façon de concevoir le jeu ?

Oui je pense avoir franchi un palier dans ma façon d’appréhender le jeu mais cela bien avant le Stunfest. Je pense avoir eu un déclic quelques temps après Cannes. Je commence à bien comprendre les principes fondamentaux du jeu, mais à l’échelle de la communauté entière du VS Fighting, je me considère encore comme un débutant, surtout quand je vois l’expérience qu’ont les Yamazaki, Frionel ou DVD qui jouent depuis le début des années.
Toutefois, je ne m’estime pas encore apte à pouvoir atteindre un gros niveau avec Juri tout en la travaillant avec la même rigueur que Fei Long.

Le lendemain de ta victoire, tu m’as confié au téléphone que tu allais faire une pause SSF4 de deux semaines en raison d’une fin d’année scolaire un peu chargée. Seras-tu au Bushido du 13 juin ? Si oui, quel sera ton objectif pour ce tournoi ?

Oui je fais une « pause » pour mes exams de fin d’année qui sont assez importants. Mais je me permets quand même de jouer 1 ou 2 heures entre deux révisions haha. Je serai bien au prochain Bushido et mon objectif sera la victoire comme toujours, autant rester à la maison sinon.

Peux-tu nous éclairer sur la team Mignon ?

Hahaha ! La team Mignon est un collectif que j’ai créé en opposition à la célèbre team Violent menée par Alioune et les suisses VRyu et Fuma. C’est juste un délire et puis un peu comme les Violent, elle réunit des amis qui cassent des bouches cette fois avec le sourire ^^. Pour le moment l’équipe compte 5 membres : Moi, Luffy, Renegad, Kusanagi et Sendo.
Kayane désirant imposer ses propres règles, je ne l’ai pas acceptée dans la team :(. Aussi, j’ai même légué mon bonnet de beau gosse à Kusanagi hahaha !

Merci d’avoir accordé cette interview à HitCombo

Merci à vous.

[flagallery gid=1 name= »Evans_Stunfest « ]

Evénements, News

Mon parcours au Stunfest X.

Bonjour tout le monde ! Ce tournoi Stunfest était mon premier, et j’ai vraiment apprécié. Les joueurs français, étrangers, l’ambiance, la nourriture, tout était au rendez-vous pour un super évènement.

La journée commence donc avec mon arrivée au StunFest à 11h. Je rencontre alors Kx, un joueur français de 3.3, qui m’interviewe sur la communauté, sur le personnage que je joue, etc. Je suis impatient de regarder les interviews des autres joueurs :). Aux alentours de 12h, Tokido, un joueur de Gouki ayant fait le voyage depuis le Japon, m’interpelle pour un petit peu de freeplay avec lui. J’ai uploadé 7 matchs sur mon channel, voici la playlist:

httpvp://www.youtube.com/view_play_list?p=AEB86378CFB8696A

Les matchs ont été très difficiles, il ne loupait jamais ses combos lorsqu’il avait l’occasion d’en placer, néanmoins, sa non connaissance du matchup m’a permis de prendre quelques parties.

13h, début des poules, je suis dans la poule 25, une poule qui s’annonce extrêmement difficile puisque le meilleur dictateur espagnol HellTPM, ainsi que Setsuna Lee, une valeur sûre du VS Fighting français, y sont également >_<. Mon premier match est contre HellTPM, un matchup très dur pour Rose du fait de l’impossibilité de punir un EX Psycho Crusher, le saut HP de Dictator qui peut casser les anti-airs de Rose, les Scissors Kicks qui m’empêchent d’utiliser la glissade :(… Je perds 2 rounds à 0, sachant qu’il n’y a que deux joueurs qui passent les poules… avec une défaite d’entrée, la pression commence à se faire ressentir. Mes autres matchs se déroulent sans trop de problème, quelques frayeurs à l’entame de mon match contre SetsunaLee, car il a également pris Rose pour ce tournoi, je n’avais pas jouer de matchs mirroir depuis des lustres! Je finis donc second de poule derrière le dictateur espagnol qui a réalisé un parcours parfait.

16h, j’entame mon tout premier match post poules. Je tombe contre le fameux Kusanagi, jeune joueur de Ryu, qui progresse à une vitesse proche de mach 10. Ma connaissance du matchup Ryu est à son paroxysme grâce à Yamazaki93 qui m’a énormément motivé à travailler mes punitions contre Ryu, suite à sa victoire sur moi au Bushido et au Milk. Kusanagi m’a surpris à l’entame du match en passant 3 à 4 Shoryuken dans mes combos, je dus prendre mes précautions et privilégier le zoning au pressing, score final: 2 sets à 0 pour moi.

Match suivant contre Fasoll, une des meilleures Ibuki d’Espagne, le pays du Chorizo. Malgré que le personnage soit tout nouveau, j’ai joué contre pas mal d’Ibuki sur le Live, me permettant de voir plus ou moins les possibilités du personnage. A mon avis, le matchup est un peu difficile pour Ibuki, aux alentours de 5.5 – 4.5, ou 6 4 Rose. Ibuki éprouve des difficultés lorsque je l’amène au coin, et ses phases d’embrouilles sont assez faciles à voir et pas forcément safe, loin d’un vortex d’Akuma.

Je tombe ensuite contre Cuongster, joueur de Honda au sang français, mais au coeur anglais. Aisément mon PIRE matchup avec Rose, je suis totalement confus quant à la gestion de ce versus. Entre le saut MP de Honda qui casse les anti-airs de Rose, le grattage infini aux milles mains, la Super de Honda qui se rentre facilement (couplé à la superbe exécution de Cuongster), les EX doskoï safe, le bas LP qui casse la majeure partie des pokes de Rose. Je me fais lourdement ratattiner! Cuisante défaite, 2-0 pour le Sumo!

Arrivée en loser bracket.  Je tombe contre Te4m (ou Tim), une Juri taïwanaise. Joe Higashi m’avait mis en garde contre ce joueur ! Heureusement, il ne connaissait vraiment pas Rose, Juri peut punir les boules et les reflects de Rose avec un dive kick en réaction, il ne le faisait pas. Ce qui a facilité mes mouvements et ma victoire 2 à 0. Je joue ensuite contre Ryucef, un Blanka français. Les mouvements de Blanka se voient limités par l‘Illusion Spark (Rolling interdites!), les footsies de Rose rendent la vie très difficile à Jimmy. Score: 2 à 0 pour moi!

C’est maintenant que les choses se corsent ! Je dois affronter le violent, mais gentil, Renegad le boxeur, qui a su se défaire de ses valeureux adversaires *aAa* Yamazaki93 et *aAa* LordDvd aux tours précedents, mais également Tokido, la veille, en double . Renegad annonçait donc la couleur à travers sa forme époustouflante. Dès l’entame du match, je déçida brusquement de modifier totalement mon jeu, et de mettre en avant l’utilité de la Focus Attack pour maximiser mon Ultra II, les Satellites de l’Âme. A chaque fois que Renegade effectuait un safe jump sur moi ou décalait ses lights, j’utilisais la Focus Attack Dash Cancel pour reprendre mes distances et, qui plus est, charger ma barre d’Ultra, tout en multipliant les divers pokes à base de Cr.MP, de St.HK, et de glissades. Cette stratégie se révéla concluante puisque le score fût sans appel, 2 à 0 pour moi, sans aucun round de pris par notre cher boxeur. Cette rencontre est LA rencontre que j’ai le plus apprécié durant ce tournoi, moi qui éprouvait des difficultés contre boxeur, je vois peu à peu le jour dans ce matchup. Tout les matchs suivants se font sur la grande scène devant plus d’une centaine de spectateurs !! La classe ! Houraa !!!

Mon prochain match fut contre le perdant du duel opposant Tokido à [KFR] StarNab, après une lutte acharnée, Tokido se défait de [KFR] StarNab, l’idôle de tous les joueurs de Feilong. Ce match a été vraiment très difficile, chaque round s’est joué au pixel de vie, le coin est un véritable calvaire contre l’acteur de film Hongkonguien !

Aussitôt le match remporté, j’ai immédiatement enchainé contre le dictateur espagnol HellTPM. Le même joueur contre qui j’ai perdu en poule ! C’est l’heure de prendre ma revanche ! Ayant suivi ses parties précédentes contre Evans et Sendo, je remarque que HellTPM ne saît absolument pas déchopper les tentatives de choppes. La balle est de mon côté puisque les décalages choppes et les ticks-throws, sont un domaine ou j’excèle tout particulièrement. Après avoir passé trois à quatre choppes d’affilée, mon adversaire ne savait plus quoi faire, il se mettait à piffer un EX Psycho Crusher après un light !

Arrive enfin le gros morceau, le meilleur Gouki du monde, le gagnant du dernier GodsGarden, Tokido. Ayant fait du freeplay en début de journée avec lui, je savais que sa connaissance du matchup Rose n’était pas au plus haut, néanmoins, il savait maintenant qu’il est possible de placer l’ultra, un shoryuken entre le C.MP et la Spirale de l’Âme. Je me devais donc d’utiliser cet enchaînement avec parcimonie. Je pense que mon adversaire a un peu stressé en raison de sa méconnaissance du matchup; il multipliait les demon flip pour se rapprocher et permettre le vortex, ce qui est totalement vulnérable au Soul Throw.

Enfin la grande finale! contre Evans, la personne avec qui j’ai commencé mes tout premiers tournois, et avec qui je discute souvent des matchups, de notre progression, des objectifs. Je fus vraiment très heureux de disputer cette finale du Stunfest X à ses côtés. Petits, nous sommes devenus grands :). Pour ce dernier match, je vous laisse apprécier la vidéo :).

Mon parcours s’achève donc ici. Merci aux Bushidos et à tous mes amis pour le soutien apporté durant ce tournoi, ainsi qu’aux organisateurs de cet évènement inoubliable.