Dossiers, News, Videos

Et toi à quel DoujinKakuge tu joues ?

Il y a quelques mois, j’avais esquissé l’idée de faire une petite introduction au monde du jeu de baston amateur nippon dans mon monologue sur le mot kakuge (celui-là même où j’avais si chaudement conseillé VanPri). Je voyais ça arriver dans un futur vague et lointain, mais en faisant mes petites news en début de nuit il y a quelques jours, je me suis rendu compte que je devais parler chinois à bon nombre d’entre vous avec mes histoires de doujin gamemakers devenus pro, de produits dérivés de visual novels et autres joyeusetés. Bref, je pense franchement qu’il est temps de faire un épisode introductif avant l’arrivée d’Ogon sur la Xbox nipponne, on verra ensuite pour détailler les travaux des différents cercles les plus populaires et l’histoire du genre (genre après, plus tard, dans un certain temps…).

Commençons par faire le point sur les jeux de baston amateurs japonais les plus connus en ces temps où Aquapazza, Chaos Code et Koihime Musou: Doki Otome Darake no Sangokushi Engi (Koihime) trustent l’attention du public Otaku/Maniac nippon. Et essayons de comprendre pourquoi le genre est appelé « Hentai Kakuge » (Jeu de baston pour pervers) au pays du soleil levant…

Le plus simple pour commencer est bien de faire une petite liste, on voit tout de suite mieux à quels types de jeux on a affaire. De plus, avec un peu de chance, un ou plusieurs noms du listing devraient vous être connus, ce qui n’est jamais un mauvaise chose au vu de l’aridité relative du sujet.

En faisant le point sur le nombre de wikis, vidéos et autres mentions sur le Web, je suis tombé sur un total de 12 jeux : 9 en 2D (dont une bêta qui est plus populaire que beaucoup de jeux complets) et 3 en 3D.
Attention – Cet ordre n’est ni représentatif du nombre de joueurs, ni de l’intérêt du jeu : c’est un classement pratique.

1 – Melty Blood Actress Again Current Code
2 – Vanguard Princess
3 – Touhou Hisoutensoku ~ Choudokyuu Ginyoru no Nazo wo Oe
4 – Ougon Musoukyoku
5 – Wonderful World
6 – Akatsuki BlitzKampf
7 – BigBang Beat Revolve
8 – Million KNights Vermilion
9 – Yatagarasu 4
10 – Valforce
11 – Crucis Fatal + Fake
12 – Hinokakera – Chaotic Eclipse

– Bonus-

——

1 – Melty Blood Actress Again Current Code (MBAACC)

[2005-2011 pour la Ver.1.07 de MBAACC, French Bread, AC/PC]

OP du jeu

Melty Blood (Melty/MB, 2002-2011) reste le gagnant toutes catégories du genre, c’est une institution, un exemple de réussite. Mais peut-on encore parler de jeu amateur/indi/doujin (de doujinshi, fanzine en japonais) quand des versions du titre sont disponibles en arcade et sur PS2 sous licence SEGA ?
Le circle (littéralement cercle, un groupe d’artistes travaillant pour un projet amateur : fanzine, jeu, musique, etc.) Soft Circle French-Bread (de leur nom complet et descriptif, anciennement Watanabe Seisakujo) semble répondre oui puisqu’il continue à mettre régulièrement à jour la version PC avec les derniers patchs de la version Arcade pour remercier ses fans de la première heure (la version PS2 est elle de fait passablement obsolète depuis deux ans).
M’enfin attendons décembre et la sortie du coffret DVD de la « troisième saison » (épisodes 9 à 12) de Carnival Phantasm (une série d’OAV en cours de publication qui utilise les différents personnages des licences de l’éditeur Type Moon, dont Melty Blood) pour voir si la version PC bridée « bonus » de Melty Blood Actress Again Current Code Ver.1.07 est bel et bien conforme à l’arcade.

Vidéos de gameplay de la version 1.07

2 – Vanguard Princess (VanPri/VP)

[2009-2011 pour la version 1.08, Suge9, PC]

2D Kakouto Maker 2nd (2001, Enterbrain), le logiciel que nous appelons couramment 2D Fighter Maker 2000 (FM2K) en occident, est indubitablement difficile à utiliser. Tellement que quand Tomoaki Sugeno alias Suge9 (un ancien employé de Capcom et de Sammy sur respectivement Resident Evil 3: Nemesis et The King of Fighters EX: Neo Blood) a réussi à faire cracher ses tripes au logiciel, cela a surpris tout le monde. Vanguard Princess est un chef-d’œuvre, on y voit vraiment que Sugeno sait travailler avec des sprites 2D, un talent qui lui a très probablement permis de décrocher un travail chez Examu (si peu que le blog du character designer d’Arcana heart qui est linké sur son site, son soudain manque de temps depuis plusieurs mois et les mécaniques de jeu « VanPri-esques » d’Aquapazza peuvent être des indices probants…), son amour pour le moe a dû aider pas mal aussi…
Toujours est-il que le jeu est gratuit (sous licence GPL) et qu’une version modifiée pour les OS occidentaux est disponible JUSTE LÀ. Allez donc faire un petit versus (avec assist) en ligne et plus vite que ça !

3 – Touhou Hisoutensoku ~ Choudokyuu Ginyoru no Nazo wo Oe (Toho Soku)

[2009-2011 pour la version 1.10, Twilight Frontier, PC]

Ah Touhou… Il faudrait plusieurs articles pour parler des dérivés baston du Touhou Project de ZUN. Le créateur du studio Team Shanghai Alice, une micro-structure (ZUN fait presque que tout tout seul : programmation, design initial et musiques) amateur de création de Shoot-’em-up de type Manic/Danmaku/Bullet Hell, a créé un univers extrêmement vaste peuplé d’exorcistes (magiciens, prêtresses, etc.), de youkai (fantômes, démons, vampires, etc.) et de mushi (elfes, élémentaires, etc.) qui a inspiré la moitié des studios amateurs nippons en activité. C’est devenu un business florissant et les conventions Hakurei Jinja Reitaisai (2004-20XX) organisées avec l’approbation de ZUN pour vendre les jeux utilisant l’univers et les produits dérivés portant l’image de ses personnages (dont des kilos de dakimakura plus douteux les uns que les autres) sont aussi remplies que le Comiket (si ce n’est plus…).
Parlons donc de la micro-niche Team Shanghai Alice x Twilight Frontier : le studio Twilight Frontier, mieux connu sous le porte-manteau Tasofro, est un pilier du milieu indé depuis des années.
Citons juste l’inusable Eternal Fighter Zero (EFZ, 2001-2005, pour la version -Memorial-) avant d’avancer, le jeu est toujours énormément joué et son utilisation des personnages des visuals novels du studio Key (Air, Kannon, One et Moon) est exemplaire. Visuellement le jeu emprunte beaucoup au graphisme utilisé par les Clamp sur Card Captor Sakura, j’espère que vous n’avez rien contre les chibi-lolies…
Le premier jeu de combat Touhou de Twilight Frontier est sorti en 2004 (dernière MàJ en 2005 : ver.1.11) : Touhou 7.5th – Touhou Suimusou: Immaterial and Missing Power (Suimuso/IAMP) et s’est extrêmement bien vendu. Si bien qu’il a été suivi par divers jeux de plateformes les années suivantes et finalement, en 2008, par Touhou 10.5th – Touhou Hisouten ~ Scarlet Weather Rhapsody (Hisouten/SWR). Ce dernier jeu de combat a été mis à jour l’année suivante par l’add-on/stand-alone (un jeu qui peut être joué seul ou comme une sur-couche sur un jeu existant, augmentant ainsi le nombre de personnages et les modes de jeux) dont nous parlons ici : Touhou 12.3th – Touhou Hisoutensoku ~ Choudokyuu Ginyoru no Nazo wo Oe (soku, 2009-2011 pour la version 1.10a) est un gros bonbon moe (la définition wiki est réductrice pour le coup…) avec un système de combat très riche. Que ceux qui se demandent d’où vient le système d' »Arcanes » d’Arcana Heart ne cherchent plus : le système de cartes de tarot des jeux Tasofro a tout inventé !

4 – Ougon Musoukyoku (Ogon/MSK)

[2010-2011 pour la version 1.10, 07th Expansion, PC]

J’ai déjà fait l’article (littéralement) sur le titre de 07th Expansion, reportez vous donc à ce petit truc plein de bon goût :
http://www.hitcombo.com/1news/ogon-musokyoku-x-arrive-dans-une-semaine-le-061011-sur-xbox/

Version 1.10

5 – Wonderful World (WanWan)

[2010-2011, Ainefill, PC]

Wonderful World est un jeu en bêta (la version 0.55 est disponible à l’essai à l’heure où j’écris cet article, mais c’est toujours la version 0.50 qui est utilisée en compétition), une version test qui est aussi jouée que Melty et VanPry. Bref c’est fun, il y a des gens en ligne et c’est un piège à otak’ ! (public captif, tout ça..)
Comme tout Moe Kakuge/Animu Fighter qui se respecte, WanWan utilise un système avec des éléments hérités de Guilty Gear, allez donc chercher bonheur du côté de chez Dustloop, ils savent où se cachent les bons dealers : http://www.dustloop.com/forums/showthread.php?9010-Wonderful-World.

6 – Akatsuki BlitzKampf (Akatsuki)

[2007-2008 pour la version 1.1.3.1 SP1, Subtle Style, AC/PC]

Voyons… Des nazis cyborgs qui se tapent sur le museau… Uhuh, je sens que je vais choper mon point Godwin plus tôt que prévu…
Akatsuki BlitzKampf fait dans le bizarre, un genre que vous connaissez bien si vous avez tâté d’ArmJoe (Les Misérableuh…) ou que vous rêvez en regardant les screens de Symphony of the Blood (le fameux jeu PSP imaginaire sur l’œuvre de Tezuka bidouillé par Metajan Requiem, un fan de Metal plein de talent).
M’enfin comme tous les fans de jeux de baston, j’ai un gros faible pour les faux character select screens (Shameless plug : http://brograbs.dapshow.com/) : c’est super fun ! Mais je digresse…
Subtle Style a trouvé un bon concept avec Akatsuki Shisei Ichigō (2003-2006) : un kakuge à thématique militaire (les uniformes du jeu empruntent aux costumes des soldats allemands, russes et japonais de la seconde guerre mondiale) avec un gameplay simple et un plaisir immédiat. Akatsuki BlitzKampf (2007), sa suite est beaucoup plus équilibré, plus riche aussi et le jeu a même eu assez de succès pour mériter une conversion/update Arcade en 2008 sous le titre Akatsuki BlitzKampf Ausf. Achse (AkatsukiAA). Le dernier jeu de la saga : En-Eins Perfektwelt (2010) a un peu de mal à s’imposer dans les salles et est porté essentiellement par les danisens d’A-cho et de Ko-hatsu, mais que cela ne vous empêche pas de taper sur un clone de Rommel, de Roy Mustang ou de Char Aznable

7 – BigBang Beat Revolve (BBBR)

[2011, Frontier Aja, PC]

Le premier BigBang Beat (BBB, sous-titré -1st Impression-), un jeu adapté de l’eroge Daibanchou: Big Bang Age, a été réalisé par la team NRF en 2007, un studio qui s’est fait connaitre en tant que RapiFire pour Guardian Heroines (2006, dernière version portant la mention -Final-), un excellent beat-’em-all parodique mélangeant Guardian Heroes et un système de combat proche de celui de Tales of Phantasia. Le circle NRF s’est divisé en deux en 2007 après la sortie de BBB quand une partie des membres a décidé de faire un nouveau jeu tiré de l’univers Touhou : Marisa no Kagi +Plus (2008) en arrêtant de faire des mises à jour pour BBB alors que l’autre voulait continuer à en faire. Ceux qui sont partis sont devenus Frontier Aja et ont donc continué tant bien que mal à updater BBB en réalisant un nouveau titre : Koumajou Densetsu (Koumajou, 2009), un excellent Metroidvania mâtiné de shmup à la sauce Touhou.
Mais lisez-donc l’interview réalisée à l’époque, cela va éclaircir un peu les choses : http://www.doujinsuki.com/c76-ex-interview-de-frontier-aja-303.html
Bon, maintenant que l’on est retombé sur nos pieds, disons juste que BBBR (alias BigBang Beat 2nd pendant son développement) est sorti cette année au Comiket 80 (en même temps que Koumajou 2) et qu’il est juste énorme (le jeu vient tout juste de passer en version 1.05c).

& http://www.dustloop.com/forums/showthread.php?5836-Big-Bang-Beat-Revolve (thread Dustloop)

8 – Million KNights Vermilion (MKV)

[2009-2010, NRF, PC]

Je viens de vous parler de la scission entre NRF et Frontier Aja et vous devez bien vous douter que tous les membres du circle qui ont réalisé BBB ne sont pas partis, en fait ils ont réalisé leur « suite » à eux en 2009 : Million KNights Vermilion. Un jeu qui a été beaucoup critiqué à sa sortie : « raide, limité, trop simple », qui n’est plus patché depuis des années, mais qui conserve pourtant une grosse base de fans pour une raison simple : il est vraiment fun malgré les bugs et le character design est super réussi !

9 – Yatagarasu 4

[2009-2011, Styleos, PC]

Le Yatagarasu est le corbeau à trois pattes de la religion Shintoïste qui sert notamment de mascotte à la JFA, mais c’est aussi le titre du bébé de Tomoyuki Kotani/Styleos : une superstar du design 2D (il est illustrateur, character designer et animateur) qui a travaillé pour PsiKyo, Eolith/SNK Playmore, Atlus et qui est chez Cave depuis 2005.
Yatagarasu est souvent décrit comme un mélange de KOF pour le design et l’animation et de 3S pour le système de parry. Le titre a été annoncé en 2008 et enfin présenté au public en 2009 au Comiket 76. Cette première mouture ayant reçu des avis mitigés, Kotani-san a remis son ouvrage sur le métier en le présentant régulièrement au Comiket jusqu’à ce que son public soit satisfait (chaque version du jeu prenant un numéro de plus). Styleos était ainsi présent aux éditions 77 (2009), 78 (2010) et finalement 80 (2011) pour présenter ce qu’il considère maintenant comme un build stable du jeu.

10 – Valforce

[2009-2011, Yumesoft, PC]

Valforce est le Kakuge indé 3D le plus joué en tournoi et ce pour une raison évidente : le jeu est un clone moe de Virtual On mettant en scène des Mecha Musume très inspirées des robots du jeu d’origine. On ne parle pas ici d’un clone au rabais, mais d’un jeu qui accepte les twin-sticks PS2, PC et 360. Bref c’est un jeu visant une micro-cible de joueurs fans de versus-shmup 3D (la communauté nipponne est très large !), mais c’est une vraie merveille qu’on ne peut que conseiller !

11 – Crucis Fatal + Fake (Crucis/CFF)

[2008-2009, Light’s Maguro, PC]

Crucis Fatal + Fake est la suite de Fatal/Fake (2005-2006), tous deux sont des adaptations baston de la série Fate/stay night / Fate/hollow ataraxia, deux célèbres visual novels de Type Moon (Tsukihime).
Pour faire simple, le seul vrai défaut de Crucis : c’est qu’il n’est pas Melty… Le jeu est beau (malgré des textures un peu ternes), fluide, le système de combat en tag est bien étudié, la communauté est là, mais la sauce prend moins… (et forcement je ne suis pas très inspiré…)

12 – Hinokakera – Chaotic Eclipse

[2003-2011, Reddish Region, PC]

Hinokakera est une licence qui marche, Chaotic Eclipse (2010) est le quatrième épisode de cette série et le meilleur de très loin. Si graphiquement le jeu fait un peu mal aux yeux (le moteur date de 1999, 3D Fighter Maker se fait vieux…), on sent que le logiciel est poussé dans ses derniers retranchements. Le jeu est souvent décrit comme un bijou pour fans de chain combos, mais ce Guilty Gear 3D light est bien plus que ça : un modèle de longévité !

BONUS :

Sono Higurashi No Naku Koroni VS Touhou Universe 2

[2009-2011, 18Kingyo, PC]

HiguToho est un croisement improbable entre Higurashi no Naku Koro ni (la licence dont est tiré Ogon) et les jeux de la licence Touhou Project, mais on s’en fiche pas mal en fait (même si c’est mieux de connaitre les personnages pour bien profiter de la vaste blague vaseuse…) : c’est le jeu ultime du cosplay qui tue, c’est plus fort que Dong Dong Never Die, bref c’est inusable…

Ceci est le film promo pour le jeu (tout est dit…), « Tu peux pas test ! » (comme ils disent chez Smith d’en face) :

Communauté, Divers, Dossiers, Games, Media, News, Videos

Les ‘ricains nous racontent le SBO – Wakeup, Shoruken + Frame Trap + CrossCounter Live

On aime tous les belles histoire avec des bons et des méchants. Suivre les aventures de héros improbables lancés dans des combats épiques contre des forces en surnombre. C’est fun… quand ça se passe comme dans les films…

Bref, sans surprise, le sujet de ces émissions : c’est les résultats des joueurs des USA au Tougeki – Super Battle Opera 2011 et comme vous vous en doutez, c’est pas brillant…

Voyons donc voir comment ils vont pouvoir meubler… Avec de infos sur le scandale ? Bah oui : ils ont osé !

Guides, Guides, News, Street Fighter, Street Fighter III: Third Strike, Super Street Fighter 4, Super Street Fighter 4, Super Street Fighter 4 Arcade Edition, Super Street Fighter II X

C’est quoi le Hitstop ?

C’est la question que je me suis posée un beau jour. Dans cet article, je vais essayer de citer quand je le peux mes sources.

La première fois que j’ai vu ce terme c’était sur le forum SRK. Quelqu’un avait traduit les notes des frame data de Ryu pour SF4 vanilla et pour le Hadoken il était marqué « hitstop 8 ». Pour remettre dans le contexte c’était en fin d’année 2008, quelque mois après la sortie arcade du jeu. Je ne lisais pas SRK à cette époque donc c’est bien plus tard que je suis tombé sur ce sujet.

Je ne retrouve plus le post sur SRK mais j’en avais fait une copie sur le forum console league :  http://console-league.com/forum/viewtopic.php?f=391&t=8771

 Hadouken: On air hit, puts opponent into special juggle state. 16-17 character specific cancel. Hit stop 8.

Hitstop 8 ? C’était la première fois que je voyais ce terme et pourtant je passais mes journées sur le wiki et sur le forum. Aucune info à ce sujet sur le wiki de srk. Rien sur eventhubs. Même dans le sujet sur SRK les gens ne réagissaient pas à cette traduction. Le même gars avait traduit les notes de Dhalsim, Rufus, Dictateur.

Déjà je réalisais que la frame data, ce n’est pas qu’une grille avec des valeurs mais qu’en japonais il y avait des annotations pour presque tous les coups. Et en plus dans les notes il y a des termes étranges. C’est à cette époque où je me suis dit que je m’achèterais dorénavant les guides japonais même si je ne parle pas japonais xD ! Bref j’ai commencé à Google le terme hitstop et j’ai trouvé un début de réponse dans un sujet qui parlait de Super Street Fighter 2. Je ne retrouve plus le lien également mais c’était sur SRK…

En gros ça disait que le hitstop correspond à un freeze de l’écran qui affecte les 2 joueurs lorsqu’il y a un coup qui touche (en hit ou en garde). Comme ça affecte les deux personnages, en apparence ça ne change rien. Il y a juste des pauses comme si on appuyait sur start à chaque fois qu’il y a contact. Donc ce freeze matérialise l’impact et on peut se rendre compte qu’il est souvent confondu avec le blockstun/hitstun. Quand quelqu’un dit qu’un coup a un gros blockstun, en fait c’est surtout un gros freeze. C’est le freeze qu’on ressent et non le blockstun.

Ce que j’ai appris à ce moment-là c’est que le freeze affecte uniquement les joueurs donc :

  • Le chrono continue de tourner.
  • Comme le chrono tourne, la charge aussi. Ça permet au perso à charge de faire des trucs qui sont en théorie impossible car à chaque contact ils gagnent de la charge grâce au freeze.
  • Les projectiles ne sont pas affectés donc ils vont continuer leur chemin malgré le freeze ce qui permet de faire des trucs sympas. Avec Chun-Li j’avais réussi par hasard à faire un bas MP qui m’a fait éviter un Hadoken car j’ai touché Ryu. Le Freeze nous a affectés mais son hadoken a continué. (Je m’en rappelle toujours c’était contre Daigo à Cannes 2010 xD)

Un exemple en image avec Ryu et Dhalsim. Ryu saute sur Dhalsim qui fait une Ultra 1. La première image représente le début du freeze. La 2 ème image représente la fin du freeze. Apres il suffit de comparer la boule feu pour voir qu’elle a grossi entre temps ce qui illustre bien le fait qu’elle n’est pas affectée par le freeze.

  • Les projectiles créent aussi un hitstop sauf que ça affecte uniquement celui qui se fait toucher. Celui qui a lancé le projectile continue de bouger. Je n’ai pas d’exemple en image, mais les joueurs d’Akuma utilisent ça efficacement quand ils font un ex air Hado et qu’ils avancent pour continuer le combo.

Quelques temps après Maj du site sonichurricane a fait un article avec pas mal d’exemples. Ça m’a permis d’en savoir plus. Les commentaires en bas de l’article sont tout aussi intéressants que l’article (si vous avez le temps) http://sonichurricane.com/?p=1043 . Justement dans les commentaires, quelqu’un donne des valeurs de hitstop

8 frames de freeze pour un light

10 frames de freeze pour un medium

12 frames de freeze pour un high

14 frames de freeze pour un spécial

C’était la première fois que j’avais des valeurs en dehors du « hitstop 8 » du guide. Comme je vous disais, tout est parti de ce guide japonais et dedans il y avait d’autres informations liées au hitstop. Quand Dictateur touche son adversaire avec un Headstomp, il y a un hitstop mais cette fois-ci les 2 persos ne sont pas affectés de la même façon. Le guide précise que Dictateur va sortir du freeze avant son adversaire. Plus exactement, il sort du freeze 12 frames avant l’autre.

Une autre information qu’on trouve dans ce guide concerne les focus attack. Si on tape dans une focus, il y a évidemment un hitstop car il y a contact. Sauf que là où normalement les 2 persos devraient être figés le même nombre de frames, Capcom a décidé  que celui qui absorbe le coup va sortir du freeze 3 frames avant celui qui a tapé dedans.

If you absorb an attack with a saving attack, you can take action 3F faster than your opponent (you can act during the hitstop of the absorb animation).

Comme d’habitude ces traductions étaient sur le forum srk mais tout a disparu :(. Encore une fois j’avais fait une copie sur console league… http://console-league.com/forum/viewtopic.php?f=382&t=8695  ((j’ai le guide japonais en question si vous voulez la vraie source ^^)

Ok il y en a un qui bouge avant l’autre, et alors ? Le meilleur exemple c’est lorsqu’on saute sur Boxer à la relevée et qu’il fait un coup ex (donc armor). Son dash ex sort en 7 frames normalement mais en pratique c’est difficile de le safe jump (mais pas impossible).

Quand on comprend cette notion de hitstop et qu’on a vent des quelques règles, on comprend mieux ce qui se passe. Le fait de taper dans le coup armor de Boxer lui donnerait 3 frames d’avance. Donc le coup qui normalement devrait toucher en 7 frames touche finalement en 4 frames (si on tape dedans) et donc ça devient tendu pour faire un safe jump. Plus tard dans l’article je reviendrais sur ces valeurs car il y a visiblement une erreur.

Voilà pour l’introduction au terme de hitstop. Si vous êtes en train de bailler, vous pouvez vous arrêter là ^^. Si vous êtes curieux, la suite va surement vous plaire.

 

 

Ok toujours là ? 😀

En 2010 juste après la sortie de Super Street Fighter 4, un anonyme a mis à disposition près de 9 go de vidéos qui montrent les hitbox du jeu. Si on laisse de côté les hitboxes, l’autre intérêt de ces vidéos c’était qu’elles étaient enregistrées en 60 images par secondes. Ça m’a permis de regarder frames par frames ce qui se passe lorsqu’il y a contact.

Voilà un GIF animé que j’avais fait à l’époque pour mieux visualiser le hitstop.

Les images sont tirées des vidéos de hitboxes de SSF4. Si c’est la première fois que vous voyez ces images il faut savoir qu’on ne voit qu’un seul perso mais il y a un autre invisible. Chun li fait une balayette et touche son adversaire.

 

Le startup de la balayette de Chun-Li est de 7. Elle a 4 frames actives. Sur ce GIF on peut se rendre compte que le hitstop intervient juste après le contact de la frame active. Et c’est quand le hitstop se fini que commence le hitstun ou blockstun et le pushback (le recul). Donc pour résumer ça donne 6 frames de (vrai) startup + 1 frame active + 12 frames de hitstop + le reste des frames actives (3) + le recovery.

J’ai pu aussi confirmer que pour un coup spécial il y a bien 14 frames de hitstop (info postée en commentaire de l’article de Maj) sauf que bizarrement il y avait des cas particulier. Honda en fait partie. Son doskoi HP a un hitstop de 14 frames et son Doskoi EX a un hitstop de 8 frames. 8 frames c’est comme le hitstop d’un light. Plus le hitstop est court, plus il est difficile de réagir. Je pense que si Capcom a fait ça, c’est pour rendre la version Ex moins facile à punir en réaction. En tout cas ça explique pourquoi moi je rate souvent mes reversal ultra 1 ^^;. Il y a peut-être une autre explication bien sûr.

 

D’après ce que j’ai pu lire, dans Super Street Fighter 2, le hitstop était fixe quel que soit le coup (14 frames) mais là dans la série Street Fighter 4, Capcom semble s’amuser à faire varier les valeurs.  Light, medium, high, special et je ne saurais même pas vous dire si ce sont les mêmes valeurs pour les coups sautés (jump hk ? jump lp ?)

Tiens en parlant de saut, quand on y repense le hitstop est à l’origine des options select et c’est un abus de langage de dire que ça vient de l’absence ou non hitstun/blockstun. C’est finalement l’absence ou non du freeze qui est important et non le blockstun/hitstun. Au passage Ryu peut safe jump l’ultra 1 de Dhalsim s’il utilise lk au lieu de HK. Ce qui s’explique grâce au hitstop plus court avec lk.

Et ça me fait repenser à une discussion que j’avais eu avec des joueurs de Third Strike. Je ne me rappelle plus qui m’en avait parlé (Ultrayox ? BK ?) mais il y a une option select après un universal overhead (mp+mk) si ça touche en hit ou en garde. De mémoire c’était donc une option qui donnait deux résultats différents. Un résultat si l’adversaire met sa garde et un résultat si l’adversaire se mange le coup. Ça vous rappelle peut être quelque chose 😉 mais j’y reviendrais plus tard.

Toujours à propos de Third Strike, BK m’avait expliqué un truc avec Ken. Je lui avais demandé ce qu’on pouvait faire contre quelqu’un qui fait des parrys à la relevée et il m’avait parlé d’une option select anti parry tout en me précisant que peu de gens l’utilisait avec Ken car c’était très très très très dur à réaliser (j’insiste ^^). Pour ne pas dire n’importe quoi je vais m’arrêter là (à propos de Third Strike) . Le but de ces exemples c’est de montrer que le hitstop est une donnée qu’il ne faut pas négliger à haut niveau.

Par contre je précise une chose importante, les ¾ de ce que j’écris en ce moment, je l’ai réalisé seulement il y a quelques jours. J’avais certes des infos mais je n’avais pas fait de rapprochement entre tout ça. Ce qui m’a permis de faire tilt c’est la vidéo d’Alioune et son option select avec Yang. Après de fil en aiguille les choses se sont remises en place. Ce que je veux dire c’est qu’en me lisant, tout ceci peut paraitre évident mais c’était loin d’être le cas au départ !

Donc revenons à la vidéo l’option select de Yang. En regardant frame par frame on voit que le hitstop n’est pas le même en hit ou en garde après un dragon lk. D’ailleurs depuis le début de l’article je parle de hitstop mais en fait je devrais dire hitstop/blockstop car comme vous allez le voir le dragon de Yang a deux valeurs de freeze. Donc encore aujourd’hui on découvre des choses liées à ce « stop ».

Le dragon lk de Yang a donc un hitstop de 8 frames et un blockstop de 12 frames. J’en ai parlé à Alioune vite fait, et c’est je pense la seule explication au pourquoi du comment il a pu faire cette option select. Par contre comment il fait pour trouver des trucs au pif comme ça, ça je n’ai pas la réponse O_o.

C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à reconstruire le puzzle ^^. Pendant que je rédigeais cet article, j’ai relu les commentaires de l’article de Maj et il y a quelqu’un qui parlait de hit freeze et self freeze. Celui qui justement donnait les valeurs de freeze.

in modding the pc version of the game I have found that hit/self freeze (these are separately controllable actually but i don’t believe i have seen a move where it is actually separate that isn’t some hack that i’ve made lol)

J’avais zappé cette information jusqu’à maintenant mais ça explique mieux ce qui se passe avec Dictator et son Headstomp (voir le début de l’article). Si je devais résumer tout ça, ce qu’on sait pour le moment c’est :

Il y a le Hitstop/Hitlag/Hit Freeze/Impact Freeze/Hit Pause, appelez-le comme vous le voulez.

Mais en rentrant dans les détails on a vu que ça pouvait changer en hit ou en garde donc on est arrivé au hitstop et blockstop (l’option select d’Alioune avec Yang, 3.3 et les parrys et overhead, etc). Sauf qu’en général c’est la même valeur…

Maintenant en rentrant encore plus dans les détails on peut voir qu’il y a le hit freeze (opponent freeze) et le self freeze qui décident véritablement combien de temps vont rester figé les deux protagonistes. Donc on n’en déduit qu’un projectile à un self freeze de zéro par exemple et un opponent freeze de 8 frames.

Un peu plus haut je vous avais parlé des focus. Celui qui absorbe un coup avec une focus a 3 frames d’avance. Quand je regarde frame par frame, ce n’est pas tout à fait ça. J’ai essayé plusieurs fois et en fait ce n’est pas 3 frames mais 2 frames. J’ai même relancé le SF4 vanilla et c’est la même chose. Ça ne change pas grand-chose mais je tenais à le signaler ^^ (Boxer et son dash Ex touche donc en 5 frames et non 4 frames).

Un autre truc que j’ai découvert c’est au niveau de la focus en tant qu’attaque. Quand on veut calculer le frame advantage après une focus on fait : blockstun de la focus – le temps pour faire un dash avant. Dans les  calculs on dit que la focus level 1 a 15 frames de blockstun et la focus level 2 a 21 frames de blockstun. Pour rappel avec Chun-Li ça donne :

Focus level 1 = 15 (blockstun) -14 (dash avant) = +1 et Focus level 2 = 21 (blockstun) – 14 (dash avant) = +7

Vous devez surement vous en douter mais c’est “faux” ^^.  Quand on regarde images par images on voit que la focus level 1 et la focus level 2 ont le même blockstun qui est de 15 frames. La différence entre une level 1 et une level 2 se situe au niveau du hitstop. Le pourquoi du comment Chun-Li est à +7 c’est que dans le cas d’une level 2, elle a le droit de sortir du freeze avant son adversaire. Donc c’est ça le secret de la focus level 2. Rien à voir avec un blokstun plus élevé. Je dis Chun-Li mais c’est valable pour tous les persos dès que c’est une level 2. Celui qui est à l’origine de la focus level 2 va sortir du freeze 6 frames avant son adversaire.

Vous allez surement me dire que je chipote vu que ça ne change rien aux valeurs qu’on connaissait déjà (21=6+15). C’est vrai mais c’est toujours bien d’en savoir un peu plus sur le fonctionnement du jeu. Par exemple ça permet de mieux comprendre ce qui se passe lorsqu’on absorbe une focus attack level 2 avec une focus.

Si vous êtes toujours pas convaincu sachez que du côté de Blazblue, le hitstop est une donnée qu’on retrouve souvent dans les frame data. Allez faire un tour sur www.dustloop.com

Il y a d’autres choses que je voulais ajouter mais ce sera pour un autre sujet -__-

Communauté, Divers, Dossiers, News

La Malédiction de la Stick Holder

Les interactions entre joueurs et joueuses restent un sujet épineux. En fait la situation s’est dégradée ces dernières années avec la multiplication du nombre de participantes dans les tournois et leurs apparitions sur les streams. La misogynie rampante commune à tout groupe culturel masculin (la testostérone est redoutable ^^) a laissé sa place à un machisme de supermarché 100% pur frustration sexuelle. L’insulte facile remplace doucement le folklore de tournoi habituel de la taunt à base de vannes vaseuses, bref on sombre doucement dans les abimes glaireuses de la bêtise…

La Stick Holder (porteuse de stick) est seulement une CARICATURE de joueuse. Elle est représentée soit comme une petite amie de joueur, un peu là par hasard parce qu’il y avait de la lumière, soit comme une petite nana qui traine sur les events pour se trouver un mec en faisant un peu de cosplay, beaucoup de DDR/Guitar Hero, mais qui ne passe jamais les poules si et quand elle participe à un tournoi. En fait on est dans le fantasme de la femme « publique » qui offre ses charmes au mieux-disant : le champion local.

J’insiste lourdement sur le mot caricature puisque l’image de la Stick Holder n’est finalement qu’un copié-collé de celle des Badge Bunnies, ces femmes qui trainent dans les bars bourrés d’hommes en uniformes dans les grandes villes des USA (un lieu social fréquenté par des hommes partageant des intérêts communs). En effet si les Badge Bunnies (un mot porte-manteau entre badge, comme un badge de police et bunny, comme les modèles de Playboy ou les lapins qui leur donnent leur petit nom…), ces demoiselles qui vont draguer dans les lieux fréquentés par des policiers (ce qui leur vaut d’autres noms d’oiseau comme Holster Sniffer ou Nightstick Polisher…) ou des pompiers (Hose Hoppers…) existent vraiment, elles ont beaucoup plus d’importance dans les fictions américaines que dans la réalité. Le sexe fait vendre : c’est dingue, non ?…

La comparaison entre la Stick Holder et la Hime (littéralement Princesse, le nom que se donnent les fans de shôjo manga) va elle aussi de soit (dans la tête de notre macho primaire fictif), puisque comme ces otakettes qui fleurissent dans les conventions, elles sont censées être totalement bas-de-plafond (limite à baver en poussant des cris rauques…) : bref c’est une analyse aussi fine, distinguée et légère qu’une galerie de photos de Francesca Dani.
Mais n’en doutez pas : de nombreuses geekettes sont capables d’écraser des tombereaux de mecs à Street avec une main dans le dos et en vous donnant des détails hyper pointus sur la carrière des CLAMP (ou le plan des Cylons dans BSG).

Bref la joueuse est un joueur comme les autres, mais si on sait tous (enfin presque…) que ça va de soit, ça va toujours mieux en le disant !

Dossiers, News

Une petite histoire de baston – Partie 6

Ah les joies de la compétition ! Cet épisode est vraiment centré sur ce point (on peut même dire qu’il appuie dessus au marteau piqueur) : que ce soit avec la suite de ma petite histoire de la communauté ou dans le troisième et dernier épisode (pour le moment) de la sélection de documentaires.
En passant, n’oubliez surtout pas de vous moquer de Bachaka qui a commencé à couvrir des events à cette période ^^.

Épisodes suivants :

POLISSAGE DE STICK

Je vais vous infligez les habituels trailers et reportages sur les tournois passés (2009-2011) avant de vous lâcher dans le monde sauvage du documentaire de tournoi pour y voir ce qui a changé depuis 2004 : tenez-vous au pinceau, je retire l’échelle !

Tougeki – Super Battle Opera

Le SBO fait peu ou pas de promotion (pas besoin…), il y a donc presque rien d’autre que des matchs dans les méandres du Web, mais voici quand même quelques exceptions.

Openings 2008-2010 (au pif)

Aucune vidéo correspondant

BONUS : Asenka et CCL au SBO ’05 (pour Capcom Fighting Jam…)

Stunfest ’09

Trailer

Reportage de Ken Bogard


Stunfest X

Trailer & pub TV

Reportage de Cnul

Aucune vidéo correspondant

Reportage de Gamopat

Aucune vidéo correspondant


Stunfest XI

Trailer

This is Stunfest (Bachaka)

Stunfext XI: Street Club Edition


WGC 2010

Umehara Daigo vient en France pour la deuxième fois (la première, c’était en 2004 au Salon des nouvelles technologies et du jeu vidéo de Strasbourg) et tout ce qu’on a c’est deux reportages ? Bah oui… et des matchs ^^ : fouillez dans les rubriques Archives WGC et Divers)

Reportage de JeuActu

Un tour du Festival International des Jeux (James « WorstGiefEVER » Bardolph)

HitCombo the Movie (Bachaka)


WGC 2011

Reportages de Gameblog

Je vais juste ajouter un petit mot sur le Beat By Contest (BBC) pour vous poussez à regarder les très bonnes interviews réalisées par Geek Studio à cette occasion.


EVO 2K9 

2009, c’est l’année du retour de Daigo à l’EVO et tout a été mis en œuvre pour qu’on ne l’oublie pas…

Interviews de Gootecks et GetYourTournament

Aucune vidéo correspondant

MTV interviewe Justin Wong

Justin vs Daigo, le match et l’interview

Aucune vidéo correspondant


EVO 2K10

Comme vous allez le voir, maintenant la promotion de l’EVO : c’est The Beast !

Trailer/Message de Daigo

G4’s Evolution 2010 Top 10 Moments

Gamerbee vs Justin Wong


EVO 2K11

L’EVO s’est terminé il y a quelques jours, impossible de savoir ce qui va en rester pour le moment, voici de quoi patienter.
Couverture de l’event
Interviews de pr0gaming.com
Interviews de Alex « Big Boy » Verrey (Madcatz)

Trailer/Message de Daigo

Evolution 2011 – The Recap (le résumé officiel)

Daigo Exposed EVO 2011 Panel (conférence)

Aucune vidéo correspondant

Aris X Kayo Police



LA PULSION DOCUMENTAIRE – Troisième Partie

4 – TOURNOIS

Focus (2011, Steve Wang)
Focus est un mélange de biopic et de chronique de tournoi, on y suit Mike Ross au cours de sa préparation pour l’EVO 2010. Mike Ross est l’un des joueurs les plus populaires de la scène baston américaine, c’est aussi un sex-symbol, le joueur préféré des joueuses (comme l’a été Jay « Viscant » Snyder il y a dix ans avec son petit gilet), qui vont souvent vous demander si vous savez « Quelle est sa relation avec Sherry « Jenix » Nhan ? ». Mais surtout c’est un joueur qui a su gérer sa carrière à la perfection : son talent et son association fructueuse avec Ryan « Gootecks » Gutierrez en ont fait une superstar, une icône du jeu de baston et peut-être même son meilleur ambassadeur.

« I AM NOT GAY (not that there is anything wrong with that) but Mike Ross is a handsome dude. Like Eric from True Blood.
Definitely not gay. »

WorstGiefEVER – 17 juillet 2010 – EventHubs.com

Trailer

Teaser

 

Le film

 

BONUS : BEST OF SMEXY MIKE ROSS

Gootecks vs. Mike Ross… à KINECT DANCE CENTRAL!

Mike Ross se prépare pour l’EVO

La team compLexity Cross Counter au SBO Qualifier 2011

Mike Ross dans… 1988 The Movie

Mike parle de ses buts et rêves pour l’avenir

Mike à la guitare

A New Kind of Blues: A Reflection on the Future of the Fighting Game Community (2011, Zaid Tabani)
Zaid Tabani est surtout connu pour ses talents de rappeur en tant que The RedRapper, mais entre cet excellent documentaire sur l’évolution de la communauté et l’influence des sponsors, et son reportage sur SoCal Regionals : Run It Back (présenté un peu plus bas), il est vraiment en train de devenir le documentariste attitré de la communauté West Coast. A New Kind of Blues est tout simplement la seule analyse crédible du business. Foncez, c’est du très bon, mieux même : de l’indispensable ! LE documentaire qui répondra aux questions que vous avez sur le sponsoring !

I Got Next (2009/2011, Ian Cofino)
Ian Cofino a réalisé I Got Next comme projet de fin d’étude, en offrant son film à la communauté après lui avoir fait une pub monstre sur YouTube. Cette version « rough cut » (ou « short cut ») montrée en live sur UFragTV, et uploadée par ses soins sur Mininova est toujours disponible gratuitement en SD et « HD ». Tourné entre 2008 et 2009, le film est une très bonne compilation d’interviews très ciblées de stars (Gootecks et Justin Wong en tête, avec « Long Island/ILOVEU » Joe Ciaramelli en vedette américaine) sur le thème du pro gaming comme choix de vie, rythmée par la succession des tournois de la saison : NEC9 (2008), Sinsination (2009) et Final Round XII (2009).
Personne ne sait vraiment ce que la version « feature length » vendue en DVD apportera de plus au film : probablement plus d’images de matchs (on voit seulement les réactions des joueurs) et la réintroduction de quelques scènes coupées. Mais dans tous les cas, ce sera une bonne surprise d’en voir plus (avec une image moins bleutée…) : c’est du bon travail de journaliste, rondement mené.

Trailer et teaser (short cut)

Trailer et teaser (feature length)

Scènes coupées

Aucune vidéo correspondant

Run It Back: The Road to SoCal Regionals (2010/2011, Zaid Tabani)
La rivalité entre James « Jchensor » Chen et Alex « Calipower » Valle est légendaire. Zaid les laisse nous raconter leurs vies de joueurs, une petite histoire nostalgique de la communauté baston californienne depuis 1992 sur fond d’organisation de SoCal Regionals, le tournoi qu’Alex organise. Run It Back essaye de combler certains des trous laissés béants par Bang the Machine et ses successeurs en invitant les vétérans à enfin parler, mais donne aussi la parole aux nouveaux joueurs fraichement formés par les Level|Up series. On suit donc les joueurs qui s’entrainent pour SoCal Regionals, pour devenir plus fort et peut-être même gagner : un défi de taille avec autant de top players à l’affiche!

BONI :
Trailer des Level|Up Series/Promo Reel de Alex « Calipower » Valle

James Chen retourne une table

Pixel Kombat (2010, Jac et Johan)
Pixel Kombat a des faux airs de Suck My Geek de Tristan Schulmann et Xavier Sayanoff (le fameux machin à faire regarder à vos proches qui vous voient comme un extra-terrestre), et ce même s’il se veut probablement plus l’héritier du 30 ans d’arcade d’Alex Pilot : c’est un documentaire profondément militant dans son orientation. Mais contrairement au doc de Canal+ qui tentait de définir le geek plus ou moins maladroitement, Pixel Kombat choisit une voie pure. Le mélange de deux thématiques classique : celle du « c’était mieux avant » et celle du jeu de baston compétitif. Jac & Johan ont fait un documentaire sur l’arcade : le jeu de baston arcade et son déclin inexorable. Tourné au Stunfest et au Tougeki 2009, le film est connu pour sa diffusion absolument erratique sur GameOne et une sortie DVD décalée aux calendes grecques : à voir en groupe au Stunfest pour l’ambiance !

Au passage, jetez donc un œil sur le prochain projet du duo : il y a du nanard dans l’air ^^. (avec Tarantino c’est juste obligé, c’est dans le contrat !)

BONUS : 30 ans d’arcade (2003, Alex Pilot)


Street Fighter: Beyond the Game (2012 ?, AnimatronicAckbar)
Street Fighter: Beyond the Game est un outsider total. On ne sait presque rien du projet à part ce qui figure dans les trailers et que donc, logiquement, il s’agit d’une compilation d’interview de gamers tournée pendant l’EVO 2010 mélangée avec une étude du milieu chiptune/circuit bending new-yorkais. Le film parle de « culture jeu vidéo » d’après ses auteurs : c’est vague…

Thanks for Playing (2011 ?, John « Kazi » Cosentino)
Ce film est un mirage. Annoncé tantôt comme une vidéo promotionnelle pour le clan Always Godlike, tantôt comme un film sur la communauté, ce projet de Kazi est une compilation d’interviews (dont la plupart sont déjà disponibles sur son compte YouTube et ci-après) sur la communauté baston.
Trailers

Teasers

Aucune vidéo correspondant

EVO: A Documentary (2012 ?, Joel Ortiz)

Encore un film qui est une inconnue totale, ce trailer étant planqué dans les entrailles de YouTube. Mais ce documentaire est censé raconter l’expérience de tournoi de compétiteurs venus de petites villes américaines où il n’y a pas ou peu de joueurs à proximité et qui vont donc découvrir le monde cruel de la compétition à l’EVO 2011. Le film veut proposer un « effet avant/après » en les suivant dans leur vie de tous les jours jusqu’à l’EVO 2012

EVO Series (2010/2011, Richard Lee)
Richard Lee a décroché le cocotier, son film de 2010 sur l’EVO a tellement plu aux organisateurs du tournoi qu’il est maintenant le documentariste officiel de l’event. Ses petits segments apparaissent d’abord sur la chaine YouTube officielle avant de pointer le bout de leur nez sur sa page Vimeo.

EVO 2010

EVO 2011

3rd Strike TV & StunX (2006-2008/2010, Kx)
Terminons en beauté avec Kx, un membre incontournable de la communauté frenchy (fuyez s’il a une caméra à la main…), un documentariste aussi passionné qu’infatigable qui fait de la pub pour Street Fighter II: 3rd Strike depuis 2006 en filmant ses potes dans leurs pires moments.
M’enfin la sortie récente de 3SO (Street Fighter II: 3rd Strike – Online Edition) ce n’est pas qu’une bonne nouvelle, c’est aussi une excuse toute trouvée pour ressortir des vieux trucs des cartons (on m’a menacé…) et revoir plein de têtes connues. Profitez donc de la sagesse des grands anciens mes petits scarabées !

3rd Strike TV – HS
Ranking de 2004 à Lyon et « MISSION : 100% connardise »


3rd Strike TV – Saison 01
Suivez la bande de sacs habituelle du Capcom Fighting Resurrection au Stunfest ’07, en passant par un mémorable ranking lyonnais KGM .

Aucune vidéo correspondant

BONI :

Le Mymo Step…

Bruno Vaysse au Tougeki ’05 et chez J-Type en 2004 (pour comprendre les vannes vaseuses…)


3rd Strike TV – Saison 02
Suite de la chronique de la vie des joueurs français de 3S, avec une couverture de la KGM’s Private Cup (avec beaucoup d’interviews sur le tournoi d’Hokuto no Ken…), des images du dernier ranking KGM de la saison et ensuite en route pour les Qualifs Tougeki Europe, et le Japon ! (Feat. Tokido, Mago et KSK)

Aucune vidéo correspondant

3rd Strike TV – Saison 03
Reportage sur le Versus Dojo

StunX – trailer et épisodes
Un troisième reportage sur le Stunfest X, comparez-le avec le travail de Cnul et de Gamopat !

Aucune vidéo correspondant

BONUS : Versus Fighting TV #1 – Bushido Impact International 2010


Terminons comme les fois précédentes par des bonus inutiles et donc absolument indispensables, avec cette fois-ci une parodie de documentaire sur la culture jeu de baston et la fameuse interview de Sako où il est obligé de dire du bien de Hori par contrat (la pire fausse bonne idée de tous les temps…) et qu’on lit tous ses sentiments sur son visage… Une vidéo dédicacée à Kayane et à la finesse légendaire de Alex « Big Boy » Verrey !

Street fighter Documentary (une parodie de Chris Burton)

Team HORI Presents – SAKO ‘The Fourth Child’

Dossiers, News

Une petite histoire de baston – Partie 5

Je vais vous rassurer tout de suite, c’est l’avant-dernière fournée de cette série d’articles (cela aurait dû être la dernière, mais c’était trop gros et trop fourni pour charger en moins de 5mn…). Mais avant de passer à la deuxième partie de mon tir groupé : une histoire triste, sur la fin du marché de l’arcade, j’ai envie de parler de bizarre, d’étrange, voire de franchement chelou…

Épisodes suivants :

LE BLOND, LE BLUFF ET LE TRUCULENT

Le HappyConsoleGamer est l’équivalent canadien de l’Angry Video Game Nerd ou du Joueur du grenier, un mec qui raconte sa vie en jouant à des jeux. Le sel du truc vient bien évidemment de sa personnalité et de ses anecdotes, qui sont passablement hilarantes au second degré… Je vais donc vous laisser ces deux échantillons en les dédicaçant à TKO du Versus Dojo

Street Fighter Tales

Strange Arcade Tales

Je vais continuer avec ce qui est probablement le meilleur reportage de tous les temps sur un event.
Doctor DooM est un joueur irlandais, pilier de sa communauté, qui tient un vlog très irrégulièrement : mais là, franchement, c’est inoubliable… BIS !

WGC VLOG of DooM

Enfin terminons avec une idée qu’elle est bonne : la Salty Suite. Gootecks et Filipino Champ ont fait ce calcul tout simple : des joueurs + une chambre d’hôtel + de l’argent = plein de Money Matches en paix ! Cool, non ? Et en plus on peut streamer tout ça…

Intégrale dispo dans les archives de la Team Sp00ky : http://fr.justin.tv/teamsp00ky/videos

Pour l’EVO 2011, la Salty Suite s’est transformée en Redemption Suite :
http://www.hitcombo.com/1news/ssf4ae-evo2k11redemption-suite/

Voilà, ça n’a pas été trop long, retournons donc au charbon !

LA PULSION DOCUMENTAIRE – Deuxième Partie

3 – DÉPRIMANT

Envie de vous tirez une balle tout de suite ? J’ai la motivation !
Les joueurs ont le cœur brisé de plus en plus souvent par la multiplication des fermetures de salles d’arcade partout dans le monde (RIP La Mythik 2008-2010 !). Tellement qu’on trouve énormément de documentaires (de qualité très inégale) à ce sujet. « Hokuto » Youssef aurait probablement de nouvelles choses à vous dire là-dessus, mais l’essentiel est dit entre son interview de 2010 et ce reportage de la chaine locale de Tampa Bay :


http://www.hitcombo.com/1news/youssef-interview/

Classic machines amusement arcade closing (2008, WTSP 10 News)

Arcade Infinity

Cette salle de Rowland Heights, Californie, tenue par la famille Tao, était l’un des lieux de vie les plus importants de la communauté de cette région : les rumeurs de problèmes avec la ville, puis de sa fermeture imminente ont énormément fait bouger les joueurs.

The End of Infinity – An Arcade Story (2011, GameZone)
Réalisé peu de temps avant la fermeture (le 27 février 2011), ce documentaire est une ode à cette salle d’arcade. Une courte enquête qui remet en perspective cette tragédie.

Arcade Infinity’s Final Night (2011, Mad Calamity Productions)
Comme son nom l’indique cette vidéo chronique la dernière nuit à la salle, l’occasion de visiter les lieux et de voir la sélection de jeux (avec une borne PS3 de MVC3 qui va faire baver pas mal de monde).

Eleven Years of Infinity (2011, Hubert Cheng)
Hubert Cheng fait la même chose avec un montage très différent, l’occasion de comparer et de choisir votre camp ^^.

Chinatown Fair

C’est une salle qui a vu naitre le talent de tant de joueurs new-yorkais que c’est presque indécent de citer des noms : le mieux c’est de regarder Twisted Jago et ses potes d’EMP faire le tour de la salle au son du Brooklyn Zoo d’Ol’ Dirty Bastard.

Decline & Fall of the American Arcade (2009, ArcadeHustla)
Les rumeurs de la fermeture de Chinatown Fair ont commencé en 2009 (elle a fermé le 3 février 2011), la réaction de soutien des joueurs a été immédiate et massive !

Arcade: The Last Night At Chinatown Fair (2012, ArcadeMovie)
Kurt Vincent est en train de monter ce film qui raconte la fin de la Chinatown Fair (Manhattan, NY) et le déplacement des machines à Next Level, la salle d’arcade de Brooklyn. Le film est bourré d’interviews de joueurs qui soutiennent Henry Cen, le gérant des deux salles, l’occasion de voir plein de têtes connues.

Dismantling the Chinatown Fair Arcade (2011, BoweryBoogie)
Les dernières machines quittent la salle sous les yeux de passants qui se plaignent du bruit du bouchon causé par le déménagement : triste…

Codes Of Honor (2011, ArcadeHustla)
Un film concept sur la fin de la salle fait à partir de cinématiques de divers jeux: zarb et nostalgique…

Terminons cet épisode par le bonus habituel : cette fois-ci, il s’agit de joueurs qui font leur pub sur YouTube : NO COMMENT !

SSF4 – PR Balrog Official Promotional Video

Shadowloo Presents – TTC|ToXY SSF4 Highlight Reel

Team Peaceful Jay SSFIV Highlight Reel (Stream Promo)

SayaAzn74 SSF4 promo video – Trigger Otaku

 

Dossiers, Guides, Guides, SSF4 - Personnages, Street Fighter, Super Street Fighter 4 Arcade Edition

Yun Lee – Skate or Die

Watchdamatch vient de faire paraître un guide très complet sur Yun, rédigé par Cuongster (déjà à l’origine de ce guide) et joueur émérite dont la réputation n’est plus à faire. Grâce à ce guide, vous pourrez apprendre à Jouer Yun, mais aussi à le contrer, si vous rencontrez des difficultés à vous battre contre le personnage.

Ca se passe ici :

http://www.watchdamatch.com/Articles/SSF4/Guides-des-Personnages/SSF4-AE-Yun-Le-Guide-Complet.html

yunguide_featured

Dossiers, Events, News, Outils

OUTIL : Calendrier International des Events/Tournois/Shows (Live)

Cet outil est destiné à centraliser les divers tournois live pour pouvoir en faire la promotion. C’est super simple comme truc, mais c’est TRÈS efficace pour éviter d’avoir douze tournois le même jour et surtout pour prendre son billet à l’avance (ou son popcorn pour le stream…). Cette liste ne contient théoriquement pas de rankings et autres tournois hebdomadaires et mensuels : c’est totalement volontaire.

Les rankings européens ont leur propre liste, pensez à la consulter régulièrement ICI !!!

La liste sera évidemment régulièrement mise à jour (comme d’hab…), mais pour ça j’ai aussi besoin de vous : n’hésitez donc pas à balancer des corrections et des liens pertinents dans les commentaires de cet article.

MERCI d’avance ^^.

Code Couleur

LOCAL

REGIONAL

NATIONAL

INTERNATIONAL

2011

OCTOBRE/OCTOBER

14-16/10/11 – 10/14-16/11Season’s Beatings: Velocity – Columbus, OH, US (3SO/MK9/MVC3/SSF4AE/ST)

INFO : lien 1 & lien 2 (STREAM)

15-16/10/11 – 10/15-16/11PRIDE 2011 – Barcelona, ES (BBCS2/MVC3/SSF4AE)

INFO : lien 1

15-16/10/11 – 10/15-16/11Rerebelotte à Grabels – Grabels, FR (???)

INFO : lien 1

22/10/11 – 10/22/11The Ohio Smash Initiative Presents: Charity Gaming III – Columbus, OH, US (SSBB/SSBM)

INFO : lien 1

22/10/11 – 10/22/11Volition 5 – Pardubice, CZ (MK9/MVC3/SSF4AE/T6)

INFO : lien 1

22-23/10/11 – 10/22-23/11Red Fight District – Weesp, NL (3SO/BBCS2/MK9/MVC3/SSF4AE/ST/T6)

INFO : lien 1 & lien 2

22-23/10/11 – 10/22-23/11Hf-Lan 2.0 Paris – Paris, FR (SSBM)

INFO : lien 1

29/10/11 – 10/29/11[ASL]AUSOM 4 Ever – Phenix City, AL, US (SSBB/SSBM)

INFO : lien 1

29-30/10/11 – 10/29-30/11European Gaming League 4 – London, UK (3SO/MK9/MVC3/SSF4AE)

INFO : lien 1

NOVEMBRE/NOVEMBER

05/11/11 – 11/05/11Red Spark: Ignition – Daytona Beach, FL, US (3SO/BBCS2/MK9/MVC3/SSF4AE/T6)

INFO : lien 1 (STREAM?)

05-06/11/11 – 11/05-06/11Canada Cup 2011 – Calgary, AB, CA (MVC3/SSF4AE/+?)

INFO : lien 1 (STREAM)

12/11/11 – 11/12/11F-4: Five Flags Fighting Frenzy – Dubuque, IA, US (3SO/MVC3/SSF4AE/T6)

INFO : lien 1

12-13/11/11 – 11/12-13/11Yamabushi – Round 2 – Chambéry, FR (SSF4AE)

INFO : lien 1 & lien 2

13/11/11 – 11/13/11MOBIUS – New York, NY, US (3SO/MK9/MVC3/SSF4AE/T6)

INFO : lien 1

17/11/11 – 11/17/11Neo Arcadia Kumite 2 – Toulouse, FR (SSF4AE/ST)

INFO : lien 1 & lien 2

19/11/11 – 11/19/11Las Cruces Game Convention – Las Cruces, NM, US (UMVC3)

INFO : lien 1

19/11/11 – 11/19/11REVENGE – Cincinnati, OH, US (SSBB)

INFO : lien 1

19/11/11 – 11/19/11Tension Pulse 2011 – Atlanta, GA, US (3SO/AH3/BBCS2/GGXXAC/MK9/UMVC3/SSF4AE/T6)

INFO : lien 1

19/11/11 – 11/19/11HattiesBrawl – Hattiesburg, MS, US (SF4AE/T6/UMVC3/+?)

INFO : lien 1

19/11/11 – 11/19/11ROM 4! Revival Of Mango?! – Road to Apex – Nanuet, NY, US (SSBM)

INFO : lien 1

DÉCEMBRE/DECEMBER

03-04/12/11 – 12/03-04/11European Street Battle 2K12 (ESB2K12) – Lyon, FR (3S/SSF4AE/ST)

INFO : lien 1

03-04/12/11 – 12/03-04/11Northeast Championship XII (NEC XII) – Philadelphia, PA, US (3SO/BBCS2/GGXXAC/KI/KOF13/MBAA/MK2/MK9/SC4/SSF4AE/ST/T6/UMVC3)

INFO : lien 1 & lien 2 (STREAM)

18/12/11 – 12/18/11/HOPE 4! – Pittsburgh, PA, US (SSBB/SSBM)

INFO : lien 1

——

2012

JANVIER/JANUARY

21-22/01/12 – 01/21-22/12Apex 2012 – New Brunswick, NJ, US (SSBB/SSBM)

INFO : lien 1 & lien 1

21-22/01/12 – 01/21-22/12Caroline Hummel 2nd Annual SIDS Fundraiser… – Richmond, VA, US (3SO/BBCS2/MK9/SSF4AE/UMVC3/+?)

INFO : lien 1

28/01/12 – 01/28/122012 NZ SF Hyper Nationals – Auckland, NZ (SSF4AE)

INFO : lien 1

FÉVRIER/FEBRUARY

17-19/02/12 – 02/17-19/12World Game Cup 2012 – Cannes, FR (3SO/BBCSE/KOF13/SC5/SSF4AE/UMVC3/+?)

INFO : lien 1 & lien 2

18-19/02/12 – 02/18-19/12Battle for the South 3 – Mardi Gras Madness – Kenner, LA, US (MK9/SSF4AE/UMVC3/+?)

INFO : lien 1

MARS/MARCH

02-04/03/12 – 03/02-04/12FINAL ROUND XV – Atlanta, GA, US (BBCS2/MK9/SSF4AE/T6?/UMVC3)

INFO : lien 1

AVRIL/APRIL

13-15/04/12 – 04/13-15/12PowerUp 2012 – Cincinnati, OH, US (MK9/SSF4AE/T6/UMVC3/+?)

INFO : lien 1

MAI/MAY

05-06/05/12 – 05/05-06/12Shadowloo Showdown 2K12 – Melbourne, AU (???)

INFO : lien 1

25/05/12 – 05/25/12Ultimate Fighting Game Tournament 8 – Infinity – Northbrook, IL, US (???)

INFO : lien 1

JUIN/JUNE

30/06-01/07/12 – 06/30-07/01/12Norcal Regionals 10 – Milpitas, CA, US (???)

INFO : lien 1

Dossiers, News

Une petite histoire de baston – Partie 4

Ceci est une opération Daigo-maniaques.
Chers lecteurs, je me permets de vous soumettre cette information importante : il reste presque deux douzaines de documentaires dont j’aimerais parler. J’ai donc décider d’utiliser un classement thématique du plus bel effet ^^.

Épisodes suivants :

ZORRO EST ARRIVÉ…

Je vais enfin tenir ma promesse de vous parler de 2.5D, puisque cette partie de l’article commence en octobre 2007 avec l’annonce d’un jeu. Les images et les trailers s’accumulent, mais ils font peur aux fans qui ne se rassurent qu’en 2008 lorsque le 29 février de cette année, apparaissent des images presque illisibles tournées avec un téléphone portable (lors du premier locktest). C’est beau le buzz !

Le trailer distribué une semaine auparavant

Dire que Street Fighter IV a relancé l’intérêt du grand public pour les jeux de baston est une caricature, mais ce n’est pas totalement faux. La vie a continué entre 2004 et 2008, mais le nombre de joueurs baissait doucement et la sortie arcade de SF4 le 18 juillet a été une bouffée d’air frais.

Aucune vidéo correspondant

Archives de Zachd (avec plein de MVC2)
http://zachd.com/mvc2/evo.html & http://magnetro.com/ (le reste est sur YouTube)

A la surprise de tous, la bonne nouvelle qui arrive avec la sortie du jeu, c’est le retour d’Umehara « The Beast » Daigo. Le champion sort de sa retraite et ça, ça change tout. Le plus amusant étant bien sûr le retournement de veste de nombreux joueurs qui disaient ne pas vouloir toucher au jeu parce qu’il est en 3D.
Une nouvelle folie Daigo emporte le Japon, des entrailles fibreuses de 2chan au magazine Arcadia qui sort deux DVD spéciaux confrontant The Beast aux champions du cru : les Umehara Concept Matches.

Daigo Umehara Concept Matches 1 et 2

Aucune vidéo correspondant Aucune vidéo correspondant

Cette folie se propage comme un feu de paille quand Daigo revient aux USA en avril 2009 pour la GameStop International Exhibition, le tournoi international de SF4 organisé par Capcom qu’on peut voir dans King of Chinatown. On sent bien la passion de la foule sur les images suivantes…

Interview

Daigo vs Poongko, Iyo et Justin Wong

En 2009, la SF4-mania est à son paroxysme. Seth Killian organise même une expo en ce même mois d’avril : Jab Strong Fierce, the Street Fighter Tribute. Un événement étrange, documenté ici par Noël V. qui semble aussi enthousiaste qu’amusé.

LA PULSION DOCUMENTAIRE – Première Partie

La communauté Jeu de baston/Fighting Game/Juego de peleas/Kakuge a récemment trouvé de nouvelles façons de communiquer et de grandir, que ce soit par l’interview comme avec l’indispensable Dogface Show, le podcast comme celui d’Aris : Avoiding The Puddle, le mélange de tutoriels et de trolling qui est la marque de fabrique de CrossCounter ou l’augmentation du nombre et de la fréquence des petits tournois hebdomadaires.

Cette dernière idée est tellement bonne qu’elle a été reprise partout dans le monde sous forme de Rankings (aussi appelées Ranking Battles, des séries de tournois destinés à « classer » les joueurs, ces tournois peuvent se jouer en solo ou en team), de Ranbat (pour Random Battle, des tournois en teams aléatoires; le terme est aussi utilisé pour des ranking battles, rendant ainsi le terme totalement vague…) ou de Danisen (classement par le nombre de victoires successives contre des adversaires qui se présentent les uns après les autres, en Beat By, et non par un « vrai » tournoi). La forme Ranking est la plus populaire en occident, où elle est particulièrement présente en Irlande, en Australie et aux USA (où le modèle est les Level|Up Series d’Alex Valle).

Mais tout ça : c’est trop facile…
Maintenant pour être cool, il faut faire SON documentaire sur SA communauté, c’est devenu presque TROP… Tellement en fait que pour parler le mieux possible du phénomène, je serais obligé de diviser tout cela en catégories.
Bien sûr, tout n’est pas bon dans le lot, mais même le pire nanard à quelque chose à offrir : la chaleur apaisante de l’envie de partager, la passion de son auteur !

1 – JAPON

Super Street Fighter – Umehara Daigo History (2010, NHK MAG-NET)

Ce film est un reportage sur Umehara Daigo réalisé par la NHK pour une émission nocturne (pour toucher de l’otaku). C’est un must-see pour peu que vous soyez un peu fan du monsieur, et c’est bourré d’anecdotes bien fun. L’article du site BeastNote consacré au reportage est un bon complément à la traduction proposée par 0xkeNzo.

Notez que ce documentaire est merveilleusement complété par les vidéos sous-titrées par cccloner999 (n’oubliez pas de cliquer sur cc pour voir les sous-titres), que ce soit ce mini documentaire ou Daigo rencontre des élèves de la Trident Computer School de Nagoya, la surprenante série d’interviews avec Nuki, ou les fameuses vidéos de cassage de KSK
Ces perles donnent une idée bien plus précise de la vraie personnalité de The Beast, elles l’humanisent bien mieux que les pathétiques vidéos de beuveries à SCR 2010 (1/2).

Daigo à Nagoya

Nuki parle de Daigo…

… et de Sako

Legends Of KSK

Terminons avec le plus bel hommage jamais fait à Daigo

David Sirlin

100Yen (2011, Strata Studios)

Restons dans le nippon avec ce documentaire sur la scène arcade japonaise. Très proche d’Arcade Mania, le célèbre livre de Brian Ashcraft (qui participe au film), dans le ton comme dans la forme, ce documentaire est une grande inconnue (il sort en novembre). Et il n’y a donc pas grand-chose à dire sur cette série de trailers qui sentent bon la japanophilie et le « c’était mieux avant », mais qui permettent pourtant de se faire une bonne idée du sujet de ce documentaire nostalgique sur la scène arcade nipponne. En fait le mieux, c’est de les regarder…
Et si le film est surtout connu pour son mode de financement original (beaucoup copié depuis), avec son système de donations lié à une loterie, et ses stars (dont Mike Ross, Ryan « Gootecks » Gutierrez, Justin Wong et Umehara Daigo) au générique : cela pourrait-être une vraie bonne surprise au final.

Trailers

Teasers

http://vimeo.com/16986012

Final Roundbats (2011, Niko Lanzuisi)

Scott Popular et Niko Lanzuisi sont membres du Studio Donde, un collectif connu pour ses petites fictions sur Tokyo, auxquelles participent la moitié des expatriés de la ville, y compris des Français. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est leur nouveau projet : Final Rounbats, une série documentaire sur Final Round Japan, la série de tournois qualificatifs tokyoïte annuelle (plus d’infos dans l’épisode S01.E05 de 3 Green Bars) pour Final Round, l’un des plus gros tournoi de la Côte Est qui a lieu chaque année à Atlanta, Georgie. Le but ici n’est pas de montrer des matchs, mais l’ambiance de l’event : cette idée magnifique d’une communauté mondiale. Difficile de juger une série sur une seule partie d’à peine plus de 3 minutes, mais l’idée est bonne (même si les cartons sont beaucoup trop rapides…).
EDIT : La deuxième partie propose essentiellement une courte interview de KSK qui fait de la pub pour les ranbats de Bull410 (bourrés d’expatriés et de touristes)… Et la troisième quant à elle est une démonstration de mixité ^^.

2 – RÉGIONALISME

FIGHT: Arena of Gamers (2011, ddrfreak5o3)

Ce court documentaire, très inspiré par les théories de jeu de David Sirlin, présente la communauté de Portland, Oregon. Son mélange entre document ethnologique et vidéo de motivation tombe un peu à plat, mais c’est une vraie curiosité.

David Sirlin – Street Fighter vs Chess

 

Tappin’ Those Buttons (2011, metalleg)

Tallahassee, Floride, des gamers tentent de survivre à la dure loi de la jungle.
Plus sérieusement, le ton monocorde du commentateur et le grain de l’image font vraiment penser à un documentaire animalier et c’est dur de ne pas regarder le film autrement qu’au second degré.

Fight Night: The Melbourne Street Fighter Arcade Community (2011, Mo0miE)

Ali « EXC355UM » Abdo, le meilleur ambassadeur de la communauté melbournaise, déjà responsable de la série The X Report, où il présentait ses amis, nous fait visiter la salle d’arcade où il joue, et ça donne envie !

The X Report (2011, TECH Inc.)

Aucune vidéo correspondant

Fight Night

Boni :
La team coL.cc à Melbourne pour le Shadowloo Showdown 2K11

Reportage de la chaine ABC sur le Shadowloo Showdown 2K11


OzHadou APAC – Adelaide Mini Doco (2010, ozhadou)

Présenter les joueurs de la région d’Adelaide au travers d’un mini-documentaire sur un petit tournoi local (le OH APAC) est une bonne idée. Surtout quand on sait qu’il réussit à démontrer que les Australiens ont une vraie scène baston dans de nombreuses régions différentes du pays (mais surtout au Sud…).

3 Green Bars (2010/2011, CptMunta)

CptMunta est récemment devenu le publicitaire de NZism.com, le site de la communauté néozélandaise, et ce un peu malgré lui. L’homme est connu pour ses petits dessins sur des objets donnés lors d’events Kiwi (il est peintre de rue), et la série 3 Green Bars où il présente les communautés locales lors de ses voyages : une vraie curiosité qui mérite beaucoup mieux que le nombre de clics qu’elle a reçu !

Saison 1 – trailer & épisodes

Aucune vidéo correspondant

Boni :
Fight Club – Die Beat ’em up Szene in Deutschland (2009, FightClubNRW)
Le documentaire Allemand de Ruwan Löhr cité par CptMunta, sur un tournoi à Leverkusen.

Aucune vidéo correspondant

Les guides du Mad Man’s Café et de Genshiro de Final Round Japan, pour ne pas vous perdre à Tokyo ^^

http://www.mmcafe.com/arcadeguide/

Saison 2 – trailer & épisodes

Aucune vidéo correspondant

Saison 3 – trailer & épisodes

C’est tout pour aujourd’hui, on se retrouve bientôt pour les deux dernières parties ! (promis-juré ^^)
M’enfin comme d’habitude, je vais vous laisser un petit bonbon sur l’oreiller. Cette fois Afro Cole nous prouve qu’il n’a rien perdu de sa superbe depuis sa prestation culte de 2004 (Voir Partie 1).

Dossiers, News

No Stream = No Hype?

Profitons de l’affaire du SVB 20XI et des articles d’Inkblot et de Palindrome pour poser cette question épineuse :

Est-ce qu’un stream est devenu indispensable au succès d’un tournoi ?

Le stream est l’un des quatre piliers qui font le succès ou l’échec d’un tournoi, mais actuellement il est souvent considéré comme le moins important de l’édifice.

1/ La promotion Web traditionnelle

Impossible de promouvoir un événement sans faire de la publicité sur les forums, sites et blogs de la micro-communauté qu’il vise. Cela ne gène bien évidemment pas d’avoir un site Internet dédié à la compétition : c’est même indispensable si on vise un public international.

2/ Les médiaux sociaux

Facebook et Twitter sont devenus indispensables à toute campagne de promotion un tant soit peu organisée. Les leaders d’opinion des différentes micro-communautés sont présents sur ces sites et sont extrêmement réceptifs à la promotion des divers tournois. Si les organisateurs de tournois pouvaient respecter un calendrier commun et être aussi réceptifs à la multiplication des promotions croisées : ce serait encore mieux…

3/ Les sites de partage de vidéos

Dailymotion, Vimeo et YouTube permettent de nombreuses possibilités de promotion via le média vidéo.
La solution la plus populaire est bien évidemment le trailer, cette bande-annonce du tournoi à venir qui met en valeur les sponsors et les joueurs étrangers invités.
Mais d’autres options existent :
La solution la moins embêtante est la constitution de playlists, ces listes permettent de ranger toutes sortes de contenus susceptibles de favoriser la promotion d’un event :
– des vidéos de matchs filmées par les visiteurs et/ou les joueurs, et pourquoi pas des matchs ripés du stream par l’équipe du tournoi elle-même
– des vidéos d’interviews de joueurs (le plus souvent devant les logos des sponsors)
– des vidéos de visite des lieux et autres bizarreries audiovisuelles qui vous garantiront des clics

La nouvelle solution à la mode est celle du documentaire, la meilleure pour promouvoir un tournoi dans le temps. Une option gratuite qui ne nécessite que l’ouverture de ses portes au nombre croissant d’étudiants en cinéma qui désirent se pencher sur ce sujet dans l’air du temps. En effet, si les interviews et les matchs figurants dans celui-ci sont de qualité, la durée de vie d’un documentaire (et donc son pouvoir promotionnel) est illimitée !

4/ L’indispensable stream

Qu’il soit hébergé par Justin.tv, Livestream.com, own3D.tv, Regame.tv, Twitch.tv ou Ustream.tv, votre flux doit être de qualité.
Les « streams monsters » ne pardonnent pas une baisse de qualité du signal (pensez donc à trouver un lieu avec un réseau Internet correct…), ou un manque flagrant de contenu et/ou de niveau de jeu : ils zapperont beaucoup plus facilement qu’ils ne le feraient devant la TV, impitoyablement. La solution actuelle est celle du double stream, l’un proposant les gros jeux (avec un espace publicitaire plus cher dû au nombre de spectateurs à l’avenant), l’autre les jeux « mineurs ». (il ne faut jamais croiser les flux…)

M’enfin moi je dis ça…